Les divagations de Nelja (flo_nelja) wrote,
Les divagations de Nelja
flo_nelja

Lectures de juin


"Le coeur cousu" par Carole Martinez
Roman, environ 440 pages. C'est du réalisme magique, qui se passe dans l'Espagne du début du vingtième siècle. Le personnage principal est d'une lignée de sorcières : chacune apprend des incantations, et trouve, dans une petite boite qui se transmet de génération en génération, la façon dont se manifeste sa magie personnelle. Et cela nous entraîne en Espagne, avec d'abord un petit village, puis les révoltés anarchistes, puis à traver l'océan jusqu'en Afrique.
C'est beau et poétique, la magie est intéressante, et les personnages sont sympathiques. C'est parfois un peu trop triste pour moi, par contre.
8/10


"The Life and Struggles of Our Mother Walatta Petros" écrit par Galawdewos, traduit et présenté par Wendy Belcher et Michael Kleiner
Un peu plus de 300 pages de biographie (écrite au 17e siècle) et beaucoup de notes additionnelles sur le choix des éditions, les choix de traductions, le contexte historique et culturel... certains d'entre eux m'ont beaucoup aidé. Pour certains autres, comme la géographie et la place relative des endroits, je n'ai pas eu la patience de tout consulter.
Ensuite c'est une vie de saint "standard", je suppose, avec beaucoup d'évènements historiques et quelques miracles, mais pour moi qui ne connaissais rien à l'Ethiopie du 17e siècle, c'était super-intéressant à lire, surtout avec les notes. J'ai lu en grande partie pour la controverse de si la sainte en question, Walatta Petros, était lesbienne ou pas (pour mes livres de contes LGBT - je suis biaisée) et malgré les notes du traducteur je ne suis pas sûre de pouvoir répondre à la question.
7/10


"Le mystère des otaries" par Tom Shachtman
Roman de fantasy animalière pour la jeunesse, environ 220 pages. Comme cela fait aussi partie du défi de lecture sur la mer, j'en ai fait la critique ici.
6/10


"Contes populaires et légendes de Bretagne" choisis par Claude Seignolle, Nathalie Bernard et Laurence Guillaume
Recueil de contes, environ 440 pages. Ce sont en général des contes collectés pendant la seconde moitié du 19e siècle, souvent assez littéraires, réécrits plutôt que fidèlement retranscrits. Mais si cela rend l'intérêt ethnologique plus limité, cela n'en fait pas moins des histoires très agréables à lire. J'aime que, vu la région choisie, il y ait toute une section "Histoires de morts", que la plupart des livres de cette collection n'ont pas. En fait, même s'il y a aussi des contes merveilleux très traditionnels, dont certains que je connaissais et que j'aime beaucoup (La Groac'h de l'île du Loc'h, Les Morgans de l'île d'Ouessant), il y a tellement de contes de cités englouties, de noyés et de fantômes que c'est à mi-chemin entre le recueil de contes et l'anthologie fantastique. Avec en plus des nouvelles originales de Claude Seignolle mélangés aux contes plus anciens, quand l'horreur folklorique est une de ses spécialités. J'ai aimé cette ambiance, même si ce n'est pas forcément pour tout le monde.
8/10


"Contes bretons" racontés par Henri Denis-Dunepveu
Recueil de contes, environ 160 pages. C'est un vieux libre, de 1948, assez classique, avec des contes merveilleux, des contes chrétiens, un peu de légende arthurienne... agréable à lire et informatif mais oubliable, je ne suis pas sûre d'être d'accord avec leur lecture du Merlin historique.
7/10


"The Twisted Ones" par T. Kingfisher
Roman fantastique et horreur, environ 440 pages. C'est inspiré par une nouvelle de Machen, The White People, qui a des aspects intéressants mais que je n'aime pas particulièrement. L'auteur a la même opinion que moi, mais elle est plus agressive à ce sujet. J'ai ressenti le même malaise que dans "The Raven and the Reindeer" du même auteur, que l'auteur écrit de la fanfic d'une oeuvre qu'elle n'aime pas, et nous demande de faire un choix.
A part cet aspect, c'est une bonne histoire ! L'héroïne est une américaine d'un peu plus de trente ans, très humaine, avec plein de petits qualités et défauts qui en font une personne avant d'être la protagoniste d'une histoire. Il faut s'intéresser à sa vie pour que ce soit un point positif, et pas seulement, justement, à l'histoire, sinon on la trouve trop lente et on se demande pourquoi ce n'est pas une nouvelle. Mais j'ai aimé ses problèmes, son affection pour son chien, ses relations avec ses voisins hippies, et son sens de l'humour. Quand elle va vider la maison de sa grand-mère récemment décédée, elle découvre qu'il y a bien pire que les piles de magazines qu'elle se refusait à jeter...
Les créatures - fairies ? - de l'histoire sont très bien écrites, incompréhensibles et terrifiantes. Donc c'est globalement positif ! Même si ce n'est toujours pas mon histoire préférée de l'auteur !
8/10


"Contes et légendes du pays Breton", Collectif
Recueil de contes, environ 400 pages, rassemblé un peu avant la seconde guerre mondiale. C'est un grand livre, avec des enluminures à chaque page. Certain textes sont repris d'auteurs qui ont écrit sur la Bretagne (Loti, Le Braz, Balzac, on pourrait argumenter que certains de ces extraits ne sont pas à proprement parler des légendes), d'autres ont été écrits pour l'occasion.
Ce n'est pas qu'il est objectivement mieux que celui dont je parlais il y a deux livres niveau texte, il est même un peu plus moralisateur parfois, c'est que je suis faible, et les dessins ! L'odeur ! Et aussi, il y a certaines histoires originales qu'on ne trouvera nulle part ailleurs.
8/10


"La légende de la Mort" par Anatole Le Braz
Recueil de légendes et contes, environ 480 pages. C'est mon préféré de tous ceux que j'ai lus ce mois-ci sur le sujet. L'auteur mélange des contes élaborés avec des croyances de quelques lignes, et tout est intéressant ! J'adore vraiment le mélange de contes merveilleux et d'histoires de fantômes, l'ambiance est fascinante. Il y a eu d'autres travaux sur les contes bretons avant lui, mais j'ai vraiment l'impression que son recueil est le plus spécifique.
Par contre, j'ai eu la version qui mélange presque tous les contes de "La légende de la mort en Basse-Bretagne avec d'autres recueillis plus tard, c'est dommage qu'il y en ait qui aient été retirés dans cette édition, même si je crois que c'est le choix de l'auteur.
9/10


"Les aventures extraordinaires du Citoyen Conan" par Jean Conan, traduit par Paolig Combot, notes de Mona Ozouf
Autobiographie, en vers bretons à l'origine, mais cette traduction est en prose, environ 250 pages. Jean Conan, d'abord, est allé pêcher le poisson à Terre-Neuve, a fait naufrage, a failli mourir. A son retour, il s'est retrouvé engagé dans l'armée républicaine. Ce n'est pas 100% historique, d'abord parce que l'auteur n'a pas eu l'occasion de prendre de notes et a parfois une mémoire confuse des dates et des lieux, et aussi parce que parfois il aime bien se rendre spécifiquement héroïque (il y a aussi, par exemple, un exorcisme). Il sait certainement raconter avec du suspense ! Et même si on sait qu'il survit, le fait que ce soit une histoire réelle et pas une épopée littéraire rend les retournements de situation encore plus inattendus, parce qu'ils ne suivent pas une structure "standard", et parce que comme c'est juste un individu, savoir l'histoire n'aide pas.
C'est un exemple super-intéressant de littérature populaire (le personnage principal était fils de tisserand et a fini tisserand, malgré ses aventures, il a juste eu la chance d'apprendre à lire chez les moines et de se découvrir une passion pour la lecture et l'écriture). Cela montre aussi l'état d'esprit des militaires de l'époque, avec leur éthique de corps, ce qu'ils considèrent comme normal ou comme inacceptable.
7/10


"A pleine voix" par Vladimir Maiakovski
Recueil de poésie, environ 440 pages. Les personnes qui ont établi cette anthologie ont souhaité traduire prioritairement les poèmes longs et épiques de Maiakovski (certains seulement en partie) pour insister sur l'unité de son oeuvre, ne pas séparer le personnel du politique, parce que le politique était très personnel pour lui, parce que c'est la même absence de compromis qu'il voulait en amour, en art et en communisme. Peut-être que c'est parce que c'est une sélection, mais le recueil sert bien cette théorie.
le futurisme n'est pas mon mouvement poétique préféré, mais cela se lit avec une certaine exaltation. Il y a quelques courts passages que j'ai trouvé plus "classiquement" beaux pour les images, je ne sais pas si l'auteur l'a fait exprès ou serait faché contre moi.
7/10


"Contes et légendes de Vendée" illustré par Delphine Marchal et Juliette Chaux-Mazé
Recueil de nouvelles, environ 400 pages. Ce sont les gagnants d'un concours de nouvelles sur le département. Globalement, c'est beaucoup mieux écrit que j'aurais imaginé, et les scénarios sont aussi beaucoup plus faibles que ce que j'aurais imaginé. On voit quels sont les critères préférés du jury, qui malheureusement ne sont pas les miens. La plupart des histoires sont plus une anecdote qu'un conte ou une légende, vraiment.
5/10



Progression : 44/52
"Risques de lecture" : Le coeur cousu, The Life and Struggles of Our Mother Walatta Petros, Le mystère des otaries, The Twisted Ones, Les aventures extraordinaires du Citoyen Conan, A pleine voix -> 22/26 Cette entrée a été crosspostée au https://flo-nelja.dreamwidth.org/665181.html. Commentez où vous voulez.
Tags: comm:50bookchallenge
Subscribe

  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your reply will be screened

    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 0 comments