?

Log in

No account? Create an account
Lectures de septembre - Les divagations de Nelja [entries|archive|friends|userinfo]
Les divagations de Nelja

[ userinfo | livejournal userinfo ]
[ archive | journal archive ]

Lectures de septembre [Sep. 30th, 2017|11:01 pm]
Les divagations de Nelja
[Tags|]


"The Penelopiad" par Margaret Atwood
Environ 200 pages ; une réécriture de l'Odyssée du point de vue de Pénélope (qui raconte depuis le royaume des morts). J'avais lu que cette réécriture n'était pas tendre pour Ulysse, et en particulier le blâmait très fort pour avoir tué non seulement les prétendants de sa femme, mais les servantes qui ont couché avec les prétendants. D'ailleurs, les fantômes des servantes en question jouent le rôle de choeur, et ont de petits chapitres à elles, des chansons souvent satiriques intercalées entre les points de vue plus lyriques de Pénélope.
C'est à la fois polémique, philosophique et très poétique. J'aime beaucoup ce que ça fait avec des parallèles entre petits détails de la mythologie, et la façon dont l'auteur a fouillé pour retrouver des légendes obscures sur les parents de Pénélope que je ne connaissais pas du tout.
Honnêtement, cela tape moins sur Ulysse que je l'avais prévu. Bien sûr, c'est sans concession, mais ce n'est non plus un noircissement à outrance du personnage, c'est plus le prendre comme il est globalement dans la mythologie grecque et pas seulement dans l'Odyssée. J'ai eu beaucoup plus de mal avec le fait de rendre certains autres personnages plutôt antipathiques, du point de vue de Pénélope : Hélène, Anticlée, Euryclée, Télémaque... Je ne sais pas si on est censés penser qu'elle a du mal à créer des liens ou les trouver vraiment antipathiques, mais j'ai trouvé ça dommage (d'un point de vue personnel, et aussi d'un point de vue féministe). Finalement, la seule relation positive qu'a Pénélope est justement avec les servantes assassinées.
Je suis mitigée à l'idée de faire d'elles des espionnes pour Pénélope. Bien sûr, cela augmente l'aspect tragique. Bien sûr, le fait que Pénélope ait un réseau d'espionnes en premier lieu est cool. Mais d'un autre côté... est-ce que cela veut dire qu'Ulysse aurait été pardonnable s'il les avait tuées sans que ce soit vraiment des espionnes ? Non. Les circonstances sont assez accablantes pour le blamer, en rajouter semble un peu artificiel.
Je dis ça, mais cela reste un livre très intéressant et très beau. C'est juste moi qui ai toujours des choses à redire sur les réécritures de personnages quand je suis émotionnellement impliquée. :-)
8/10


"La nuit sacrée" par Tahar Ben Jelloun
Roman, environ 200 pages, la suite de "L'enfant de sable" que j'ai lu il y a quelques mois.
Cette fois-ci, on est du point de vue du personnage principal, plus de jeu sur le narrateur, même si parfois il y a d'autres jeux sur le réel : vision ou réalité ? surnaturel ou tromperies ? Donc cela peut rester frustrant pour ceux qui voulaient des vraies réponses.
J'ai trouvé ça poétique, très bien écrit comme le premier. Le personnage est plus sympathique, maintenant qu'elle n'est plus forcée de manifster une masculinité toxique (ce n'est toujours pas le personnage le plus éthique, mais elle est plus libre et spontanée). J'ai aimé l'imagerie de conte (même si certaines scènes, en particulier celle avec ses soeurs, étaient horribles). Je regrette que la continuité soit parfois trop faible, en particulier j'ai été très frustrée qu'on ne sache jamais quel était l'auteur des mystérieuses lettres dans "L'enfant de sable". Mais cela reste deux très beaux livres !
8/10


"La Somnambule dans une Traînée de Soufre" par Catherine Gil Alcala
Poésie, environ 100 pages. Je l'ai eu par l'opération Masse Critique de Babelio, j'aimais bien le poème en quatrième de couverture :
Milliard de la pluie dans les yeux du ciel
trois araignées esquissent des pas de danse dans l'au-delà,
des ascètes déjeunent de quelques amandes
une dame vient, elle est nue,
et un faune porta à la table une mandarine pourrie,
des fruits pelés,
un pied de persil,
et une éponge dégoulinant de sang.

Mais en fait, j'ai été assez déçue.
D'abord, je n'aime pas trop la mise en page, les lignes trop longues et trop espacées. Mais c'est secondaire. En fait, je ne suis pas rentrée dans ces poèmes. On y retrouve beaucoup d'imagerie animale, des mythes grecs, du sexe, de l'ordure, et cela pourrait me plaire, mais cela reste seulement cela : de l'imagerie, pas des thèmes. Chaque ligne est intéressante, souvent belle, et éveille des images inattendues, mais sur le poème entier, il n'y a pas de motif, pas de thème global, pas de direction, et cela fait décousu, parfois creux.
J'aime certains poèmes surréalistes qui peuvent avoir le même problème, mais les surréalistes ont souvent une spontanéité qui ressort comme de l'humour, ou au moins de la simplicité. Là, le mélange de mots rares, presque précieux, et de mots orduriers est clairement soigneusement pesé.
Je ne dis pas que ces poèmes ne vont nulle part, ce n'est pas à moi de décider, mais je n'ai aucune idée de où.
6/10

Progression : 47/52
"Risques de lecture" : The Penelopiad, La Somnambule dans une Traînée de Soufre -> 23/26


Bonus


"Walking on Knives" par Maya Chhabra
Environ 30 pages, c'est pour ça que ce n'est qu'un bonus, mais je l'ai pris en ebook comme une entité entière. C'est une réécriture lesbienne de "La petite sirène" (pour les gens qui aiment savoir à l'avance, l'intérêt amoureux de la sirène est un OC soeur de la sorcière des mers, qui est une sorcière terrestre)
L'écriture et l'imagerie étaient jolies, et il y avait certains plot twists intéressants, en particulier sur comment marche la lecture des petits caractères dans les pactes avec les sorcières. De plus, ni le prince ni sa princesse ne se faisaient basher (la sorcière des mers oui, malheureusement, je suppose qu'il faut un méchant ?).
Les personnages sont un peu plus développés niveau personnalité que des personnages de contes, mais pas énormément non plus, cela reste une nouvelle, pas un roman. Les émotions sont plus vivides, mais les personnalités un peu transparentes.
Globalement, un des thèmes principaux est les mauvais choix qu'on regrette plus tard et qu'on essaie de rattraper, la façon dont on s'est fermé des chemins parce qu'on change de façons qu'on n'avait pas prévue. Et comme l'auteur voulait que les mauvais choix aient un poids, la fin n'est pas entièrement heureuse, plus douce-amère, et, de mon point de vue, pas satisfaisante, parce qu'à plusieurs points cela aurait pu finir vraiment bien. (La fin du conte d'origine est certainement plus triste, mais aussi plus satisfaisante pour moi.)
6/10

Cette entrée a été crosspostée au https://flo-nelja.dreamwidth.org/597537.html. Commentez où vous voulez.
linkReply

Comments:
[User Picture]From: arakasi28
2017-10-02 01:29 pm (UTC)
Tiens, le livre sur Pénélope me tente bien ! Surtout que j'aime bien ce que fait cette auteur. (J'espère effectivement qu'elle tape pas trop sur Ulysse. J'aime pas qu'on tape trop sur Ulysse. Mais ça ne me dérange pas qu'on le montre occasionnellement comme un connard tant qu'il reste un connard intelligent)
(Reply) (Thread)
[User Picture]From: flo_nelja
2017-10-02 04:17 pm (UTC)
C'est cool !
Non, honnêtement, pas trop, bien moins qu'Euripide par exemple, à peu près le niveau de Sophocle je dirais ? J'avais plus de mal avec ses descriptions d'Hélène et Télémaque (mais je suis une Hélène apologist, de toute façon ^^)
(Reply) (Parent) (Thread)