August 7th, 2015

Nocker II

Légendes en poésie - La conscience

Aujourd'hui, un grand classique sur Caïn, "La conscience" de Victor Hugo. J'adore l'ambiance épique, elle me fait un peu penser à la malédiction de Mandos dans le Silmarillion


La conscience (Victor Hugo)

Lorsque avec ses enfants vêtus de peaux de bêtes,
Echevelé, livide au milieu des tempêtes,
Caïn se fut enfui de devant Jéhovah,
Comme le soir tombait, l'homme sombre arriva
Au bas d'une montagne en une grande plaine ;
Sa femme fatiguée et ses fils hors d'haleine
Lui dirent : « Couchons-nous sur la terre, et dormons. »
Caïn, ne dormant pas, songeait au pied des monts.
Ayant levé la tête, au fond des cieux funèbres,
Il vit un oeil, tout grand ouvert dans les ténèbres,
Et qui le regardait dans l'ombre fixement.
« Je suis trop près », dit-il avec un tremblement.
Il réveilla ses fils dormant, sa femme lasse,
Et se remit à fuir sinistre dans l'espace. Collapse )

Cette entrée a été crosspostée au http://flo-nelja.dreamwidth.org/526973.html. Commentez où vous voulez.