Les divagations de Nelja (flo_nelja) wrote,
Les divagations de Nelja
flo_nelja

Encore le mème des lettres

momebie m'a donné un B. (pour le mème de l'autre jour)

Et bien sûr, comme j'adore le faire, je vais continuer à collectionner les lettres auprès de mes amis qui le font. :-)
La lettre B est dure, et j'avais bien envie de citer certains persos de Sambre, Dogma, Much ado about nothing ou Black Adder, mais ce sont des fandoms trop vieux dans ma tête pour que je puisse ranter efficacement, malheureusement...

Encore une fois, des spoilers sous les LJ-cuts.

Bennet de Heroes, aussi dit l'homme aux lunettes d'écailles, ou (par moi) papa Bennet, et il a aussi un prénom, mais on l'apprend tard, je ne me suis toujours pas habituée à l'utiliser. Je l'aime parce qu'il a la Classe qui va avec la Compétence, une relation avec sa famille merveilleuse, et une manière assez fascinante d'être moralement gris. C'est un des persos qui m'intéressait dès le début ; je préfère laisser toujours le bénéfice du doute aux membres d'organisations mystérieuses qui agissent de façon louche pour le bien commun. Très souvent, ils sont sincères. Parfois, même, rarement, ils y arrivent.
Si je le trouve moralement ambigu, ce n'est pas seulement parce qu'il a une famille qu'il adore d'un côté, et un boulot discutable de l'autre. Non, son boulot est vraiment quelque chose d'utile, même si ça cause certains désagréments à certaines personnes (et que Linderman les manipule, mais c'est autre chose). De l'autre côté, son amour pour sa famille n'est pas si "pur" que ça ; même après avoir, apparemment, compris ses erreurs, il continue de leur mentir "pour les protéger". Et cela ne le rend pas un gentil sans faille de décider qu'il ne sert plus qu'eux. Cela aussi (comme l'autre choix l'aurait fait, ni plus ni moins) le fait entrer en guerre contre des persos qui ne sont pas pires que lui.
Mais il n'y a pas que la complexité de son caractère et de son éthique. Il y a aussi du couinement pur devant sa relation avec Claire, qui est une des relations père-fille les plus adorables que je connaisse. Les petits mots d'affection, la relation dans la vie quotidienne... Dans une moindre mesure, sa relation avec sa femme est très chouette aussi ! Il est prêt à tout, n'importe quoi, pour les protéger. Cela entend se sacrifier, bien sûr, et aussi parfois être trop restrictif, mais aussi, comme on l'a vu plus haut, faire d'autres choses pas forcément défendables moralement ; et cela donne de la force à ces relations et ces scènes, au lieu de les dévaluer.
Et enfin (et peut-être surtout, me connaissant), il est incroyablement intelligent et efficace. C'est un cadre moyen, pas du tout un boss. Il n'a aucun super-pouvoir. Et malgré ça, il réussit le plus souvent à dominer la situation contre tout le reste du casting, qui en a. Si on lui confie un super-héros qui utilise son pouvoir selon ses conseils, son efficacité est automatiquement multipliée par dix. :-) Et il croit aux vertus de l'efficacité plutôt que de l'honneur, ce qui rejoint l'aspect moralement gris (cette expression le définit vraiment parfaitement), et qui, cas exceptionnel, lui enlève de la classe au lieu de l'ajouter.
L'épisode de la saison 1 centré sur lui, "Company man", est toujours mon préféré des deux saisons réunies.

Buffy Summers, l'héroïne de Buffy contre les vampires. Je crois que tout le monde connaît le principe de base... une blonde et un vampire dans une ruelle sombre, on entend un hurlement... et c'est la blonde qui ressort en se frottant les mains. Forte, drôle, et brillante. Déjà, ce n'est pas mal pour commencer, mais en sept saisons, elle évolue encore bien au-delà de ça. Au début, ça aurait dû être le perso que j'aime le moins du groupe, attendu que Willow est une geek choupinette, Alex très drôle, et Giles un intello bibliothécaire. Mais en fait, sa détermination et son sens de la décision rapide, ses compétences en stratégie et sa capacité à toujours lancer la vanne qui tue ont fait que je suis tombée fan très rapidement malgré mes préjugés contre les victimes de la mode.
Dans la seconde saison, il y a son histoire d'amour avec Angel - le moment où il devient maléfique, ou elle doit le tuer pour sauver le monde, et où il redevient gentil juste avant, est de la pure tragédie classique. Et même avant, le "Qu'est-ce que tu as fait pour ton anniversaire ? - J'ai vieilli." Il faut arrêter de me briser le coeur comme ça ! (en fait, non ^^ )
Et voilà, elle continue à être le genre d'héroïne forte et pure qui me plait, qui a suffisamment de coeur pour pleurer sur elle et sur les autres dans le malheur, mais suffisamment de force pour ne pas s'arrêter pour autant. Avec des renouvellements dans le perso qui ne me font pas toujours plaisir (le plus souvent parce qu'ils sont très douloureux pour elle aussi), mais qui en général réussissent toujours à me surprendre. L'arc où elle est ramenée "de force" du paradis m'a déprimée, parce que j'aime Buffy drôle et brillante... mais je me suis rendu compte pour la première fois en voyant ça que je n'avais jamais vu ce concept, alors qu'il ne me semble pas si tiré par les cheveux que ça, dans un monde où la résurrection est possible. Sans compter que parmi mes passages préférés de "Once more, with feeling", il y a sa partie dans "Walk through the fire". Et que ça nous a donné le Buffy/Spike façon saison 6, et vous connaissez d'autres héros de séries d'action qui ont des histoires d'amour sm canon ? Parce que moi pas.
Enfin bref, elle est drôle, elle est classe, elle est courageuse, et je l'aime très fort.

Bilbo Baggins, de The Hobbit et Lord of the Rings. Ce n'est pas le perso le plus brillant de cet univers, loin de là, mais je l'aime énormément. Peut-être de façon un peu égocentrique : je suis tombée sur lui dans un test de personnalité LotR, et quand on y pense, de qui pourrait-on se sentir plus proche que de quelqu'un qui aime le confort, la bonne nourriture, qui adore l'aventure dans les livres mais panique complètement quand il y est confronté dans la vraie vie ? Mais il y va quand même, pas par héroïsme, ni par obligation absolue, mais juste parce qu'il ne veut pas être contrariant. ^^ Et de façon drôle, en plus. J'adore l'humour de The Hobbit. On ne le retrouve pas dans les autres livres, et je ne le regrette pas, il ferait tache, mais je suis toujours contente de le retrouver. Ca rend ce livre vraiment spécial par raport aux autres, au lieu d'être juste une petite parenthèse bonus. Et avec une happy end ; parce que Bilbo s'en tire plutôt bien, comparé à d'autres. De plus, bien sûr, une des choses que je préfère dans tout l'univers de Tolkien est cette histoire d'anneau unique en tant que fan acharnée de mythologie nordique en tant que perverse qui aime quand on associe les notions de désir et de pouvoir. Hum. Enfin bon, j'adore tout cet arc, et j'aime comme Bilbo est suffisamment innocent pour s'en servir sans effet secondaire pendant si longtemps mais que ça ne suffit pas totalement parce qu'il ne faut pas abuser. Ca fait partie de mes premiers frissons de compréhension sur l'horreur de cette petite chose, le "Bilbo s'aperçut qu'il l'avait remis dans sa poche." dans le chapitre 2. Et les passages qui concernent Bilbo et l'anneau à Rivendell, aller et retour, ont une sorte de beauté triste.

Behemoth dans Le Maître et Marguerite. C'est un démon en forme de chat noir de la taille d'un hippopotame. Qui prend le tramway. En payant son billet. Avec son réchaud à pétrole sous le bras. Et qui remporte sans contestation la palme des blagues à deux balles pour emmerder les communistes dans la Moscou des années 30, alors qu'il y a de la concurrence dans ce bouquin ! (bon, sauf que les blagues de Woland, même les plus nazes, sont trop fascinantes pour être classées "à deux balles", aussi il est désavantagé dans cette catégorie, le pauvre !) J'adore son sens de l'humour pourri. ^^ Accessoirement, je le shashe avec Koroviev (un de ses collègues démons). Nyark.

Brigadier Alistair Gordon Lethbridge-Stewart, dans Doctor Who. Sur le coup, vous direz, je triche complètement. C'est un titre, pas un nom ni un prénom. Mais j'ai tellement l'habitude de l'appeler par son titre que je n'aurais pu le mettre nulle part ailleurs. Dans un post précédent sur les épisodes de Doctor Who, je l'ai appelé "la preuve que je peux adorer un perso qui est militaire et a même une moustache". C'est peut-être son efficacité, pas brillante comme celle du Docteur, mais méthodique et tranquille. Ou son sens de l'humour à froid, qui va si bien avec son air anglais en général (même s'il a aussi du sang écossais). Ou l'ambiguité morale de certains de ses choix, condamnables du point de vue du Docteur mais justifiables du point de vue de l'humanité, mais traités de façon tellement plus subtile que pour Harriet Jones dans "The Christmas Invasion". Ou sa relation avec le Docteur, tout simplement, qui est toujours ma relation d'amitié préférée dans cette série.
Le Brigadier est le fondateur de UNIT. En fait,lors de sa première aventure, il est juste colonel, il ne croit pas du tout aux aliens, mais son scepticisme s'efface devant son bon sens quand il s'en prend sur le coin de la gueule. C'était censé être un perso d'épisode... sauf que quand le Docteur revient sur Terre, quatre ans plus tard, il est allé harceler les officiels de l'ONU avec des documents administratifs bourrés de preuves (on ne le voit jamais, mais on l'imagine), et ils lui ont accordé des fonds pour créer un groupe de lutte contre les aliens, au nom de la planète et pas d'un pays (bien sûr, on voit surtout des anglais, mais on sait qu'ils ont leur autorité suprême à Genève, et qu'ils ont des alliés dans tous les pays, même des communistes).
Rien que pour ça, j'aurais été super-fan.
Sauf que plus tard, on le revoit, quand le Docteur se retrouve exilé sur la Terre du 20e siècle pour ingérence. Quand il voit arriver le même vaisseau, contenant un alien évanoui avec un autre visage, il n'arrive pas à savoir si c'est lui (il n'est pas encore au courant de la régénération), mais met tout en oeuvre pour que, que ce soit l'un ou l'autre, aucun mal ne soit fait à personne. (Le genre d'efficacité dont je parlais, qui passe plus par un bon sens de l'organisation que par des intuitions ou raisonnements géniaux ; ça me fait couiner à chaque fois). Et, à la fin de l'épisode, après que le Docteur l'a aidé à sauver le monde une fois de plus, il lui propose un poste d'expert scientifique à UNIT. Nourri, logé, pas besoin de s'occuper d'argent, équipement scientifique et véhicule de fonction fourni. Et des jolies assistantes. ^^
Il l'a fait parce qu'il a conscience que le Docteur est ce dont ils ont besoin contre les invasions, et le Docteur accepte parce qu'il n'a pas d'alternative. Même si ça ne lui plait pas, mais alors vraiment pas, de travailler pour l'armée. Et il passe ses humeurs en se foutant de la gueule du Brigadier (c'est terrible comme il l'engueule toujours en public mais dit en général le plus grand bien de lui dès qu'il a le dos tourné) et le Brigadier ne s'énerve jamais et répond toujours avec le même genre d'humour, et je les adore tous les deux, vraiment ! Et les disputes plus sérieuses, quand le Brigadier utilise des méthodes militaires même quand le Docteur s'y oppose, sont toujours faites pour qu'on comprenne ses choix.
Il n'a jamais été un compagnon. Dans le sens qu'il n'a jamais voyagé dans le Tardis. Mais c'est un des plus vieux amis humains du Docteur. Il connaissait Two, a énormément fréquenté Three, encore un peu Four, une fois ou deux Five et a eu un épisode avec Seven (dans lequel il est retraité, mais tout prêt à reprendre du service si le Docteur est là, et aussi brillant que jamais).
J'ai couiné comme un ours quand son nom a été seulement mentionné dans "The Poison Sky", et si vraiment, comme des bruits le disent, il devait apparaître dans un épisode de "Sarah Jane Adventures", ce serait pour moi un motif pour regarder toute la série. ^^

[Edit] Parce que je me sens rendu compte que, dans ma façon de le nommer, il allait finalement mieux dans B que dans D ou H.
Billy dans Doctor Horrible Sing Along's Blog. Un super-méchant savant fou, Doctor Horrible de son nom de scène. Horriblement et adorablement geek. Louzeur. Au début de la série, essaie à la fois de rentrer dans la Evil League of Evil (le niveau est haut) et de trouver le courage de parler à la jolie fille qu'il croise toutes les semaines à la laverie. Et, au début, c'est un perso humoristique, et on (enfin, moi), se retrouve à empathiser avec lui et à prendre tout cela très au sérieux à une vitesse que j'atteins très rarement dans les oeuvres de fiction en général. Au point que la fin tragique m'a brisé le coeur. C'est cliché, pourtant, le Grand Méchant qui a une copine morte pour justifier qu'il soit si cruel. Mais c'est complètement différent quand on le voit se dérouler en direct live et pas en flashback, je trouve. Il y a de la vie dedans, qu'on trouve rarement dans ce genre d'histoires.
Et bien sûr, les chansons et la densité de répliques grandioses ne gachent rien...
Tags: fandom:buffy, fandom:doctor who, fandom:dr horrible, fandom:heroes, fandom:le maître et marguerite, fandom:tolkien, meme:fandom
Subscribe

  • Procol Harum

    Procol Harum est un groupe des années 60 que mon père écoutait beaucoup quand j'étais jeune. Je l'ai mis tout à l'heure pour me motiver pour corriger…

  • Snowflake Challenge - Jour 14

    D'abord j'ai pensé à recommander des vids, mais la plus grande partie de mes vids préférées ont disparu d'Internet. Sauf celle-là. Une fic…

  • Mème à musique - jour 7

    Passons aux aveux honteux : j'aime bien Starmania. J'aime bien les chansons/albums qui racontent des histoires et ont des personnages, en général.…

  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your reply will be screened

    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 2 comments