?

Log in

No account? Create an account
Lectures d'août - partie 2 - Les divagations de Nelja [entries|archive|friends|userinfo]
Les divagations de Nelja

[ userinfo | livejournal userinfo ]
[ archive | journal archive ]

Lectures d'août - partie 2 [Aug. 30th, 2015|06:07 pm]
Les divagations de Nelja
[Tags|]


"Contes russes" illustrés par Vladimir Brehovszky
Enfiron 200 pages, chez Gründ, et il n'y a pas de noms d'auteurs mais je pense que la plupart des contes sont des réécritures d'Afanassiev, mais pas forcément de ses plus connus, aussi j'ai quand même découvert de nouvelles choses, comme l'histoire de l'Aigle de bois ; et puis, j'aime bien les petites formules de début et de fin de contes qu'ils ont rajoutées. Les illustrations aussi sont jolies, surtout celles en noir et blanc. Une lecture sympa, donc, même si je préfère mes contes russes plus diversifiés dans leurs sources.
7/10


"Contes et légendes du Bordelais", Bernard Clavel
Environ 90 pages, recueil de contes originaux sur le vin de Bordeaux. On retrouve de nombreuses figures mythologiques, Noe, Dionysos, Saint Emilion, etc, dans des contes à la gloire du vin, souvent étiologiques. C'était très sympa à lire, et Bernard Clavel raconte toujours aussi bien. Mais bien sûr, j'aurais plus aimé le recueil si j'étais aussi capable d'apprécier un bon vin et que je ne rentrais pas dans les buveurs d'eau qui se font vilipender. :-)
7/10


"Sumerki", par Dmitry Glukhovsky
Environ 380 pages, un roman de fantastique russe dont le titre veut dire "Crépuscule", mais il n'a pas été traduit parce que ça faisait trop penser à Twilight, je pense, alors que ça n'a rien à voir. J'ai passé les trois quarts du livre à me dire : non, j'espère que ce n'est pas juste un livre sur l'Apocalypse par catastrophes naturelles, que les Mayas ont prévue pour 2012, avec des méchants dieux mayas. Et heureusement, le dernier quart est bien meilleur avec des rebondissements imprévus qui m'ont plu. Mais trois quarts du livre à ne rien avoir d'original, avec un seul personnage important qui m'a été particulièrement antipathique dès le début (en partie pour son empathie avec les conquistadors et son absence totale d'empathie pour les Mayas), c'était un peu dur à lire. J'ai bien fait de tenir jusqu'au bout, ceci dit. Le dénouement était bien, même si je pense que les critiques qui le traitent comme si c'était une grande oeuvre philosophique sur la peur de la mort exagèrent un peu. Mais bon, je reste avec l'impression que cela aurait fait une excellente novella ou novellette, alors que sur le roman, je peux juste, à la rigueur, dire qu'il n'est pas inintéressant.
6/10


"Contes et récits des héros de Moyen-Âge", textes de Gilles Massardier, illustrations de Johann Sfar
Environ 250 pages, un recueil sur les personnages du Moyen-Âge, et sur leur transformation en mythes. Une partie de ces histoires n'est pas racontée d'un point de vue externe, mais de la part d'un autre personnage historique qui vient plus tard : Guillaume le Conquérant vu par Bonaparte, le roi Arthur par un roi anglais qui veut inventer un cycle mythique concurrent de celui de Charlemagne... en général cela marche très bien, sauf l'interview de Bayard par un voyageur temporel de l'an 3000, qui est un peu datée. Même si ce n'est pas mon thème préféré, c'était intéressant, surtout que l'auteur a une post-face avec des biographies qui indique ce qu'on peut savoir sur la différence entre l'histoire et la légende, ce qui n'est pas souvent le cas dans ce type d'histoires.
7/10


"10 contes et légendes de chevaux", par Brigitte Heller-Arfouillère
Environ 125 pages, comme le titre l'indique, un recueil de contes et légendes sur les cheveux, même si pour certains l'élément chevaux est un peu léger ou artificiellement rajoutée (du genre, l'histoire d'Achille et Patrocle vue du point de vue des cheveux). Même quand le cheval est dans l'histoire, c'est vraiment pour les fans d'équitation, cela rajoute plein de détails sur comment leurs maîtres s'occupent d'eux, etc. Il y en avait des sympa, mais cela restait un peu court et léger.
6/10


"365 contes pour tous les âges", par Muriel Bloch
365 pages de contes, en théorie un par jour, en pratique il y en a qui débordent jusqu'à sept jours à la suite, et je dirais qu'on en a environ moitié moins que prévu, un peu plus de 180. Ca, plus l'auteur qui aime reprendre le même conte sur plusieurs variations, ça fait que je me suis sentie légèrement lésée. Il y a quand même des bons contes, hein, sur le tas, mais ce n'est pas le recueil que j'ai pris le plus de plaisir à lire.
6/10


"Légendes de Bigorre, par Eugène Cordier
Environ 130 pages, un recueil de légendes dont la première publication date de 1855. C'est assez amusant, l'auteur commence par un trip positiviste comme quoi les légendes c'est le passé et la science est l'avenir qui étant la connaissance tend vers Dieu, et puis à la fin il y a des exemples récents d'agressions contre des personnes convaincues de sorcellerie pour montrer les méfaits des superstitions. Il y a aussi parfois des grandes déclamations lyriques, et ça finit par des lettres de religieux qui l'accusent d'exagérer le côté superstitieux de leurs paroissiens. J'ai aimé le lire, mais honnêtement je ne sais pas à quel point c'était au second degré.
6/10


"Les plus beaux contes pour rire", Jaroslav Tichy
Environ 200 pages, liste de contes humoristiques. Ce n'est pas mon genre de conte préféré, et d'ailleurs j'ai parfois souri mais jamais vraiment ri. Ceci dit, je n'aurais pas dû désespérer de cette collection, il y en a quand même qui m'ont beaucoup plu. Les deux avec le diable qui se font ridiculiser sont vraiment sympa, les personnages rusés font toujours plaisir, et les idiots sont traités en général avec une certaine tendresse. Il y a aussi un peu d'humour administratif (Le certificat des chiens, Abounouba et la punition des mouches), un peu d'humour absurde (M. et Mme Vinaigre), une énorme baston magique, et en général plus de diversité que j'aurais attendu. C'était sympa.
7/10


"L'enjomineur tome 1 - 1792", par Pierre Bordage
Roman, environ 400 pages, premier tome d'une trilogie dont les tomes suivant s'appellent, bien entendu, 1793 et 1794. C'est une histoire de fantasy urbaine pendant la révolution française, et l'auteur s'est très bien renseigné, que ce soit sur l'histoire ou sur les légendes vendéennes ou vaudou - et probablement aussi sur d'autres points que je ne connais pas assez bien pour juger comme la vie quotidienne des vendéens à l'époque. Le style est aussi très agréable à lire. On suit Emile, jeune paysan vendéen ouvert aux idées nouvelles, à la naissance mystérieuse, et Cornuaud, ancien truand, ancien négrier, nouveau révolutionnaire, maudit par une sorcière vaudou et condamné à avoir des pulsions de meurtre qui ne peuvent être apaisées qu'en tuant les blancs, et quelques réunions de la société secrète du culte de Mithra.
J'ai aussi quelques menus reproches à faire : j'ai du mal avec la façon dont il décrit les Enragés - comme des gens sans vraies opinions qui sont juste là pour le carnage, plutôt que comme des fanatiques très politisés, et aucun journal n'est mentionné ; ses personnages, quoique complexes, ne sont pas vraiment sympathiques, même Emile qui est le "gentil" mais qui ne s'occupe à peu près que de ses histoires de coeur ; l'arc surnaturel est un peu trop manichéen à mon goût surtout les moments où il se mêle à l'arc politique de façon qui fait très théorie du complot ; il y a vraiment beaucoup de viols dont certains entièrement gratuits ; et surtout question scénario cela donne l'impression d'un long prologue, c'est un peu frustrant. Les arcs des différents personnages avancent très lentement et n'ont même pas encore commencé à se croiser, les seuls points communs sont les dates - pas même de contrepoints sur les répercussions des événements historiques. Pour toutes ces raisons, malgré les qualités de style et de recherche, j'ai été un peu déçue. Ceci dit, ce dernier point sera sans doute réparé dans les tomes suivants.
7/10


"La princesse et le charlatan", par Lloyd Alexander
Roman, environ 275 pages, le premier d'une trilogie de fantasy pour la jeunesse. Enfin, je dis fantasy, mais il n'y a aucun éléments surnaturel, c'est juste un univers avec une monarchie et des villes inventées. Au début de l'histoire, le roi est en dépression parce que sa fille est morte jeune, et il se laisse gouverner par son premier ministre, qui limite la liberté d'expression (entre autres exactions)... ce qui laisse Théo, jeune apprenti imprimeur, sur les chemins, où il va rencontrer d'autres gens qui n'aiment pas le premier ministre et même des gens qui ont des plans contre lui.
Le scénario est un peu simple, mais il avance quand même rapidement, les personnages sont cool (Micky la gamine des rues, le comte Das Bombas, arnaqueur pro, Florian le républicain, le médecin ultra-compétent attaché à la famille royale), et cela donne vraiment envie de voir la suite, pour voir comment cela va se passer entre différentes personnes qui avaient un but commun mais qui ont aussi de grosses divergences. Aussi, j'aime beaucoup l'évolution de Théo qui au début est extrêmement vertueux, qui n'a peut-être jamais menti, et qui va devoir apprendre si et à quel point il est prêt à contrevenir à ses principes pour faire le bien.
8/10


"Les histoires de Blanche-Neige racontées dans le monde", par Fabienne Morel
Environ 100 pages très joliment illustrées. Comme le titre l'indique, c'est une collection de contes de pays divers ayant le même schéma narratif que Blanche-Neige. Que pourrais-je dire à part que j'aime beaucoup l'initiative, que ce soit la sélection de contes ou la petite page d'analyse à la fin, et que mon conte préféré "Gold-tree et Silver-tree" y est. :-) De façon surprenante, cela ne semble même pas si répétitif, alors que c'est à chaque fois la même histoire !
8/10


"Les histoires du Petit Poucet racontées dans le monde", par Fabienne Morel
Un autre livre de la même série que le précédent ! Je l'aime un peu moins, d'abord parce que mon préféré n'y est pas, cette fois (mais ça ne peut pas marcher à tous les coups) et ensuite parce que j'aime un peu moins le dessinateur. Mais ça reste une super-idée de collection, je recommande.
7/10


Mistborn 2 : "The Well of Ascension", par Brandon Sanderson
Et voilà que je lis le tome 2, environ 700 pages. Comme pour le 1, après être rentrée dedans, j'avais terriblement envie de savoir ce qui allait se passer, je l'ai dévoré... et ça continue après le tome ! Greuh ! Je crois qu'il ne me reste plus qu'à lire le trois. J'espère qu'il conclut tout !
J'aime toujours beaucoup Vin, et elle est plus active, dans ce tome, prend plus de décisions (même si certaines d'entre elles sont de mauvaises décisions). J'aime aussi la confrontation de l'idéalisme d'Elend sur la démocratie aux réalités de la politique. Dans ce tome on a le triangle amoureux obligatoire, malheureusement, mais il ne m'a pas trop énervée. ^^ J'aime aussi avoir plus de points de vue des autres personnages, et le kandra était intéressant. Par contre, j'ai eu un peu de mal avec les autres romances, qui m'ont semblé un peu forcées.
Les manipulations et magouilles politiques étaient bien faites, mais je ne peux pas les apprécier à leur juste valeur, parce que j'ai trop envie de savoir ce qui va se passer du point de vue de l'arc surnaturel. C'est un peu dommage, mais l'auteur garde toujours cette partie pour la fin, et je ne profite pas du reste autant que je pourrais.
8/10


Progression : 74/52
"Risques de lecture" : Sumerki, L'enjomineur, La princesse et le charlatan -> 27/26

Cette entrée a été crosspostée au http://flo-nelja.dreamwidth.org/532304.html. Commentez où vous voulez.
linkReply

Comments:
[User Picture]From: ramasi
2015-09-01 06:34 pm (UTC)
J'si lu "La princesse et le charlatan" parce que quelqu'un l'avait mentioné comme de la fantasy où il y a du républicanism. J'ai bien aimé, mais j'ai toujours pas lu la suite.
(Reply) (Thread)
[User Picture]From: flo_nelja
2015-09-01 07:00 pm (UTC)
La suite m'attend sur ma table du salon, mais je finis "Mistborn", d'abord, et peut-être un des livres de littérature générale que j'ai commencés...
(Reply) (Parent) (Thread)