Les divagations de Nelja (flo_nelja) wrote,
Les divagations de Nelja
flo_nelja

Lectures de juin


"Entrechats", par Cécile Duquenne
Roman, environ 400 pages, un mélange de polar et de fantasy. Déjà, l'univers est original, cela se passe dans un monde qui est l'Egypte ancienne, si elle avait survécu isolée du monde suffisamment longtemps pour être confrontée de plein fouet à la technologie moderne.
Au début, on retrouve le corps d'un sphinx, ces créatures presque mythiques... et s'ensuit une grande aventure, au cours le laquelle on trouvera des biologiques spécialisés en créatures surnaturelles, des enquêteurs plus ou moins motivés, une secte de traditionnalistes dévoués au retour de la magie, un groupe de trafiquants d'armes... et des dieux. Des sphinx et des dieux, qui ont des objectifs personnels.
J'aime comment l'auteur gère ses changements de point de vue. On voit tour à tour par les yeux de chaque personnage, et même si certains sont plus recommandables que d'autres - et encore, il y a une dose de subjectivité là-dedans -, on partage les sentiments et les motivations de chacun d'entre eux. J'aime aussi beaucoup comment se créent certaines alliances qu'on n'aurait pas attendues du tout au début.
Sinon, le dénouement n'est à mes yeux pas la meilleure partie. La conclusion est logique et prévisible, c'est à la fois une qualité et un défaut. Certains arcs secondaires potentiellement intéressants sont laissés un peu en suspense, et il y a un personnage dont je n'apprécie pas du tout la fin, j'ai l'impression que ça le dévalue. Aussi, je n'ai pas vraiment de personnage qui me fait couiner, même si aucun ne m'énerve non plus. Mais c'est un bon petit bouquin, surtout si on s'intéresse aux thématiques abordées, ou qu'on cherche de la fantasy qui ne soit pas vingt fois revue.



"Le royaume de ce monde", par Alejo Carpentier
Roman, environ 200 pages, sur la révolution haïtienne (ha ha ^^). Ce n'est pas tellement centré sur les personnages ou sur une unité narrative, mais c'est une collection de scènes frappantes, inspirées de faits réels, imprégnés de réalisme magique.
Dans le premier quart, le personnage principal, Ti-Noël, ou plutôt le personnage qui sert de fil directeur, est tout jeune et est témoin des empoisonnements en masse menés par Mackandal contre les propriétaires d'esclaves. Dans le second, après les massacres de Bois-Caïman, ses maîtres fuient à Cuba, et on a aussi l'arrivée de Leclerc pour rétablir l'ordre, du point de vue de Pauline Bonaparte. Dans le troisième quart, on a le royaume noir de Henri Christophe, et dans le quatrième... Ti Noël est vieux, et se métamorphose en animaux divers, et médite sur tout ce qu'il a vu.
Cet auteur sait faire des scènes qui sont complètement fascinantes, qui d'un côté ont l'air décalées, sorties de l'espace, drôles ou mettant mal à l'aise, mais d'un autre côté ont une profonde résonance symbolique et sont aussi basées dans la réalité historique. Le mélange est impressionnant.
Par contre, comme je disais, ce n'est pas un livre qu'on lit pour le scénario ou les personnages. Mais j'ai adoré.



"La baleine des Malouines", par Pierre Boulle
Roman, environ 200 pages. Au début ça ressemble à une satire de l'armée, quand l'équipage d'une flotte en route pour les Malouines fait une crise de parano parce qu'on leur a expliqué qu'il pouvait être difficile de faire la différence entre un sous-marin ennemi et une baleine au radar. Et puis ensuite, il y a une baleine qui apparait effectivement, et ça devient du fluff qui réchauffe le coeur. Jusqu'ici, j'aimais beaucoup. Par contre, je n'ai pas du tout aimé la fin, qui est très angsty, qui par son retour au sérieux fait qu'on réalise mieux à quel point c'est peu crédible que tous ces militaires soient tous des mecs sympa, et qui dissipe l'ambiguité qu'il y avait jusqu'à maintenant sur la sentience des baleines. Dommage, le début était bien !



"Les mystères du Vaudou", par Laënnec Hurbon
Environ 160 pages dont plein d'images, encore un documentaire de chez Découvertes Gallimard.
Je l'ai lu pour mon NaNo, et autant pour la pratique religieuse du Vaudou, ça m'apprend moins que ce qu'[profile] izys m'a dit et les livres qu'elle a pu me conseiller (mais ce n'était pas contradictoire non plus, et comme j'ai confiance en elle, je dirais que ça fait une bonne base), autant pour les liens à travers le temps entre le Vaudou et l'histoire d'Haïti c'était super-bien fait et j'ai appris plein de choses. Donc oui, un bon petit livre pour ceux qui débutent sur le sujet, ce qui est exactement le but de cette collection !



"Contes russes", par Francesc Serés
Recueil de nouvelles, environ 280 pages. La structure est intéressante : c'est une anthologie de "contes russes" par cinq auteurs différents, environ quatre contes chacun, allant de la première moitié du 20e siècle à l'époque actuelle. Sauf que bien entendu tout a été écrit par Francesc Serés, mais pour chacun des cinq auteurs qu'il invente, il y a un ton et des thématiques qui font qu'on ne peut absolument pas les confondre avec les autres ! Ca se voit moins sur le style, mais c'est une traduction du catalan, donc je ne pourrais pas juger de toute façon. Ces nouvelles sont censées former un tableau de l'esprit russe et soviétique. J'ai trouvé ça plutôt réussi... un peu prétentieux peut-être ? Bien sûr, cela fait partie du jeu, mais quand l'auteur se présente comme éditeur et anthologiste, et chante les louanges des auteurs qu'il compile, cela fait vraiment s'envoyer des fleurs à lui-même.
En fait, le côté création d'auteurs est tellement réussi que je vais juger auteur par auteur. Ils sont "compilés" par ordre anti-chronologique.
* Olga Yevgenieva : Des petites scènes de la vie quotidienne, dans la Russie actuelle, post-soviétique. Sans direction et sans chute, et c'est probablement censé dire des choses profondes sur la nature humaine, mais je n'ai pas aimé du tout, et avec ça et l'introduction, je me demandais dans quoi je m'étais embarquée.
* Vera Margarita Abanserev : J'aime beaucoup, même si je ne saurais pas expliquer pourquoi. Une forme de compassion devant les horreurs quotidiennes, qui les fait atteindre à l'universel et presque au merveilleux.
* Vitali Kropotkine : Un auteur satiriste, humour noir sur les absurdités du régime soviétique, j'aime beaucoup.
* Aleksandr Volkov : Des nouvelles qui se passent dans les campagnes, fortement centrées sur les déceptions et les fatalités. Ecrit de façon trop noire pour moi, et donc pas ma partie préférée.
* Yossif Berchenko : Des contes de fées symbolistes, des contes fantastiques, ou tendant au mythe sans surnaturel du tout, souvent fortement déprimants. Marche très bien sur moi.
J'aime la Russie, mais je ne connais pas assez bien pour savoir si les vrais russes trouvent cela complètement caricatural par rapport à leur littérature ou pas. Personnellement, je suis contente de l'avoir lu.



"The Ocean at the End of the Lane", par Neil Gaiman
Roman, 180 pages, c'est plutôt court par rapport à ce que j'attendais, en fait c'est plus une nouvelle qui a grossi. :-)
L'ambiance est très réussie, les passages d'horreur sont... vraiment horribles, les passages sur l'enfance sont bien vus, on se retrouve souvent à se dire, oui, c'est exactement ça - et pareil pour les quelques passages où on retrouve le narrateur devenu adulte. L'univers est riche, faisant appel à des concepts profondément ancrés dans l'inconscient qui ont une forme d'évidence, et malgré cela il y a toujours de nombreux points qu'on n'aurait pas prévus.
Mais même si on peut sympathiser avec le personnage principal, et être fasciné par certains personnages qui sont des concepts en soi, il n'y a personne que j'ai vraiment aimé. Ce qui va avec le fait que c'est, au fond, une nouvelle, juste avec un scénario plus long.



"America", par William Cliff
Environ 100 pages, recueil de poésie prêté par [personal profile] petite_dilly. Le narrateur fait un voyage en Amérique, il y a plusieurs parties correspondant à la traversée, Montevideo, Philadelphie, etc... et les ambiances comme les formes utilisées sont différentes à chaque fois. Les vers tendent vers le classique sans y être tout à fait, les sujets alternent sans transition entre l'anecdote et la méditation, le langage entre le grandiose et l'ordurier. Pas mal de références homosexuelles, aussi, pour ceux qui s'intéressent aux sujets.
Et comme souvent, je suis absolument nulle pour faire des critiques de poésie, alors un petit extrait, à la place, pris au hasard ?
j'accroche à mes pensées l'idée suspecte
de durer sans savoir à quoi durer
à longueur de journées je me répète
de continuer à vivre et respirer
regarde à travers l'air cet épervier
dont le vol est miné par la fatigue
il dure néanoins dans l'air liquide
sans savoir à quoi sert tout son effort
ainsi l'on voit nombre d'humanoïdes
s'efforcer de durer jusqu'à leur mort




"Divine Horsemen - The Living Gods of Haiti", par Maya Deren
Non-fiction, environ 300 pages avec les notes. C'est le livre qu'[profile] izys m'a prêté quand je lui ai demandé de la documentation sur le Vaudou (pour mon NaNo) et c'était passionnant.
Le livre a été écrit par une danseuse et cinéaste qui était venue à Haiti pour filmer les danses vaudou, et qui, à force de s'intéresser à son sujet, a fini par se "convertir". Le livre est centré sur la religion, cela inclut aussi bien les pratiques religieuses quotidiennes (de l'époque du livre, donc années 50) que des explications beaucoup plus métaphysiques, en plus, bien sûr, des bases cosmologiques, et des personnalités des loas. C'est clairement une explication faite par quelqu'un qui a pratiqué cette religion, mais qui est aussi issue de la culture occidentale et sait que le livre s'adresse à des occidentaux, donc elle se retrouve souvent à expliquer et justifier avec des parallèles dont le but est de rendre la pratique du vaudou plus claire pour nous, et effectivement, cela marche bien, même sur les passages les plus mystiques. Le style agréable à lire aide aussi. En bref, je suis très contente de l'avoir lu.
Je regrette juste qu'il n'y ait pas eu plus d'Erzulie Dantor.



Progression : 37/52
"Risques de lecture" : Entrechats, Le royaume de ce monde, La baleine des Malouines, Contes russes, The Ocean at the End of the Lane, Divine Horsemen -> 18/26

Cette entrée a été crosspostée au http://flo-nelja.dreamwidth.org/443431.html. Commentez où vous voulez.
Tags: comm:50bookchallenge, fandom:mythologie vaudou
Subscribe

  • Nonconathon reveals

    All under cut, because well, it's linked to noncon fic and art. Titre : On a Silver Platter Auteur : Nelja Fandom : The Magnus Archives Persos…

  • Fairy tale inspired reveals

    The reveals were this night! I wrote a post-canon Utena/Anthy fic! The Shadow Play Girls are here, the fairy tales it uses are "East of the Sun and…

  • Femslash-kink reveals

    The femslash_kink fics are no longer anon! Here is the fic I wrote: Titre : From the bottom of the heart Auteur : Nelja Fandom : Once upon…

  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your reply will be screened

    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 2 comments