Les divagations de Nelja (flo_nelja) wrote,
Les divagations de Nelja
flo_nelja

Avatar The Last Airbender

Comme je l'ai indiqué dans mon LJ, j'ai commençé à regarder Avatar il y a environ deux semaines, parce que j'avais vu quelques chouettes épisodes à la télé cet été, et que ça semblait populaire. J'ai fini il y a deux jours. Ha ha. 61 épisodes de 24 minutes !

Et voilà, bien sûr, je viens faire de la propagande !

Pour résumer un peu, commençons par le petit discours d'introduction.
Katara: "Water. Earth. Fire. Air. Long ago, the four nations lived together in harmony. Then everything changed when the Fire Nation attacked. Only the Avatar, master of all four elements, could stop them. But when the world needed him most, he vanished. A hundred years passed, and my brother and I discovered the new Avatar — an airbender named Aang. Although his airbending skills are great, he has a lot to learn before he's ready to save anyone. But I believe Aang can save the world."

Il y a trois saisons, Book of Water, Book of Earth, Book of Fire, qui déterminent les éléments qu'apprend successivement l'Avatar (étapes nécessaires de son job global de rétablir la paix et l'équilibre entre les peuples) et, de façon plus floue, les pays qu'on découvre. Structure totalement prévue à l'avance, ce n'est pas de ces séries qui traînent en longueur et ne savent pas où elles vont.
[Edit suggéré par etrangere : il y a aussi une vraie cohérence dans le sens que des détails mentionnés dans un épisode se retrouvent utilisés ou expliqués parfois plusieurs saisons plus tard, c'est trop cool.]

Les persos principaux de la première saison sont donc Aang (comme le nom de la série l'indique, le dernier Airbender - parce que pendant les cent ans qu'il a passés en animation suspendue dans un iceberg, la Nation du Feu a essayé de s'en débarrasser, et a visé à côté, exterminant son peuple en passant), Katara, une Waterbender débutante et son frère Sokka, guerrier de sa tribu. On peut y rajouter Appa, un bison volant, et Momo, un lémurien. Et aussi les antagonistes : Zuko, prince exilé de la Nation du Feu dont le seul espoir pour rentrer chez lui est de capturer l'Avatar. Et son oncle Iroh, ancien général du Feu à la retraite, fan de philosophie, de thé, et de la beauté du monde en général.
Dans la seconde saison, on récupère plus de persos féminins (quatre d'un coup !), qui sont très cool aussi, et que je ne spoile pas hors-cut.

La série a peu de concepts originaux en soi. C'est de l'aventure épique, dans un monde d'arts martiaux. Mais elle réussit à utiliser plein de lieux communs cool, et à prendre un très grand nombre de lieux communs usés ou déplaisants à l'envers (subtilement ou nettement), ce qui la rend très agréable à regarder et parfois surprenante quand même. Elle profite aussi d'un univers très bien pensé.

Et maintenant, plus de couinements sous le cut ! C'est seulement très légèrement spoiler. Ceci est un post de propagande. Je ferai un post de couinements pour fans un autre jour.

Ce que j'aime, donc :


Au début, c'est le niveau de recherche et de détail sur l'univers qui m'a attirée. Les quatre peuples sont donc inspirés par des cultures asiatiques : le Tibet pour les Nomades de l'Air, Les Esquimaux pour les Tribus de l'Eau, la Chine (et un peu la Mongolie/Indonésie/etc) pour le Royaume de la Terre (qui est grand et diversifié !) et le Japon (et un peu la Chine) pour la Nation du Feu.

Les techniques d'arts martiaux sont très différentes selon les nations, pas seulement à cause des éléments utilisés (il y a des gens très doués qui n'ont même pas de Bending ; ça représente, je dirais, entre une personne sur vingt et une sur cinquante dans la population, et environ deux sur trois dans les guerriers d'élite) mais aussi selon les cultures, tout simplement. Les poses, les mouvements, tout est très soigné et varié. Les combats sont le plus souvent brefs, avec peu de blabla, réalistes si on accepte le surnaturel, et on comprend très bien ce qui se passe. Très bien fait.

Il y a aussi beaucoup de travail pour nous montrer que ces cultures sont vivantes, pour développer les décors et les constructions, les légendes, les coutumes. En fait, c'est une série pour enfants, plutôt légère bien qu'elle aborde des thèmes graves, et on voit souvent les personnages prendre un moment de pause, et s'amuser (Aang reste un enfant). Et ce qui est génial, avec ces passages, c'est qu'ils réussissent à la fois à détendre l'atmosphère, à développer les persos et à avoir de bonnes répliques (habituel), mais aussi à développer le monde, montrer les tendances des différentes cultures... j'ai rarement autant couiné sur une leçon de danse, une tradition de beignets pas cuits, un match de "catch", ou les méchants qui vont à la plage ^^. Et parfois, juste comme ça, une de ces légendes ou de ces traditions ou de ces jeux se révèlera très importante pour le scénario - mais juste parfois, et on ne peut pas savoir lesquels à l'avance.
[Edit : de plus, j'adore les séries où on a vraiment l'impression que les persos peuvent passer de bons moments ensemble, et ont d'autres points communs qu'une envie de sauver le monde. Enfin, j'aime aussi quand ils n'en ont pas, mais dans ce cas, il ne faut pas le négliger ; ça peut être intéressant de montrer que ces amitiés vont se briser et qu'ils n'auront plus rien à faire ensemble quand le monde ira bien. Mais ici, ce n'est clairement pas le cas !]

Un autre aspect qui m'a beaucoup plu dans le Worldbuilding est la faune locale. Il y a un très grand nombre (mais pas seulement) d'animaux qui n'existent pas sur Terre, qui sont des variations et des hybrides. Dans le sud, on trouve toute une sous-branche d'animaux à six pattes, incluant le bison volant du héros, mais aussi des manchots à quatre ailes. Par contre, les araignées géantes ont quatre pattes et deux yeux. Il y a plein d'hybrides, des ours-ornithorynques, des élans à dents de sabres, des moutons-koalas... c'est surtout utilisé pour l'humour, parfois un peu angoissant quand ils sont domestiqués par les méchants ou arrivent quand on est en position de faiblesse, parfois utilisé intelligemment pour le scénario, toujours de façon très cohérente.
Les deux animaux du groupe, Momo et Appa, sont très bien gérés. Ils sont d'intelligence quasi-humaine, mais ne parlent pas, et réussissent quand même à avoir une vraie existence en tant que personnages. Il leur arrive de tenir des rôles rarement dévolus à des animaux, que ce soit celui qui assène le coup décisif dans une bataille rangée, ou celui de la "demoiselle en détresse". L'attachement entre Aang et Appa est palpable, très fort sans jamais sembler tiré du chapeau ; et l'épisode centré sur Appa est toujours, pour moi, le Tearjerker le plus réussi le la série.
Et moi qui craignais au début que deux "mascottes", ça fasse double emploi ! Ils sont bien plus que ça, surtout Appa, et ils font parfois éléments comiques, mais ni plus ni moins que le membre moyen du groupe.

Les légendes locales (qui me font glousser, vous me connaissez) impliquent très souvent les animaux en question aussi ; l'histoire de comment les taupes géantes ont transmis le Earthbending aux humains m'a fait beaucoup couiner aussi. Tout comme les jeux et les coutumes locales, on ne peut pas savoir à l'avance si une légende sert pour poser le monde au sens large ou de façon très précise pour le scénario, et c'est cool.

Toujours pour parler des cultures : on a, comme dans beaucoup de dessins animés américains pour enfants, des idées d'optimisme et de tolérance. Mais ce qui est génial, c'est que ce n'est jamais asséné explicitement à coup de morale. On voit, au cours de l'histoire, qu'il y a des gens bien, des méchants, des gens brillants, des gens qui ont la possibilité de devenir des gens bien, dans tous les peuples. Il y en a aussi parmi les scientifiques, les militaires, les religieux, les chefs d'état, les sauvages, les hippies. Mais ce n'est jamais dit explicitement, ou alors très rarement, quand un personnage en est vraiment surpris, et ils ne sont en général pas naïfs à ce point. C'est au spectateur de s'en rendre compte.
Et, même si individuellement toutes les combinaisons sont possibles, c'est fait sans nier les différences entre les cultures. Tous les pays ont des points sur lesquels on trouve que leur société est trop cool, et tous, pays alliés comme adversaires, ont aussi leurs problèmes (bien sûr, la Nation du Feu est ultra-militarisée, mais cela ne dissimule pas l'immobilisme bureaucratique du Royaume de la Terre, le sexisme de la Tribu de l'Eau du Pole Nord, ou les excès dans le principe religieux de détachement des Nomades de l'Air - Aang, comme tous ceux qui ont des capacités d'Airbender, a été élevé par des moines plutôt que sa famille).



Les personnages, à part Iroh (oh, que je l'aime, lui !) ne sont pas le genre sur lequel on a un coup de foudre. Au début, on les trouve plutôt sympathiques, sans plus.
Non, on les aime sur la durée, pour ce qu'on découvre d'eux. Tous les personnages jeunes ont des défauts au début ; mais contrairement à ce qu'on peut craindre, ce n'est pas parce que les scénaristes approuvent, mais pour leur laisser de la marge pour évoluer (Sokka, par exemple, démarre plutôt macho - au quatrième épisode, il se fait botter le cul par une fille, et, fair-play, change d'avis définitivement).
Tous deviennent de plus en plus puissants au fur et à mesure de la série, mais ce n'est pas tout - ils apprennent aussi à utiliser leurs capacités de façon plus intelligente, ce qui fait que les plus grands moments de torchage sont bien plus que des démonstrations de pouvoir pur, et laissent un gloussement aux lèvres.
Cela pourrait peut-être sembler un peu Gary-Stuesque/Mary-Suesque si on ne rencontrait pas, parfois, des personnages d'épisode tout aussi compétents, que ce soit niveau puissance pure ou niveau classe. C'est une caractéristique de l'univers plutôt que du groupe, le barbotage et la compétence. Pour ceux qui connaissent, ça se simulerait très bien avec Exalted.
(L'autre point qui évite le Gary-Stuisme est que l'humour est toujours un savant mélange de répliques brillantes des personnages et de discret foutage de gueule sur leur dos :-) )
Mais ils ne gagnent pas de l'intérêt seulement par leurs évolutions. Ni même par des flashbacks - tout le monde en a, mais c'est subtilement employé, et ça bouleverse rarement l'idée qu'on se fait d'un personnage, ça ne fait que complexifier. Non, c'est tout simplement que quand ils se retrouvent dans des situations inattendues... he, bien, ils réagissent avec leurs qualités propres, mais de façon inattendue. C'est la diversité de leurs actions, en quelque sorte, qui les définit au cours de l'histoire. De plus - et ça rentre dans le cadre "série pour enfants donc optimiste" - ils ont tendance à être plutôt plus brillants dans des cas extrêmes que dans la vie de tous les jours.
En résumé, ce sont des persos qui sont aimables plutôt par leur épaisseur gagnée au cours de trois saisons que par un concept brillant et original ou des changements frappants.
Mais bon, il est peut-être temps que je parle des personnages dans les détails...

Les héros

- Aang. C'est donc un gamin, plutôt adorable ; l'innocence de l'enfance et la sagesse de l'avatar pour la résolution des conflits se mélangent bien pour en faire quelqu'un de très gentil sans que cela semble primaire ni trop niais. Il y a aussi un bon équilibre (et quelques moments de déséquilibre narrativement intéressants) entre sa nature de gamin enthousiaste, amical, joueur et décontracté, son sérieux par rapport à sa mission en tant qu'avatar, et ses passages d'angst par rapport à l'extinction des Airbenders (et aussi, parfois, par rapport au fait que c'est dur d'être un enfant de douze ans amoureux d'une fille de quinze ^^ )

- Katara. La fille de quinze ans susmentionnée. Elle a un peu joué les mères auprès des enfants de sa tribu quand les adultes sont partis faire la guerre, ce qui la rend très mature, responsable, et prompte à s'occuper des autres, et à gérer leurs conflits pour eux (parfois avec excès, mais vu son passé, on peut la comprendre). Elle a tendance à s'enflammer facilement pour les bonnes causes, et à faire facilement confiance aux gens ; mais à cause de ça, elle peut garder des rancunes plus amères quand elle est déçue ou blessée.
C'est une Waterbender avec un grand potentiel, mais qui n'a jamais eu de Maître car les tribus du Pôle Sud ont été dévastées par la guerre contre la Nation du Feu. Au début, quand elle apprend comme elle peut, avec ses propres expériences, ou des parchemins volés, mais après avoir pris des vrais cours, elle devient un monstre d'efficacité.

- Sokka. Seize ans, le frère de Katara, pas de Bending. Il commence comme un guerrier modérément compétent et un élément comique, mais ils se révèle (tout en gardant des aspects risibles) un excellent stratège en ce qui concerne la planification à long terme et le travail en tant que groupe, avec optimisation des capacités de tout le monde.

- Momo et Appa, dont j'ai principalement déjà parlé dans la partie sur les animaux.

- Toph (saison 2). Une Earthbender de douze ans, aveugle, mais qui sent suffisamment les vibrations du sol pour pouvoir sentir la présence des autres, et vivre pratiquement normalement (même si, bien sûr, elle ne lit pas, et qu'il ne faut pas lui lancer des choses). Elle vient d'une riche famille, qui l'a toujours traitée comme une enfant fragile... et elle se tirait régulièrement pour aller participer à des matchs de catch pour Earthbenders, qu'elle gagnait avec une régularité certaine. Elle est, au naturel, solide, sarcastique, volontaire, parfois vulgaire et un rien égocentrique, même si avec les parents qu'elle a elle a appris à faire semblant. Elle a aussi une classe incroyable, et c'est le Maître d'Earthbending de Aang. Elle finit par s'enfuir définitivement de chez elle pour l'accompagner.

Les adversaires, de la Nation du Feu

- Zuko. Quinze ans, le prince de la Nation du Feu. A comme objectif premier, donc, de capturer l'Avatar, qui est la quête que son père lui a attribuée pour mettre fin à son exil et redevenir son héritier. Ses traits principaux sont son sens de l'honneur et ses capacités à angster sur son père qui ne l'aime pas (et le reste ^^). Au début, on a tendance à le considérer soit comme "OMG hot" soit comme "il est énervant, heureusement que le scénariste se fout parfois de sa gueule". Mais il a un développement tellement soigné qu'on passe assez rapidement à "non, il est chiant, mais c'est quand même un perso bien construit, au delà de ses clichés" puis à "il est mignon et parfois classe, quand même, dans le genre boulet", puis à "je l'aime, en fait" (même si ça peut prendre plusieurs saisons). En fait, son développement est tellement important pour le scénario qu'avec ma soeur, on avait presque rebaptisé la série "Les aventures de Aang et de Zuko" ^^ Et, même si il a un gros potentiel pour être un mec bien, on comprend qu'il soit attaché à sa famille et son pays et ne change pas de camp, c'est plutôt bien fait.

- Iroh. Iroh est grand, Iroh est merveilleux, Iroh est donc l'oncle de Zuko et le frère du roi actuel, un ancien général de la Nation du Feu qui a quitté les rangs après la mort de son fils. Zuko ne lui sert pas vraiment de substitution, c'est plus compliqué et plus sain que ça, mais en tout cas, il l'adore (et Zuko l'aime aussi, même si cela ne compense pas pour le reste de sa famille et que, en bon ado angsty, il fait tout pour le cacher). Iroh est un perso humoristique au début, qui paraît obsédé par le thé et donne des sages conseils souvent très symboliques et incompréhensibles, avec un sourire idiot (et je l'aime). Mais on découvre assez rapidement que, comme tout le monde, c'est un torcheur empli de classe (et je l'aime encore plus). ^^ Comme pour Zuko, la Nation du Feu n'étant pas décrite comme le Mal Absolu, juste l'agresseur, il réussit à être un mec bien, heureux de vivre, intelligent, et du côté des méchants, et c'est rare, et c'est cool.

- Azula (saison 2). Quatorze ans (mais paraît plus), petite soeur de Zuko. Froide, manipulatrice et stratège incroyablement douée ; Firebender pas mauvaise non plus, même si elle utilise plutôt l'électricité, qui est la version intellectuelle et sans passion de la discipline. Une classe incroyable, avec la tendance à éviter la plupart des erreurs clichés de Grande Méchante, et un côté psychopathe maîtrisé qui la rend fort effrayante.

- Mai et Ty Lee (saison 2). Les amies d'enfance et gardes du corps d'Azula. Aucune des deux n'est une Firebender, mais ce sont quand même des combattantes incroyables. Mai est une goth sarcastique qui se bat avec des couteaux de lancer ninja. Ty Lee est une cirqueuse choupinette qui fait des acrobaties terribles et sait frapper des points d'acupuncture qui neutralisent temporairement les pouvoirs de Bending. Cela fait un groupe... original. Et cool. Et efficace.

Voilà, et je ne développe pas les persos secondaires, ni ceux dont le fait qu'ils soient importants dans la saison 3 est une surprise ! (oui, il y a quelques charmantes surprises de cet ordre. :-) J'adore voir revenir des persos d'épisode !)

Sinon, parlons des choses qui fachent, parlons de ships. Avatar est une série qui a des guerres de shippeurs incroyables ; cela fait partie du fandom. Pire qu'Harry Potter, disent certains. Mais cette fièvre ne m'a pas du tout prise. En regardant la série, j'ai vu les couples canon se former avec des réactions qui allaient de "oui, c'est plutôt logique, et pas trop mal fait" à "awww, ils sont mignons, quand même", sans hurlements de joie (hum, peut-être un tout petit ^^) et sans arrière-pensée négative non plus. Cela ne veut pas dire que je ne vois pas le fanservice hétéro, slash, et même un peu femslash qui traîne. Ca ne veut pas dire que je ne trouve pas certaines possibilités assez intéressantes pour en faire des fics pas forcément compatibles entre elles. Mais je ne vois pas de quoi se faire la guerre - et mes relations préférées sont des relations gen (Iroh et Zuko !). ^^

Statistiquement, les gens y trouvent leur bonheur, par contre. ^^

Voilà, en espérant qu'il y a des gens qui m'ont lue jusque-là !!
Tags: fandom:avatar, rec:télé
Subscribe

  • Lectures de septembre

    "Crush", par Richard Siken Poésie, environ 50 pages. J'ai appris son existence par le fandom - Richard Siken est un auteur de poésie gay dont les…

  • Lectures d'août

    "Au temps de l'antan : contes du pays Martinique" par Patrick Chamoiseau Recueil de contes, environ 100 pages, inspirés par des contes locaux de la…

  • Lectures de juillet

    "Le vampire de Los Angeles - Candombe Tango 2" par Theodore Koshka Roman, environ 280 pages. J'ai apprécié de retrouver notre ange, notre démon…

  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your reply will be screened

    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 19 comments

  • Lectures de septembre

    "Crush", par Richard Siken Poésie, environ 50 pages. J'ai appris son existence par le fandom - Richard Siken est un auteur de poésie gay dont les…

  • Lectures d'août

    "Au temps de l'antan : contes du pays Martinique" par Patrick Chamoiseau Recueil de contes, environ 100 pages, inspirés par des contes locaux de la…

  • Lectures de juillet

    "Le vampire de Los Angeles - Candombe Tango 2" par Theodore Koshka Roman, environ 280 pages. J'ai apprécié de retrouver notre ange, notre démon…