Les divagations de Nelja (flo_nelja) wrote,
Les divagations de Nelja
flo_nelja

Lectures de février


"Le temps des traîtres", par KA Applegate
En bref, le tome 8 de Everworld (donc spoilers sans retenue dans la critique), environ 150-200 pages comme tous les autres, qui était sympa, avec des dieux africains qu'on voit rarement dans les mythes. J'aime bien leur caractérisation d'Eshu, et lui aussi réussit à bien maintenir l'ambiguité morale des dieux, et même à être très sympathique par moments, tout en les gardant effrayants, ce qui est cool.
Et Jalil était impressionnant dans ce tome, quoique légèrement inquiétant. Honnêtement, je n'ai pas pu déterminer, même intérieurement, je veux dire, si April et Jalil avaient raison de refuser de faire ces sacrifices, ou si à cause de la terminologie religieuse ils réagissaient de façon épidermique à quelque chose qui n'est qu'un droit de passage, guère plus que d'avoir dû donner des jambes de Satyre qui ne leur appartenaient pas pour entrer au pays des fées.
Je me demande comment va tourner Senna, maintenant... Mais bon, je finirai bien par lire la suite, probablement dans pas longtemps. :-)



"Les chants perdus de l'Odyssée", par Zachary Mason
Environ 250 pages. Je sais bien que c'est un livre publié, et certaines personnes ici ne sont pas d'accord avec la terminologie, mais en bref, c'est un recueil de 44 fanfics, one-shots univers alternatifs sur l'Odyssée. :-)
Le style d'écriture est agréable, ni trop archaïque ni trop moderne, la structure des phrases est simple mais le vocabulaire complexe.
La quatrième de couverture comparait cela aux nouvelles de Borges ou aux Villes Invisibles de Calvino, je trouve que ce n'est pas aussi bon (ce qui, vu la haute opinion que j'ai de ces oeuvres, ne veut pas dire grand chose), mais l'inspiration est nette, oui. (La cinquième histoire, Agamemnon et le mot, est même un hommage clair à Le miroir et le masque). Cela a aussi le point commun avec Les Villes Invisibles qu'il est souvent difficile pour moi de citer ma préférée, elles ont plus de force ensemble, se répondant, se contrastant, qu'individuellement.
Certaines de ces histoires se passent après L'Odyssée, d'autres pendant ou avant. Certaines sont de l'univers alternatif total, d'autres sont juste des interprétations alternatives de personnages, certaines font des fusions étranges de plusieurs personnages. D'autres partent de l'idée que l'Odyssée n'est jamais qu'un des récits qui racontent le voyage d'Ulysse, et peuvent le présenter en tant qu'auteur ou que lecteur de ses propres aventures. Certaines, parfois, ne font apparaître Ulysse qu'en personnage très secondaire, et sont centrées sur quelqu'un d'autre
On voit aussi souvent apparaître d'autres personnages, Pénélope bien sûr, Athéna, Hélène, Achille, Agamemnon et Menelas, Télémaque, sont, dans l'ordre, les plus représentés. On voit les préférences de l'auteur : Nausicaä n'a qu'une seule apparition, par exemple. Aussi, il lui arrive de shipper Ulysse/Athena ou Ulysse/Hélène. ^^
J'ai beaucoup aimé. :-)



"Le dernier héros", par Terry Pratchett
Roman illustré, environ 200 pages. D'habitude je lis les Pratchett au fur et à mesure qu'ils sortent en poche en français, mais là, si je voulais les lire dans l'ordre, il fallait que je l'emprunte à la bibliothèque. :-)
Alors, c'était plus court qu'un Pratchett habituel, mais tout aussi cool. J'étais au courant que le plot était l'attaque de Cohen le Barbare sur la montagne des dieux, et qu'on voyait Rincewind, mais pas du tout que l'arc secondaire (et encore, pas tant que ça) était une parodie de la conquête spatiale, qui m'a bien fait rire. :-) Ca faisait plaisir, d'ailleurs, de voir Leonard de Quirm dans le casting principal, pour une fois. Oh, et j'aime aussi beaucoup le seigneur du Mal bien traditionnel (Henri, si ma mémoire est bonne).



"Les jardins statuaires", Jacques Abeille
Roman, 470 pages, entre la littérature générale et la fantasy, offert par mon cousin pour Noël. Le héros arrive dans un pays étrange où les statues poussent dans la terre. Il découvre la façon dont cela marche techniquement, et aussi, peu à peu, l'organisation sociale étrange du pays, entièrement basée sur ces jardins... dans tout le premier tiers, il ne se passe rien, c'est entièrement le héros qui fait du tourisme et à qui on explique des choses. Certaines des images sur la cultures des statues sont vraiment frappantes, l'écriture est raisonnablement fluide sans être fade, et j'ai trouvé ça agréable à lire, mais au bout de 150 pages, on en vient vraiment à se demander s'il va se passer quelque chose. La réponse est oui ! L'histoire se concentre ensuite sur ce qui arrive dans le Nord : d'abord un domaine qui a été entièrement dévoré par les statues, et puis des invasions barbares... Le héros, là encore, veut tout découvrir, et pour le coup, c'est plus de l'aventure que du tourisme.
A la fin, des points du premier tiers qui avaient l'air d'avoir été exposés purement pour leur intérêt poétique, pour l'amour de l'insolite, deviennent important pour le scénario. Cette fin, d'ailleurs, est frappante mais très frustrante. Certaines choses épiques arrivent, on a l'impression qu'on passe à côté, qu'on ne saura jamais comment cela va vraiment finir pour l'univers. Je l'ai aimée quand même, ceci dit. En fait, ce que j'ai le moins aimé dedans, c'est qu'elle se basait beaucoup sur la structure sociale développée au fur et à mesure, et peu sur ce qui m'avait accrochée au tout début, le côté purement artistique de la culture de statues.
Ce que j'ai moins aimé : le héros. Ce n'est pas qu'il est déplaisant, sa caractéristique principal est de venir d'ailleurs (un monde qu'on ne décrit pas, mais qui doit ressembler au nôtre au vu de son système de pensée, peut-être au passé du nôtre), d'être suffisamment ouvert d'esprit pour essayer de découvrir sans juger, suffisamment proche de nous pour ne pas toujours y arriver, calme et posé sans en devenir inhumain. Le problème est que tous les autres personnages sont des habitants des Jardins statuaires, et qu'ils le trouvent différent, voire fascinant, et qu'ils trouvent ses idées qui semblent très banales très intéressantes, et bien sûr, narrativement, ça se justifie totalement, mais voir tout le monde fasciné par un personnage finalement très ordinaire... on a un peu du mal à adhérer, surtout en ce qui concerne les romances.
Globalement, j'ai aimé, je l'ai lu vite et cela m'a intéressée, mais à lire les critiques, j'avais espéré trouver une oeuvre qui me marquerait plus à long terme.



"Johannes Cabal the Necromancer", Jonathan L. Howard
Roman, environ 300 pages, m'a été offert par drakys pour Noël. Un Nécromancien, Johannes Cabal, a vendu son âme au diable et se rend compte que ne pas l'avoir fausse ses recherches, et qu'il doit absolument la récupérer. Le Diable lui propose une petite arnaque pyramidale : il peut la ravoir s'il lui en ramène 100 en un an. Et pour l'aider, il a le droit à une fête foraine maudite. Sachant que Johannes est un geek asocial de culture scientifique, et très méprisant envers tout ce qui concerne l'amusement, animateur de cirque doit être son dernier choix de carrière... mais il a vraiment envie de récupérer son âme.
J'ai beaucoup aimé le ton du livre, le cynisme de Johannes Cabal, ses diatribes contre tout et n'importe quoi qui le contrarie (c'est-à-dire le monde entier). Le personnage est totalement odieux, mais réussit à avoir des passages où on compatit quand même avec lui. Sans compter, bien sûr, qu'on rit énormément - souvent jaune. Le style va avec, plein de mots complexes (j'ai souvent eu besoin de mon dictionnaire d'anglais) qui n'empêche pas les phrases d'être nettes et tranchantes.
Sinon, niveau personnages, j'aime beaucoup le frère de Johannes, et leur relation est très intéressante. Mais il y en a beaucoup qui, sans être très développés, sont juste fun dans leur concept et leur attitude. Celui qui m'a fait le plus rire est Rufus Maleficarus, cultiste de Cthulhu raté.
Le milieu du livre est une collection de petites anecdotes souvent amusantes sur ses voyages. Comme je le craignais, comme on n'a pas le temps de montrer toutes les signatures et encore moins toutes les tentatives, l'impression de tension et d'urgence n'est pas vraiment là avant la fin. Ceci dit, c'était raisonnablement géré, et cela se centre sur le fait que Johannes essaie de récupérer les âmes de personnes sympathiques, contrairement aux fois d'avant où on se disait qu'ils l'avaient souvent bien cherché. Après tout, c'est une histoire de pacte avec le diable, et même si Johannes est un anti-héros fini depuis le début, le concept de chute morale est toujours là.
La fin n'est pas très surprenante ni très complexe (les anecdotes amusantes du chemin n'y jouent pas de rôle imprévu, par exemple), mais elle a ses passages tragiques, ses passages réjouissants, et je l'ai bien aimée.



Il était une fois le monde", par Mohamed Kacimi et Elsa Solal
Un peu moins de 100 pages, une réécriture - collection Jeunesse - de la création du monde, qui commence dans un chaos primitif le jour où des lettres, nées de l'union de météorites et de feuilles, forment par hasard le nom de Dieu, et comment il apparaît de cette façon. Ensuite, il y a une réécriture de la Genèse, le Ciel et la Terre, les plantes, les animaux (dans laquelle les anges jouent beaucoup plus de rôle que Dieu lui-même), et enfin les deux premiers humains, Ish et Isha, et comment ils ont quitté le paradis. Le schéma de base est connu, les détails sont très, très différents.
J'ai bien aimé, mais pas autant que je l'espérais. Il y a des trouvailles très poétiques, mais il y en a aussi qui essaient de l'être et que je trouve plutôt puériles qu'autre chose. Parfois, il y a des petites références modernes, des clins d'oeil littéraires, des remarques écologistes... c'est censé enrichir le texte, je trouve que cela a l'effet inverse, cela brise l'atmosphère de récit des origines, et pourtant cela reste trop naïf pour réussir à être du second degré.


Progression : 12/52
"Risques de lecture" : Les jardins statuaires et Johannes Cabal the Necromancer -> 5/26
Tags: comm:50bookchallenge, fandom:discworld, fandom:everworld, fandom:johannes cabal, fandom:mythologie chrétienne/bible, fandom:mythologie grecque, rant:livres
Subscribe

  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your reply will be screened

    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 5 comments