Les divagations de Nelja (flo_nelja) wrote,
Les divagations de Nelja
flo_nelja

Lectures

Un de mes désespoirs, c'est de ne plus lire autant de livres que quand j'étais jeune...
Bien sûr, c'est parce que je passe beaucoup de temps à lire et à écrire des fics, mais quand même !
Aussi, même sans m'inscrite techniquement, j'ai décidé de faire le défi de 50bookchallenge et de lire 52 livres cette année. Un par semaine, en moyenne, donc. ^^
Je compte les romans, le théâtre, la poésie et la non-fiction. Je compte les livres pour enfants. ^^ Mais pas les bandes dessinées de toutes origines.

...
Déjà, je me sens comme une mauvaise élève de collège à prendre les livres courts de ma todo-list, parce que sinon je sais que je n'y arrriverai pas. ^^

Mais bon, le défi inclut aussi de faire des critiques des livres que j'ai lus ! Voilà le début !


"Club Dumas", par Arturo Perez-Reverte
Roman, environ 400 pages. Conseillé par taraxacumoff. Mais j'en avais entendu parler depuis longtemps, et ça m'avait déjà semblé intéressant.
C'est un livre d'enquête/fantastique avec un héros, Dean Corso, "chasseur" de livre rares, qui se voit confier en même temps un projet sur un manuscrit de Dumas, et une autre sur un vieux livre de démonologie.
Pour moi, c'est un bonheur à lire. C'est un policier dans lequel la présentation de l'univers, des persos, de l'intrigue, tout cela contient plus de 50% de gens qui parlent de livres ! Et de façon intéressante, en plus ! On apprend des choses ! Avec des opinions différentes sur des sujets divers qui m'intéressent ! Qui ne rejoignent pas toujours les miennes, mais c'est d'autant plus intéressant (en fait, une des raisons, et la seule non-spoiler, pour laquelle "Irene Adler" est mon personnage préféré, est qu'elle est présentée dès le début comme quelqu'un qui s'intéresse aux livres juste pour le contenu, et qui se fiche complètement de l'objet en lui-même, l'édition, etc...)
La fin m'a un peu déçue, par contre. J'aime quand il y a plein de révélations frappantes à la fin de mes romans d'enquêtes. Là il y en avait trois ou quatre très satisfaisantes... mais il y avait aussi un point que j'avais deviné depuis longtemps et sur lequel je pensais qu'il y aurait une surprise supplémentaire, un Untwist (i.e. "c'est impossible que ce soit ça, parce que ça serait trop évident ! Bah si, c'était ça."), et un petit arc qui prend plus l'option fantastique, c'est-à-dire "c'est mystérieux, on ne saura jamais vraiment".
Aussi, je pense que c'est moins intéressant si on n'a pas lu "Les trois mousquetaires". Même s'il y a assez de résumés pour comprendre, je suppose que ça touche moins émotionnellement. Sans compter que ça spoile.
Mais globalement, une bonne lecture !



"Variations énigmatiques", par Eric-Emmanuel Schmitt
Théâtre, environ 120 pages. Conseillé par preskunange. Pour le côté slashable de la chose. Entre autres. ^^
Les deux personnages sont un vieux prix Nobel misanthrope, Abel Znorko, et un journaliste auquel il a accordé une interview, Erik Larsen.
J'ai beaucoup aimé la structure. Il n'y a donc que deux personnages, mais les choses ne sont jamais ce qu'elles semblent, ils ont tous les deux des secrets qu'ils essaient de s'arracher l'un à l'autre et qui sont révélés petit à petit. Tout est annoncé de façon très fine. Il y a des moments où je me dis "Non, [telle chose] ne peut pas être vraie, sinon ça ne serait franchement pas logique/pas bien écrit !" et où il est en fait révélé que c'est faux peu après. Il y en a d'autres où je n'avais pas deviné, mais en relisant, c'est parfaitement logique, ça explique totalement certaines réactions des personnages qui pouvaient sembler exagérées à première lecture. Très bien fait.
Par contre, contrairement à preskunange, même si je reconnais un intérêt certain aux considérations sur l'amour et aux relations entre personnages en général, elles ne me touchent pas spécialement personnellement.



"Harvey", par Mary Chase
Pièce de théâtre, une centaine de pages.
Le sujet me plaisait énormément, me rappelant "Changeling" et certains des mes épisodes préférés d'"Ally McBeal".
Le personnage principal, Elwood, est un homme aimable, qui passe son temps dans des bars et autres lieux de réunion à lier amitié avec des étrangers. Mais la plupart de ces gens fuient quand ils apprennent que son meilleur ami un un lapin de deux mètres de haut, Harvey, qui le suit partout (et qu'il est le seul à pouvoir voir).
Sa soeur et sa nièce, elles, sont des femmes de bonne famille désespérées par l'absence de vie sociale que cette relation leur impose. Pour toutes leurs relations potentielles, elles sont la famille de cet homme bizarre et infréquentable.
Cette pièce est entre autres basée sur l'ambiguité "Harvey est-il une créature féérique malicieuse qui ne se laisse voir que par lui ou un pur produit de son imagination ?" et aussi "Même si Elwood est vraiment fou, cela vaut-il la peine de le "guérir" en asile psychiatrique tant qu'il ne fait de mal à personne ?"
Donc voilà, j'adore l'idée. J'aime beaucoup moins la réalisation, ceci dit. Une bonne partie de l'humour est basé sur des trucs auxquels je ne tiens pas du tout, comme quiproquos ou embarrassement public (pour la soeur et la nièce). A part Elwood, je trouve les personnages fades. C'est peut-être fait exprès, mais si oui, c'est un peu exagéré, comme prise de position. En règle générale, d'ailleurs, sur une oeuvre qui pose ce genre de questions, j'aime avoir des fins un peu plus ambiguës et moins péremptoires. Même si je suppose qu'à l'époque où ça a été écrit, c'était carrément plus osé et novateur, ce qui explique.
Si ce n'est pas fait exprès, c'est un cas typique où je pense que regarder une version film/théâtre avec de vrais acteurs donnerait bien plus de vie à l'histoire. En particulier pour les différents psychiatres. Je pense que ça peut être hilarant, bien joué. Ca ne s'impose juste pas à moi de cette façon quand je le lis.
En bref, je ne regrette pas de l'avoir lu, mais c'est plus pour la culture générale, parce que c'est un classique sur un thème que j'aime bien (Pookas !). Je ne le conseille pas forcément, ou alors plutôt à voir, comme je disais (en plus, ça évitera les descriptions interminables des décors). Et j'aurai la référence quand je regarderai Farscape.



"Fairy tales and fantastic stories", par Terry Jones
Recueil de contes, 250 pages avec des illustrations. Acheté il y a longtemps, quand je connaissais mal l'anglais et que je pensais avoir besoin d'un dictionnaire à chaque page. Mais voilà, un livre de contes par un Monty Python, quoi ! Mais je n'avais pas eu le courage sur le moment, et j'avais d'autres choses à lire.
Et puis, récemment, je vois qu'il a été traduit en français,et je me dis "mais j'ai toujours ça qui m'attend dans un coin de ma bibliothèque ! Et je peux le lire sans problèmes, maintenant !"
Et donc voilà. Des contes de fées originaux, des histoires fantastiques pour les enfants (et les adultes !). Une bonne partie ne se soucient pas trop de recréer l'ambiance conte de fées et sont bourrées d'anachronismes. Il y a des exceptions, ceci dit.
Les scénarios comme les détails sont originaux, charmants et plein d'imagination. Il y a moins d'absurde que ce que j'aurais attendu avec l'étiquette "Monty Python". Et même dans les cas où il y en a effectivement, c'est plutôt en mode un peu noir que délirant ou poétique.
Par contre, il y a plusieurs fois où l'aspect assumé et explicite de la morale à la fin m'a gênée. Pas tellement parce que j'étais contre. Des fois je suis même très pour (genre, sur les voitures ^^) Mes réactions étaient plutôt du genre "c'est un peu exagéré, dit comme ça" ou "je suis d'accord, mais ça aurait gagné à être dit avec plus de subtilité, ou même pas dit du tout et laissé à l'imagination du lecteur" ou même, rarement, "on a l'impression que le conte sert plus à amener la morale qu'à être agréable à lire en soi". Ce n'est pas systématique, ceci dit, cela concerne même peu d'histoires sur le environ 50. La plupart ont une morale effectivement subtile, certaines n'en ont pas du tout, ou alors je ne les ai pas vues. Mais ça doit quand même être le point qui empêche ma réponse à ce livre d'être juste un sourire sans mélange.



"L'arche part à huit heures", par Ulrich Hub
Conseillé par un magazine qui traînait en salle des profs (il a gagné je ne sais plus quel pris de littérature jeunesse). Et voilà, il y avait de la théologie et des pingouins, j'ai craqué...
Roman jeunesse, donc, environ 80 pages. Le sujet me plaisait bien : des pingouins en train de se poser des questions sur la morale et l'existence de Dieu reçoivent soudain le message de la colombe : l'arche part à huit heures, et deux d'entre eux doivent embarquer... le problème étant qu'ils sont trois amis inséparables.
La partie théologique et morale m'a bien plu. Ca pose plus de questions que ça apporte de réponse, c'est très tolérant, pas dans le sens "Dieu a dit qu'il fallait être tolérant, bande de larves" mais dans le sens "ce que Dieu a dit peut être interprêté de plusieurs façons". Parfois, j'avais l'impression que ça prenait un mauvais tournant, mais c'était toujours exprès et corrigé après. (Bon, évidemment, si vous êtes un athée convaincu, ce sera beurk beurk de toute façon ^^ Ce n'est pas juste une fanfic avec une légende chrétienne prise comme prétexte pour faire de l'humour animalier, ça parle effectivement de Dieu en tant que thème, et de sa nature, pas de son existence hypothétique)
Par contre, au niveau scientifique, houla... Je sais bien que c'est un livre pour enfants. Je sais bien que c'est symbolique et que ce n'est pas le sujet. Mais ça réussit à avoir encore plus d'absurdités biologiques et logiques que la vraie histoire de l'Arche de Noë ; alors que comme c'est raconté comme quelque chose que les persos vivent, et pas comme une légende lointaine, on voudrait plutôt qu'il y en ait moins. ^^
Globalement, ça réussit bien les passages drôles, mignons ou sérieux. Mais ça reste plus pour les gens qui aiment spécifiquement les livres pour enfants (incluant les enfants, bien sûr).
Tags: comm:50bookchallenge, rant:livres
Subscribe

  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your reply will be screened

    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 7 comments