Les divagations de Nelja (flo_nelja) wrote,
Les divagations de Nelja
flo_nelja

Fics - they need love too - Buffy, Mythologie nordique

Vous vous rappelez, il y a environ deux mois, ishime avait lancé they-need-love-too, un mème de fandom pour lancer des prompts sur des personnages peu fiqués.

Personne n'a posté de prompts depuis longtemps, mais je crois qu'il est toujours ouvert (ishime, dis-moi si je me trompe !)

Et donc, en attendant, les deux ficlettes que j'y ai postées. (Qui, coïncidence étrange, portent tous les deux sur des personnages qui se font capturer par des méchants... mais l'ambiance n'est pas la même ^^;; )


Titre : Une éphémère tentative de conversation
Auteur : flo_nelja
Fandom : Buffy contre les vampires
Personnage : Andrew
Rating : PG
Disclaimer : Tout appartient à Joss Whedon et Mutant Enemy.
Prompt : En mode observateur, Andrew se retrouve au milieu de jeunes vampires (pas très expérimentés, s'entend)


"Je ne ferais pas ça si j'étais vous !" s'exclame Andrew. "Les Observateurs ont un lien psychique avec leur Tueuse, et si vous me transformez maintenant elle le saura et je n'aurai plus aucune valeur en tant qu'otage !"

C'est la première fois de sa vie qu'il dit un aussi gros mensonge sans bafouiller. Peut-être parce que si c'était vrai, ce serait sacrément cool.

Et le plus impressionnants est que cela semble changer quelque chose. Il n'a pas encore été mordu, déjà. A la place, le groupe - ils doivent être cinq ou six - le couvent de leurs regards soupçonneux.

Andrew rajoute une phrase qui, à l'oreille, rend particulièrement bien d'un point de vue mystique, et qui, s'il se rappelle bien, veut dire "avec des anchois, la pizza" dans un langage démoniaque quelconque.

"Attachez-le !" ordonne leur chef, une petite vieille avec un parapluie et un chapeau à fleurs.

Andrew soupire de soulagement à moitié intérieurement. Ils l'ont cru ! D'habitude les petites vieilles sont les pires, parce qu'il est impossible de déterminer leur ancienneté vampirique à leur sens de la mode. Mais, à en juger par sa réaction, celle-là ne doit pas avoir plus de quelques semaines, et ses acolytes encore moins. C'est presque attendrissant. Cela lui rappelle lui, quand il était jeune et intimidé par la première personne qui lui disait Cthulhu fhtagn.

Et voilà que deux vampires commencent à l'attacher, une jeune fille mince avec de l'acné et un homme en costume cravate un peu possiéreux. Il se laisse faire, parce qu'il ne faut pas contrarier un grand nombre de vampires assoiffés, c'est un commandement qu'il connaissait déjà en tant qu'habitant normal de Sunnydale, bien avant d'être promu.

Par contre, comme il faut toujours rester vigilant et chercher une occasion, il se retient héroïquement de faire remarquer qu'ils l'attachent n'importe comment et qu'il pourra s'en délivrer en quelques instants si c'est nécessaire. Il a l'idée que cela pourrait lui servir, pas plus tard que tout à l'heure.

Pourtant, après un autre noeud désastreux, il a vraiment envie de leur donner des cours. Il est possible qu'ils n'aient jamais attaché personne de leur vie. Même la petite vieille, qui aurait pourtant pu, vu la durée de sa vie humaine. Mais il a l'idée que ce n'est pas le moment.

Alors il oriente la conversation sur quelque chose d'autre, parce que maintenant il est expert dans cette technique de diversion pour éviter de dire des choses importantes à l'adversaire par accident.

"He, vous avez lu Twilight ? Je ne dis pas que j'ai aimé, non, mais je serais curieux de voir quel est le point de vue vampirique dessus. Je veux dire, autant faire passer le temps en faisant de la communication entre cultures plutôt que de s'ennuyer en attendant.

L'homme le regarde comme s'il était une abomination venue de l'enfer - non, réalise Andrew, devant une abomination venue de l'enfer, il serait sans doute beaucoup plus joyeux.

La fille, elle, a son visage qui se déforme un instant et semble décidée à oublier les ordres de leur chef pour l'assassiner.

Puis elle se reprend. "C'est de la merde. Etre un vampire n'a jamais transformé qui que ce soit en star d'Hollywood."

C'est vrai que c'est certainement une tromperie sur la marchandise, pour la jeune génération. "Mais si j'ai bien compris ceux avec qui j'avais discuté," essaie d'atténuer Andrew, "cela a quand même plein d'avantages, comme le fait... je ne sais pas, de ne pas avoir de remords quand on tue des gens ? Ca peut servir, et encore plus pour les vampires. Et puis si ça dure suffisamment longtemps, ça donne la classe, et ça compense. Quand on attend suffisamment de temps, je veux dire."

Il espère qu'il n'a vexé personne. En dehors du fait que cela pourrait signifier pour lui une fin fort douloureuse, il n'aime pas vraiment vexer les gens.

"Ma théorie," dit l'homme, "est que tout être libérée des obligations de la société libéraliste américaine réveille un sentiment d'envie que, à cause du poids du système, beaucoup ne peuvent même pas percevoir ou comprendre."

Andrew approuve vivement. Cela lui semble avoir un net fond de vérité, même si l'homme serait plus convaincant s'il ne portait pas, en ce moment même, une cravate. Comment peut-on ne jamais avoir appris à faire des noeuds qui tiennent quand on porte des cravates ?

"Au fait," dit-il, "je voudrais vous dire que si je discute avec vous, c'est parce que je vous aime bien, hein, et pas du tout pour vous distraire de la Tueuse qui arrive à la porte !"

Ils se retournent tous les deux en même temps. Andrew en profite pour faire basculer la chaise, pour se libérer et se cacher derrière tout à la fois. Quelqu'un pourrait avoir l'idée de le prendre en otage, on ne sait jamais, par exemple, se rappeler que c'est pour ça qu'il est là en premier lieu.

Quand la Tueuse a fini tous les vampires, elle se tourne vers Andrew. "Ca va ?"

"Oui, oui, merci ! En fait, j'ai déjà rencontré des gens beaucoup moins aimables !"

(En s'entendant parler, il espère que ça sonnera comme un héros qui a déjà combattu des Forces du Mal autrement plus terribles dans toutes les positions, et pas comme quelqu'un qui a des goûts étranges en matière de compagnie.)




Titre : Captif
Auteur : flo_nelja
Fandom : Mythologie nordique
Couple : Geirröd/Loki
Rating : PG-13
Disclaimer : Domaine public yeah !
Prompt : La capture de Loki par Geirröd. Parce que Snorri Sturluson ne nous dit pas tout !
Avertissements : Sexe impliqué, dubcon.


Geirröd arrache la peau de faucon de Loki, d'une main si brutale que quand le dieu retrouve son apparence habituelle, ses vêtements en ont souffert.

Voilà une situation contrariante, et pour un très grand nombre de raisons, mais Loki a mieux à faire que de les énumérer maintenant.

"J'ai fait une très belle prise, aujourd'hui." ricane le géant, un air de satisfaction sur le visage. "L'Ase n'a pas pu résister à ma magie."

"Ou je me suis laissé capturer exprès..." C'est un mensonge éhonté, mais Loki déteste donner une impression de faiblesse, et envoie au géant un grand sourire aguicheur et presque convaincant. "Tu voulais me parler ?"

"Je me soucie peu de toi."

"Je dois avouer que je suis un peu vexé, peut-être même peiné. Maintenant que ce malentendu est dispersé, il ne me reste plus qu'à rentrer chez moi..."

Mais le géant fait un geste, et gardes ferment la porte de la salle, les laissent seuls. "C'est Thor qui m'intéresse."

"Eh bien, il en faut pour tous les goûts ! Mais je dois te prévenir, je ferais un très mauvais otage, et par cela je veux dire qu'il me déteste. Par contre, si tu me laissais partir, je pourrais lui dire que tu as gardé la peau de faucon de Freya, et elle aurait des méthodes très convaincantes pour le pousser à venir ici pour un entretien privé, et tout le monde serait content, surtout nous !"

"Crois-tu que je veuille me faire massacrer ? Il doit venir ici sans son marteau, ni ses gants, ni sa ceinture de force !"

"Aucun problème ! Je me débrouillerai ! C'était bien la peine de me traiter si mal pour ça ; je le déteste aussi, tu sais... Je l'aurais fait sans les menaces, et je vais le faire, là, maintenant, tout de suite, dès que cette porte sera ouverte !"

"Fais-en le serment sacré. De faire tout ce qui est en ton pouvoir pour l'amener ici sans ses armes."

Loki s'immobilise, un sourire déplaisant sur ton visage. "Je ne ferai pas cela."

"Tu te dédis déjà ?"

"Je me moque du sort de Thor. Mais pas de ma liberté. Je ne t'appartiens pas, et je ne prête de serments sacrés à personne."

Ca y est, Loki l'a rendu furieux.

Mais bon, il peut se consoler, et se dire qu'avec son tempérament fruste et son esprit obsessionnel (Thor, vraiment...), le géant serait devenu furieux tôt ou tard.

Et le voilà qui finit d'arracher les vêtements de Loki, absorbé dans la façon la plus primitive qu'ont les hommes de montrer qu'un autre être humain, homme ou femme, leur appartient. Aussi, une qui ne marche pas. Jamais avec Loki, en tout cas.

Il ne reste plus au dieu qu'à décider s'il serait plus utile de mimer des pleurs de désespoir, une saine satisfaction de la situation, ou un ennui profond.

Au fond, il ne se plaint pas. Il pourrait presque dire qu'il l'a cherché, parce que si le géant avait plus d'imagination, il pourrait avoir des idées bien plus déplaisantes. Bien sûr, Geirröd a les... qualités physiques d'un géant, mais Loki a déjà expérimenté avec un cheval, alors, au point où il en est... Après tout, le but est de sortir d'ici en un seul morceau.

Et, accessoirement, de ne causer à Thor que les contrariétés qui lui font plaisir à lui.

Tags: *fic, défi:they-need-love-too, fandom:buffy, fandom:mythologie nordique, genre:gen, genre:humour, genre:yaoi/slash, kink:non-con/dubcon, perso:loki
Subscribe

  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your reply will be screened

    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 6 comments