?

Log in

No account? Create an account
Fic - Dark femslash week - FMA 2003 - Dante/Rose - Les divagations de Nelja [entries|archive|friends|userinfo]
Les divagations de Nelja

[ userinfo | livejournal userinfo ]
[ archive | journal archive ]

Fic - Dark femslash week - FMA 2003 - Dante/Rose [Oct. 17th, 2017|07:25 am]
Les divagations de Nelja
[Tags|, , , , , ]

Titre : Le soin de ses propriétés
Auteur : [personal profile] flo_nelja
Fandom : Fullmetal Alchemist (2003)
Couple : Dante/Roze
Genre : Dark, PWP peu explicite
Résumé : Dante s'occupe très bien de Rose. Elle sait que son corps lui appartiendra bientôt, après tout.
Rating : M
Disclaimer : Tout appartient à Hiromu Arakawa.
Nombre de mots : ~1100
Notes : Ecrit pour le jour "Power Imbalance" de la dark femslash week, et aussi pour le thème "Furnishing the home" de ladiesbingo.



Les lampes richement ornées éclairent des murs décorés de dorures, dans un large couloir qui mène à une porte sculptée.

"Est-ce que tu n'aimes pas ça, Rose ?" demande Dante. "N'est-ce pas plus beau qu'une bicoque dans le désert ?"

Depuis peu, la jeune fille parle à nouveau, mais elle ne répond pas. Elle sourit, pourtant, berçant son enfant.

"J'ai préparé une chambre rien que pour le petit et toi !" s'exclame Dante, ouvrant la porte pour présenter la pièce à la lumière tamisée.

Elle couche le bébé dans le berceau luxueux, prend Rose par la main, et la mène vers le grand lit à baldaquin. Elle la fait s'asseoir, et s'installe tout près d'elle. Devant elles, un immense miroir montre l'image de deux jeunes filles, deux amies souriantes, qui pourraient avoir le même âge.

Les miroirs mentent. Dante est des dizaines de fois plus âgée que la jeune fille, et certainement pas son amie. En ce moment même, les plaques de pourriture qui irritent ses côtes lui rappellent cruellement cette situation.

"Est-ce que tu aimes ?" demande-t-elle encore.

Le regard de Rose explore la pièce, sautant d'un point à un autre, de plus en plus rapidement. Dante sent la panique monter en elle. Ce n'est pas la première fois. Elle y est habituée, et elle sait comment faire.

Elle prend doucement les mains de la jeune fille entre ses joues.

"Regarde-moi." dit-elle. Elle la force à soutenir son regard. "Il n'y a que nous et ton enfant ici. Dis-moi ce qui ne va pas."

Sa langue est toujours engourdie, ne lui obéit pas bien. "Je cherche... une fenêtre... le soleil..."

Oh, bien sûr. Dante s'est habituée à ces souterrains, à la pâle beauté des lampes qui ne blesse pas la peau, mais pour quelqu'un qui adorait un Dieu Soleil, c'est une autre question.

"Je vais m'occuper de ça !" dit-elle. "Attends-moi !"

Elle n'a pas pu conserver tous ses trésors du manoir ; mais elle a quand même demandé à ses Homoncules de déplacer les plus précieux et les plus beaux dans son nouveau lieu de résidence. L'une d'entre elle est une tenture qui date d'avant sa naissance, ornée d'un soleil alchimique, qui date de quand la discipline était teintée de mysticisme, bien loin de la science qu'elle est actuellement.

Hydrogène et helium, voilà ce qui constitue le soleil. Pas d'or, pas d'élan vital. Mais la composition est grandiose, la facture remarquable, et cela semble presque trop approprié de la mettre dans la chambre de cette fleur naïve.

Cette imitation semble la calmer un peu. Elle la regarde, rêveuse, et laisse Dante la mener jusqu'à son bain pendant que l'enfant dort. Les longues robes sont déboutonnées, tombent à terre, suivies par sa chemise et ses sous-vêtements.

Le corps de Rose est magnifique. Comment peut-on être si belle, la taille si fine, les seins si fermes, après avoir porté et nourri un enfant ? Dante pose la main entre ses omoplates, descend jusqu'à sa taille. Sa peau brune est plus douce que les robes de soie que Dante lui fait porter.

La peau de Lyra était presque aussi soyeuse, il y a quelques mois seulement. La peau d'Izumi n'a jamais été si douce, mais ses membres étaient forts, et les muscles de son dos superbes. Dommage qu'elle n'ait jamais pu la servir autrement qu'en créant un Homoncule pour elle.

Dante fait glisser le savon sur la peau de Rose, la rince, lui lave les cheveux. Elle l'enveloppe ensuite dans une grande serviette, frotte doucement. Puis elle l'installe sur le lit, couchée sur son ventre. Elle la masse avec des huiles, pour la rendre plus belle encore. Après tout, Dante doit prendre soin de ce qui lui appartient.

"N'aimes-tu pas habiter dans un si bel endroit ?" demande-t-elle encore, et peut-être est-ce une approbation, quand Rose dodeline de la tête. "Pour moi, je n'accepte que le meilleur."

Elle pense à tout ce qu'elle pourra faire quand elle vivra dans le corps de Rose, si jeune, si frais. Peut-être même la laissera-t-elle vivre encore un peu dans le corps à moitié décomposé de Lyra, du moins tant que son visage sera joli. Ce n'est pas comme si elle pouvait la dénoncer auprès de qui que ce soit.

Dante pousse doucement Rose sur le côté et lui passe doucement un onguent sur la poitrine. La jeune mère insiste pour nourrir son enfant, et il est hors de question que Dante récupère les crevasses qu'elle avait lors des premiers jours. Elle se rappelle bien, même après des centaines d'années et plusieurs corps, que la douleur en est intenable.

Les mains de Dante s'attardent sur ces beaux seins sans doute plus qu'elles devraient. Rose gémit doucement. Dante est sur le point de s'interrompre, quand les bras de Rose se posent doucement dans son dos.

Elle sent un frisson d'excitation la parcourir. Elle préfère les hommes, mais après tout, pourquoi pas ? Il y a quelque chose d'unique dans cette situation, qui lui donne envie de la découvrir jusqu'au bout.

Dante continue à masser les seins de Rose, mais de façon plus joueuse. Elle embrasse son cou ; elle mordrait volontiers cette chair tendre, si les senteurs aromatiques n'étaient encore si présentes.

"Est-ce que..." murmure Rose, "est-ce que je vais oublier ?"

Un instant Dante reste interdite, puis elle réalise. Malgré sa beauté, Rose n'a certainement eu aucune relation sexuelle depuis qu'elle a été violée, et elle espère en quelque sorte effacer son passé.

Dante devrait se sentir utilisée, mais elle n'arrive qu'à sourire de cette confiance. Pauvre Rose qui a cru autrefois que le soleil brillait personnellement pour elle, qu'il pouvait tout lui offrir. Maintenant c'est Dante qui lui offre confort et soins, et n'est-ce pas logique que sa petite protégée la révère et attende tout d'elle, même si elle est cruelle comme le soleil au désert ?

"Pas tout de suite," dit-elle, "mais tu oublieras, je te le promets."

Elle la fera sienne, décide-t-elle. Avant de prendre son corps, elle prendra son esprit, en fera une jolie poupée sans souffrance. N'est-ce pas mieux si elle veut se transférer en elle ? Qui sait ce qu'un système hormonal déréglé pourrait lui faire...

Elle ne laisse pas Rose la déshabiller ; peut-être une prochaine fois. Elle n'exhibe pas son corps pourri, mais se concentre sur la beauté du corps de la jeune fille, découvre les parties les plus sensibles de sa peau.

A la fin, le corps de Rose s'ébranle et palpite sous l'effet d'une volupté intense et muette. Dante sourit. Bientôt, ce plaisir sera à elle. D'une certaine façon, il l'est déjà.



Cette entrée a été crosspostée au https://flo-nelja.dreamwidth.org/598667.html. Commentez où vous voulez.
linkReply

Comments:
[User Picture]From: lilou_black
2017-10-17 08:31 am (UTC)
C'est très joliment raconté et complètement — douloureusement (?) — conforme à l'univers de base. En un sens, on ne sait pas trop pour qui on a le plus de peine. Rose, bien sûr, après ce qu'elle a vécu, a priori destinée à la tragédie, suscite la compassion. Et Dante, en même temps… dans ton texte, on voit vraiment à mon sens la course contre la montre, la fuite en avant, le désir désespéré de ne jamais disparaître, quitte à commettre le pire pour continuer à vivre. Bien sûr, c'est cruel. Bien sûr, son intention de s'approprier le corps de la pauvre Rose est absolument terrible, dénué de scrupule. Mais curieusement, elle me fait de la peine, en un sens. Je ne saurais comment l'expliquer.

Dans tous les cas, c'est un très très beau texte. Bravo à toi.
(Reply) (Thread)
[User Picture]From: flo_nelja
2017-10-17 04:52 pm (UTC)
Merci beaucoup, ça me fait plaisir ! Ca veut dire que son point de vue est réussi, alors, si on a de la peine pour elle sans que je tente de l'excuser du tout. J'espère, en tout cas !
(Reply) (Parent) (Thread)
[User Picture]From: lilou_black
2017-10-18 05:06 pm (UTC)
Je te rassure, elle n'a aucune excuse ! En fait, la compassion vient du fait qu'on comprend son cheminement, et comprendre n'excuse rien ;-)

P.S. Je t'envoie un SMS d'ici une semaine pour qu'on se boive un choco quelque part si ça te tente. Peut-être même que j'aurais tout fini de regarder Gravity Falls d'ici là !
(Reply) (Parent) (Thread)
[User Picture]From: flo_nelja
2017-10-18 05:12 pm (UTC)
Ca me tente totalement ! J'aurais dû répondre à ce commentaire où tu en parlais : mes vacances sont dans deux jours maintenant. Et elles durent deux semaines, donc on aura le temps !
(Reply) (Parent) (Thread)