Les divagations de Nelja (flo_nelja) wrote,
Les divagations de Nelja
flo_nelja

Lectures de juin

Ce mois-ci, j'ai surtout lu des bouquins pour enfants (parce que j'avais fini toutes les anthologies de X-men que ma bibliothèque municipale a - si, si, c'est une conséquence logique, je peux expliquer).
Je ne sais toujours pas si je dois les compter comme livres de l'année, forcément, ils sont si courts qu'on a l'impression que ça fait beaucoup alors que c'est un peu artificiel. Je devrais peut-être les compter comme une moitié de livre ? Mais je vais certainement les critiquer, par contre ! Ceux qui sont bien, en tout cas !
(Si vous n'aimez pas trop les livres pour enfants, je vous conseille d'aller directement à la critique de "La Tour de Babylone". Il se sent un peu perdu au milieu du reste. ^^ )


"Trois hommes sur un vélo", par Jerome K. Jerome
C'est un roman humoristique, même s'il est peut-être en partie autobiographique, je n'en sais rien, en fait. 300 pages. En tout cas, c'est la suite de "Trois hommes dans un bateau" qui est un des livres préférés de mon enfance.
Et c'est toujours aussi drôle ! Au début, ça m'a fait bizarre de les retrouver mariés (sauf George), mais voilà, à partir du moment où ils partent parcourir l'Allemagne en velo, c'est toujours aussi drôle ! Les anecdotes bizarres et la mauvaise foi avancée de l'auteur sont toujours là !
C'est donc une recommandation, mais seulement pour ceux qui ont lu et aimé "Trois hommes dans un bateau", bien sûr. Quant à ceux qui ne l'ont pas lu, pour peu qu'ils aiment un peu l'humour anglais, ils devraient essayer. :-)



"Le corbeau d'Arabelle", par Joan Aiken, illustré par Quentin Blake
Je me rappelle que j'avais hésité à le lire étant petite ; il n'est jamais trop tard pour bien faire ! Surtout que je viens de tilter que c'était Joan Aiken, qui écrit des contes originaux que j'aime bien ("Le chat de la boulangère", par exemple). Quant à Quentin Blake, il est assez connu entre autres pour avoir illustré les Roald Dahl.
C'est un roman court, ou une nouvelle, environ 80 pages et pas écrit petit. ^^
J'ai trouvé ça un peu anecdotique, pas mon préféré de l'auteur, mais mignon et drôle. C'est tellement absurde, cette histoire d'un énorme corbeau qui adore manger les marches d'escaliers... Je l'aurais sans doute plus apprécié s'il n'y avait pas eu le glissement classique de "Les problèmes d'argent ne sont pas ce qu'il y a de plus important dans la vie" (morale que je comprends très bien) à "Les problèmes d'argent sont drôles" (et là, j'ai plus de mal, même dans une histoire crack). Par contre le scénario "d'enquête", quoique aussi débile que le reste, se tient, et il y a quelques détails dont j'ai été agréablement surprise de constater qu'ils n'étaient pas là juste pour l'ambiance.



"M. Goodman rêve de chats", par Jacques Roubaud, illustré par Georges Lemoine
Un livre de poésie pour enfants, environ 50 pages. Lu parce que j'aime bien Jacques Roubaud, les rêves et les chats. :-) Certaines sont meilleures que d'autres, mais il y a une unité (c'est l'histoire d'un grand-père qui raconte des histoires de chats à ses petits-enfants, certains des chats sont récurrents), et l'ambiance onirique est bien rendue (celle que j'aime le moins, d'ailleurs, c'est l'intro qui n'est pas un rêve mais la discussion préliminaire entre Goodman et ses petits-enfants).
Il y a des passages purement drôles, et d'autres qui pourraient presque être inquiétants, mais qui se contentent de le rester très légèrement, ça ne tourne pas au vrai cauchemar.
Il vit alors que le manteau universel de la neige sur la paysage était constitué de pièces vivantes. Il était fait de milliers et de milliers de chattes blanches qui le regardaient en silence de leurs yeux phosphorescents. (L'illustration qui va avec ce passage est bien aussi, d'ailleurs.)



"Mange-matin", par Valérie Rouzeau, illustré par Valérie Linder
Encore un livre de poésie pour enfants, environ 50 pages, lu juste parce que j'aimais le titre (je ne savais même pas que c'était de la poésie quand je l'ai pris sur l'étagère).
C'est vraiment sympa ! Pas ultime, hein, et pour enfants, mais agréable à lire. Les poèmes sont courts, il y a trois parties, la première joue avec des figures de style en construisant un poème autour "Le poème fait de ces figures !", les deux suivantes sont des poèmes sur le voyage "Ca va nous emmener ailleurs".
Allez, un petit poème pour logiciens pour montrer l'exemple, "Syllogisme d'avril".
Les grands voyageurs n'ont pas de poissons rouges / Les morts non plus foi de mourus / Les morts sont de grands voyageurs
Sinon, les illustrations sont sympa aussi, plutôt orientées collages, elles vont bien avec les poèmes.



"L'homme aux oiseaux", par Melvin Burgess, illustré par Ruth Brown
Celui-là a des dessins dans le style réaliste, et ils étaient beaux, c'est pour ça que j'ai regardé le livre ! L'auteur est assez connu, apparemment, dans le monde de la littérature jeunesse, mais je ne le savais pas avant.
Ca fait, en pratique, environ 50 pages, mais c'est parce qu'il y a beaucoup d'images et peu de texte par page. En nouvelle, ça tiendrait en cinq pages sans problème.
Un peu frustrant, donc, mais du fantastique sympa, qui démarre comme du réalisme, bascule ensuite, et fait peur sans avoir besoin d'en recourir à de l'horreur graphique.



"Récits pour aujourd'hui - 17 fables et apologues contemporains", Collectif
Vous savez ce que c'est (ou pas). On est en salle des profs quasi-vide, on attend la prochaine surveillance, et là on trouve les échantillons des éditeurs pour les profs. Oui, je pourrais prendre ceux pour les profs de maths, mais je n'étais pas d'humeur. :-)
Donc, un recueil de fables et apologues du 20e siècle, avec commentaires pour profs de français. Trois parties : détournements de fables classiques, apologues qui apportent un éclairage sur soi, apologues qui apportent un éclairage sur le monde.
Les textes étaient sympa. Il y en avait que je n'avais jamais lus. L'intro, sur comment lire un apologue, et les particularités du genre, était intéressante. Par contre, les explications et questions sur chaque texte. On va dire qu'elles n'allaient pas trop en profondeur. Si j'étais prof de français, je ne le prendrais pas. :-) Mais bon, ça m'a permis de lire des nouvelles bien ! (Bradbury, Buzzati, Calvino, et quelques autres...)



"La Tour de Babylone", par Ted Chiang
On revient (brièvement) aux livres pour adultes ! Ted Chiang est un auteur de science-fiction connu pour la qualité de ce qu'il fait et son manque de productivité. ^^ Un de mes amis est fan, et m'avait fait lire une de ses nouvelles, un conte des Mille et Une Nuits avec du voyage dans le temps, "The Merchant and the Alchemist's Gate". C'est assez rare de trouver une histoire de voyage dans le temps qui fonctionne sans flou artistique, mais quand en plus c'est dans ce genre d'univers, c'est remarquable. Ca rendait très bien.
Et donc, quand j'ai vu passer un recueil de nouvelles (environ 350 pages, pour mémoire), je l'ai pris. :-)
Ben c'est très bien. Ca me plait beaucoup. Les idées sont originales, et j'aime la logique sans faille de l'exploitation. Et puis, il fait partie de ces quelques auteurs de sf qui ne sont si optimistes ni pessimistes, dont le but est de parler de la science, l'intelligence et la raison, mais sans parti-pris, pas du tout pour donner des explications sur le bien ou le mal qu'elles vont apporter à la société, non, juste pour en parler en soi.
Mes préférées sont :
"La Tour de Babylone", un récit du point de vue des ingénieurs qui ont construit la tour de Babel, base sur "et si la cosmologie mésopotamienne avait été vraie".
"L'histoire de ta vie", un récit de linguistique-fiction, avec des extra-terrestres qui ont un mode de pensée très différent du notre. Ca raconte les efforts d'une linguiste pro pour les comprendre, et les effets que ça aura sur sa personnalité et sa vie de famille, et c'est superbe.
"72 lettres", qui se passent dans l'Angleterre victorienne, sauf que les golems existent et marchent, et le héros est un chercheur en Vrais Noms (car c'est le nom d'un golem qui lui fait accomplir sa tâche, et plus on est bon en noms, plus on peut leur faire faire des choses complexes), qui se retrouve à participer à des expériences interdites.
Si ces résumés vous donnent envie, même un peu, je conseille le livre !



"La ville des chats", par Lloyd Alexander
Recueil de contes originaux, environ 150 pages. Je l'ai lu parce que j'aime les chats, et parce que c'est Lloyd Alexander, qui a écrit "Le chaudron noir" (Le roman d'origine derrière "Taram et le chaudron magique", qui a été mon introduction à la fantasy quand j'étais petite :-) )
Ils sont agréables à lire, la plupart des chats sont caractérisés comme des êtres paresseux et rusés, ce dont je ne vais pas me plaindre. Et des gentils. Ca je le regrette plus ; j'aurais aimé en voir plus qui soient moralement ambigus. He, ce sont des chats ! :-)
Donc voilà, c'est sympathique sans être marquant ou surprenant.



"Le mystère de l'Etoile Polaire", Philip Pullman
Le tome 2 de la série des Sally Lockhart, recommandé et prêté par rapunzelita, environ 350 pages.
Du côté des points positifs : l'enquête est bien menée. On apprend des choses intéressantes en permanence, pas juste à la fin. C'est cohérent. Tout ne se recolle pas, certaines choses restent des coincidences, mais en fait, ça crée un effet de réalisme. De même, le fait que les persos ne résolvent pas l'enquête grâce à leurs intuitions brimlantes mais grâce à leur persévérance, et leur capacité à poser les bonnes questions à des gens/des archives bureaucratiques est une bonne chose, niveau réalisme. Et la tension émotionnelle de la fin est très bien rendue.
Du côté des points négatifs : des personnages qui sont pas suffisamment marqués Angleterre victorienne/19e siècle à mon goût. Ce n'est pas que l'auteur ne s'est pas renseigné, c'est que pour une double raison de possibilité d'identification du jeune lecteur/writer on board, la plus grande partie des personnages importants et positifs sont libérés des préjugés de leur époque. A force, ce n'est pas très crédible.
Et la relation entre Sally et Frederic a trop de clichés à mon goût. Je sais bien que le "elle l'aime, mais elle refuse de se l'avouer" est une volonté complètement délibérée de l'auteur de montrer que son héroïne a des défauts aussi, mais il n'aurait pas pu en choisir d'autres ? *soupir devant les auteurs qui ne savent pas gérer les couples heureux* Et d'autres clichés, que je ne dis pas pour ne pas spoiler.
Je dois reconnaître, cependant, que parfois, j'ai cru voir un cliché qui s'est révélé un plot point. Mais il y en a aussi qui ne s'en vont pas comme ça. ^^
Mais bon, j'ai globalement apprécié quand même. Je suis assez facile à contenter avec une histoire policière bien faite et un peu steampunk sur les bords. ^^



"Histoires Rutabaga", par Carl Sandburg
Recueil de brefs contes/histoires pour enfants, environ 150 pages.
Des petits contes absurdes et drôles, qui se passent tous dans le pays Rutabaga, en général aux villages de Foie-aux-Oignons et Meringues. Il y a des villes qui s'envolent, des gri-gris aux effets aléatoires, et plein de choses amusantes. Le style est clairement oral, avec beaucoup de répétitions qui sonnent plutôt bien, et sonneraient encore mieux si on voulait le raconter à haute voix. Et je suppose qu'on perd pas mal à le lire en traduction, en fait.
C'est peut-être l'époque et le pays, mais ça m'a fait un peu penser au "Magicien d'Oz" pour le degré de crack de l'univers. Seulement, sans histoire globale.
C'était drôle à lire. Mais un peu trop oubliable, dans le sens que ça manque d'unité. Pourtant, le style ne change pas, tout se passe dans le même pays, et il y a plusieurs personnages récurrents, mais le manque d'arc global comme de cosmologie spécifique laisse quand même plus penser à un tas d'anecdotes de bric et de broc qu'à une vraie création d'univers.
OK, sauf peut-être pour les contes qui ont des trains, les vents, ou des fleurs de maïs. Il y a déjà plus de valeur mythique, là.
Ou pour la création des ombres. Celui-là était beau.
Mais ça rend la chose d'autant plus frustrante. Je n'aurais pas été contre un recueil complet sur ces thèmes-là. ;-)
Tags: comm:50bookchallenge, rant:livres, rec:livres
Subscribe

  • Shipping meme, day 16

    16. Characters that you kinda ship but prefer as brotp Lelouch/Suzaku from Code Geass. I admire how the show manages to develop the tragic…

  • Avent - 2 décembre - Code Geass - Schneizel/Kanon

    Aujourd'hui : Schneizel/Kanon pour boolafaz Rating : PG-13 1. Angst: Depuis que Schneizel "sert" Zero, il est plus présent. Eteint,…

  • Aromanticism Awareness Week

    Après la semaine de l'asexualité, il y a eu une semaine à thème sur tumblr sur les aromantiques et les gens dans le spectre aromantique, et là aussi…

  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your reply will be screened

    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 10 comments

  • Shipping meme, day 16

    16. Characters that you kinda ship but prefer as brotp Lelouch/Suzaku from Code Geass. I admire how the show manages to develop the tragic…

  • Avent - 2 décembre - Code Geass - Schneizel/Kanon

    Aujourd'hui : Schneizel/Kanon pour boolafaz Rating : PG-13 1. Angst: Depuis que Schneizel "sert" Zero, il est plus présent. Eteint,…

  • Aromanticism Awareness Week

    Après la semaine de l'asexualité, il y a eu une semaine à thème sur tumblr sur les aromantiques et les gens dans le spectre aromantique, et là aussi…