Les divagations de Nelja (flo_nelja) wrote,
Les divagations de Nelja
flo_nelja

Je raconte ma journée (avec de vrais morceaux d'épistémologie dedans)

Cet après-midi, j'avais rendez-vous avec mon cousin faire les boutiques de mangas, et c'était cool, on a papoté boulot, musique, séries télé, amis et autres trucs du genre, et puis je lui a fait voir un épisode de Doctor Who ("School Reunion", parce qu'il est fan d'Anthony Head), et peut-être qu'il en reverra d'autres, et c'est cool. :-)

Et puis comme de toute façon je devais aller à Paris, je me suis dit que j'allais me bouger le cul et voir quelques conférences de la journée "Logique, épistémologie" à mon ancienne école. En pratique, j'en ai vu deux. Des petits commentaires sous les cuts ! (attention, ne cliquez que si le titre de la journée ne vous fait pas fuir !)


Le conférencier disait "euh..." tout le temps (surtout au début, en fait, ensuite il était lancé) et a débordé largement son temps. Aussi, je ne partage pas trop sa vision de "on cherche la connaissance parce que c'est utile, et pas pour la gloire de l'humanité"
Mais il y avait quand même des considérations super-intéressantes sur ce que c'est que "être rationnel".
En fait, selon le rapide graphe qu'il nous a montré et que j'ai la flemme de recopier, nos croyances et nos préférences entraînent des actions.
Qu'est-ce qu'une préférence rationnelle ? Pour moi, il n'y en a pas. Les préférences sont du domaine du désir, c'est ce qu'on a envie de faire, c'est elles qui font marcher la machine. La raison est toujours un moyen, pas un but. Même quand on prétend expliquer une préférence, on la fait juste dériver d'une autre préférence. Certaines sont naturelles (survivre), certaines inspirées par la société, certaines acceptées par la société, mais personnellement, je ne peux pas imaginer une préférence "rationnelle". (Je ne sais pas pour le conférencier, il n'a pas insisté dessus, il a surtout parlé des actions et des croyances).
Même l'amour de la raison est une préférence, qui ne me déplait pas du tout, mais qui paradoxalement n'est pas, en soi, plus rationnelle que l'amour pour la mythologie ou les bouledogues français.
Qu'est-ce que c'est qu'une action rationnelle ? C'est quand, en fonction de ce qu'on connaît (ou croit connaître, d'où le terme "croyances"), on utilise la meilleure technique pour satisfaire nos préférences.
Pour qu'une action soit rationnelle, les croyances et les préférences n'ont pas besoin de l'être. Si quelqu'un a envie de boire du Coca, a une illusion, croit qu'il y en a un devant lui et tend la main pour l'attraper et le boire, son action est rationnelle, même si sa croyance ne l'est pas. Si une autre personne n'a pas de plus grand plaisir dans la vie que de prendre des douches de Coca, qu'elle voit un verre devant elle et se le renverse sur la tête, son action est rationnelle, même si ses préférences, en plus de ne pas l'être, sont assez peu comprises dans notre société.
Globalement, la plupart des actions sont rationnelles. Ou du moins, essaient de l'être. Tout le monde essaie de satisfaire ses préférences, après tout. Mais bon, parfois même en voulant atteindre la meilleure façon, on n'y arrive pas (je veux gagner une partie d'échecs, je connais la disposition des pièces, je voudrais trouver le coup idéal, c'est pas pour ça que j'y arriverai), des fois on agit sans réfléchir et sans penser aux conséquences, des fois on est pris par ses émotions et on fait des choses qu'on sait qu'on ne devrait pas faire (pleurer, s'énerver, etc...). Pas seulement qu'on regrette plus tard mais qu'on sait, au moment où on les fait, être éloignées de la fonction d'utilité.
Qu'est-ce qu'un système de croyance rationnel ? que doit-il vérifier ? Ce n'est pas parce que c'est rationnel que c'est vrai, loin de là. Mais il doit coincider avec l'expérience du monde que l'on a.
C'était la seule définition donnée, pas de rasoir d'Occam ou quoi que ce soit d'autre. Ca laisse quand même beaucoup de possibilités de systèmes rationnels. ^^
Et puis comme on n'a pas que des certitudes, le système de croyance donnait à chaque assertion une certaine probabilité (moi je suis agnostique au niveau 0,3, et vous ? Non, le conférencier n'a pas parlé de ça, c'est moi qui trippe). Et une autre propriété du système de croyance rationnel est que quand on observe quelque chose, cela doit faire évoluer nos croyances dans le sens... ben, dans le sens logique demandé par l'événement. (Du genre, si je crois à la bonté inhérente de l'homme et qu'on connard me balance dans la caniveau d'un coup de pieds au cul pour le plaisir, c'est censé ne pas faire augmenter la croyance en question. Pas forcément la faire diminuer, à la limite, mais ne pas la faire augmenter)
Ca reste flou. Ca n'a pas grand rapport avec ce qu'on appelle rationnel dans la vie, je pense. Et il est possible que je n'aie pas tout compris. Mais déjà, moi qui n'ai jamais fait de philo, je remercie le conférencier pour avoir fait la distinction entre action rationnelle, croyance rationnelle et (éventuellement) préférence rationnelle, je savais bien que dans le discours de la plupart des gens/oeuvres qui parlent de rationalité il y avait quelque chose qui me gênait, mais je n'arrivais pas à savoir quoi !


Je n'ai pas trop aimé non plus. Déjà, le conférencier commençait par expliquer pourquoi les mathématiciens n'aiment pas que les philosophes parlent de maths (si tous les philosophes commencent leurs discours de philosophie des sciences par des généralisations aussi stupides, ça se comprend, banane !), et puis il faisait son snob par rapport à la philo "tout le monde a lu..." (Ben non)
C'est pareil pour le précédent, ceci dit. je crois qu'il faudrait leur expliquer le principe d'interdisciplinarité.
Bon, il y avait moins de trucs marrants, mais une grande question qui m'a assez traumatisée, je dois dire...
Parmi les concepts abstraits, quels sont les critères clairs qui différencient un concept mathématique d'un concept qui ne l'est pas ?
Vous savez, vous ? Parce que moi, malgré la certitude que c'est totalement évident, je me suis retrouvée complètement à sec dès qu'il a fallu trouver les mots pour l'expliquer. ^^ Je ne pense pas que ce soient les seuls concepts abstraits sur lesquels on peut faire du raisonnement déductif, et ils n'ont pas tous rapport avec les nombres ou les grandeurs non plus... du moins je ne crois pas. Y a-t-il quelqu'un qui, armé de son bon sens et/ou d'un bon dictionnaire, pourrait me sortir de ce douloureux problème existentiel ?

Globalement, c'était assez intéressant pour que je ne regrette pas d'y être allée, mais pas assez intéressant pourque je regrette de ne pas avoir fait de philo des sciences. Tout bon, donc ! :-)
Tags: rant:divers
Subscribe

  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your reply will be screened

    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 20 comments