?

Log in

Mangas centrés sur des personnages féminins - Les divagations de Nelja [entries|archive|friends|userinfo]
Les divagations de Nelja

[ userinfo | livejournal userinfo ]
[ archive | journal archive ]

Mangas centrés sur des personnages féminins [Jul. 13th, 2017|07:54 pm]
Les divagations de Nelja
[Tags|, , , , ]

Au club manga de mon lycée, on a un jeu par équipes (dont j'ai complètement piqué l'idée au jeu Shabadabada et à un jeu classique d'Epitanime) l'arbitre donne une catégorie, par exemple, "un personnage de manga ou anime dont les cheveux sont verts", "un manga qui fait plus de trente tomes", "un film d'animation japonais sorti au cinéma en France", etc. Les deux équipes alternent pour en donner un, la première équipe qui sèche donne un point à l'autre.

Une des catégories récentes était "un manga ou anime dont les deux personnages principaux sont des femmes", he bien, disons que l'échange n'a pas été très long.

Aussi, je me suis dit que j'allais faire une petite liste des mangas que je suivais ces temps-ci (ou que j'avais finis récemment), centrés sur les personnages féminins, et surtout sur les relations entre personnages féminins.


1) Kasane, la voleuse de visages - Matsuura Daruma (9 tomes sortis en français, 11 au Japon, en cours)
Kasane-illustration-manga-600x375.jpg
L'héroïne, Kasane, est une jeune fille (petite fille, au tout début) très laide. Sa mère était actrice de théâtre, et c'est sa passion aussi. Mais avec son visage, ce n'est pas trop la peine d'essayer (et c'est sans compter le harcèlement scolaire et autres problèmes).
Mais elle découvre que sa mère possédait un rouge à lèvres magique qui lui permet d'échanger son visage avec celui de n'importe quelle fille qu'elle embrasse. Son rêve devient à sa portée... sauf que qui serait d'accord pour donner son visage à une autre, même seulement le temps de monter sur scène.
La plupart des personnages de cette histoire ont un passé tragique, font des choix difficiles, ne sont pas vraiment moraux, et pourtant, dans l'esprit de la tragédie, on peut empathiser avec tous, ressentir la pitié aussi bien que l'horreur, alors même qu'ils (ou plutôt, en grande majorité, elles) se déchirent les uns les autres.
Les sentiments sont forts, le scénario haletant, les thèmes de l'illusion, de l'apparence et de l'identité bien traités, je recommande à qui n'a pas peur des histoires sombres.


2) Le couvent des damnées - Takeyoshi Minoru (3 tomes sortis en France, 5 au Japon, en cours)
Le couvent des damnées tome 3
Cela se passe pendant le Saint Empire Romain Germanique au 16e siècle. L'héroïne est une petite fille dont la mère a été condamnée au bûcher pour sorcellerie. Elle a été ensuite envoyée dans un couvent spécial pour "filles de sorcières". Elle décide de ne jamais en accepter les règles au fond d'elle, mais de devenir la plus dévote en apparence, pour parvenir à s'ntretenir personnellement avec la Mère Supérieure (qui est aussi l'inquisitrice qui a tué sa mère) et la tuer.
L'héroïne, Ella, est d'une intelligence, d'un courage et d'une force morale redoutables, mais son sens moral est parfois fragile. La confrontation a donc ses aspects très moralement ambigus. Et tous les personnages importants (Ella, la mère supérieure, les amies qu'Ella se fait, même sa mère morte à qui elle pense souvent) sont des personnages féminins, et dans le contexte cela semble totalement naturel.
J'adore cette série. Comme on peut le deviner au contexte, ce n'est pas une série joyeuse. Il y a même des passages très sombres ou gore. La tension est constante, palpable, la peur d'être découverte, de la trahison, de ne pas y arriver. Mais il y a aussi de beaux moments de victoire, et globalement j'adore !


3) Kamakura Diary - Yoshida Akimi (7 tomes sortis, en cours)
Kamakura.jpg
Oh, un manga joyeux, pour changer !
Le personnage principal est une collégienne qui ne se sent pas bien dans sa belle-famille, et se fait "adopter" par ses trois demi-soeurs adultes à la place. C'est de la tranche de vie à la fois subtile, drôle et touchante, sur les sentiments amoureux ou pas, le travail, la famille, l'écoulement du temps, plein de choses quotidiennes mais très importantes. J'aime vraiment beaucoup l'atmosphère.


4) All we need is love - Amano Shuninta (3 tomes, fini)
AllWeNeedIsLove.png
C'est un manga yuri qui se passe à l'université. Cela commence quand sept étudiantes sont envoyées dans le même groupe de travail ... Vous savez quoi ? J'ai déjà fait une critique détaillée de ce manga sur [profile] amours_de_fans, alors vous pouvez aller lire ! Juste un petit extrait de la critique :
"Ruki est une étudiante sérieuse et est désespérée par l'attitude des autres, qui passent leur temps à se raconter leur vie, flirter, sécher, dormir, envoyer des SMS à leur petit ami, etc. Je m'identifie extrêmement facilement.
Et finalement, à la suite d'une alternance de point de vue, tous ces personnages sont présentés peu à peu, vont découvrir des choses sur leur identité sexuelle ou leurs capacités aux relations romantiques. C'est un manga que j'ai trouvé assez fin sur les relations humaines, avec des personnages et des relations beaucoup plus complexes qu'ils en ont l'air au début."


5) Dédale - Takamichi (2 tomes, fini)
avis-manga-dedale.jpg
C'est l'histoire de deux jeunes filles qui se retrouvent entièrement seules dans un univers étrange, avec un appartement infini, et une réalité qui a des "bugs". Mais elles sont programmeuses informatiques, et les bugs, ça les connaît. Peut-être sont-elles capables de sortir d'ici. Peut-être même de sauver le monde.
J'ai hésité à mettre ce manga dans une liste de préférés, parce que je trouve la conclusion du scénario un peu faible, avec plusieurs points mal expliqués. Mais d'un autre côté, je suis contente de me l'avoir fait recommander, et sinon je serais passée à côté en me disant "oh, encore un manga comme les autres de personnages coincés dans un univers de jeux vidéos", alors je vais rendre la politesse.
D'abord, j'aime comment le côté "coincé dans un jeu video" se manifeste par une recherche, puis exploitation à fond, de tous les bugs. C'est intellectuellement satisfaisant. Ensuite, les résumés parle de survival horror, mais honnêtement, le côté horreur est très subtil, et c'est plus centré sur la compréhension que sur les dangers.
J'aime bien comme les héroïnes ne sont pas conventionnelles, Yôko est grosse et pas vraiment jolie, Reika est physiquement plus standard mais, même si les mots ne sont pas prononcés, est clairement autiste (avec un intérêt particulier, justement, pour les bugs de jeux video) et probablement aro ace. Leur amitié est parfois difficile, mais réelle.
Ce n'est pas le meilleur manga sur le marché, mais ça se tente !




Si vous connaissez de bons fandoms (pas forcément mangas) centrée sur les relations entre personnages féminins, n'hésitez pas à me les recommander ! Pour vous aider, voilà une liste de mes préférés :

* Anime/manga
Magic Knight Rayearth
Serial Experiments Lain ++
Shoujo Kakumei Utena +++
Noir ++
Haibane renmei
Read or Die +
Alien 9 +
Gals
Yokohoma Kaidaishi Kikou +
Oniisama e ++
Michiko e Hatchin +
Puella Magi Madoka Magica +
Kill la kill
Daisy +
Dennou Coil
Souvenirs de Marnie +
Shuumatsu no Izetta

* Comics/webcomics/BD
Yoko Tsuno
Marvel - Runaways ++
Marvel - New Mutants ++
Marvel - Angela Agent of Asgard
DC Comics - Birds of Prey +
Empowered
Gunnerkrigg Court ++
Namesake +
Lady of the Shard +
Lumberjanes
Lou!

* Séries/cartoons/films
Orphan Black
Buffy
Steven Universe
Legend of Korra
Lost Girl
Once upon a Time
Hidden Figures

* Livres
Claudine à l'école
La trilogie Engelsfors

(J'ai mis des liens quand j'ai déjà une critique de faite, même courte. Et si vous voulez me demander des détails sur une de ces séries, n'hésitez pas !)



Cette entrée a été crosspostée au http://flo-nelja.dreamwidth.org/592890.html. Commentez où vous voulez.
linkReply

Comments:
[User Picture]From: _profiterole_
2017-07-13 06:29 pm (UTC)
Intéressant ! J'ai pensé à Noir en premier, et ensuite à Utena.

Akuma no Riddle est un anime yuri d'après un manga de Kouga Yun (Loveless). Et en ce moment, toujours en anime yuri, il y a Netsuzou TRap.

En séries TV, je pense à Wynonna Earp, qui est centré sur 2 sœurs (dont l'une sort avec une femme).

En romans de fantasy, The Manifold Worlds de Foz Meadows et Alpennia de Heather Rose Jones. En romans de SF, Ammonite de Nicola Griffith et Chroniques du Pays des Mères d'Elisabeth Vonarburg.
(Reply) (Thread)
[User Picture]From: flo_nelja
2017-07-13 06:47 pm (UTC)
Oh oui, mais les élèves de mon lycée sont des petits jeunes, ils ne connaissent ni Noir ni Utena. Je ne sais même plus ce qu'ils ont cité dans les détails, mais Madoka y était, et aussi Soul Eater Not.

Les livres ont tellement rarement des fandoms actifs, malheureusement ! Il y a des exceptions, dont certaines très notables (HP, je te regarde !) mais je n'ai jamais réussi à savoir ce qui faisait la différence !

Est-ce que tu trouves tout ce que tu cites bon, ou tu mentionnes juste le fait que ça rentre dans ma catégorie ?
(Reply) (Parent) (Thread)
[User Picture]From: _profiterole_
2017-07-13 07:01 pm (UTC)
Je considère tous les livres que j'ai cités excellents. Les animes/séries mentionnés ont leurs qualités et leurs défauts, mais personnellement, je les apprécie.
(Reply) (Parent) (Thread)
[User Picture]From: flo_nelja
2017-07-13 07:57 pm (UTC)
Wynonna Earp est vraiment tentant :-)

Et sinon, dans les cinq mangas que je citais en premier lieu, il y en a que tu connais ?

(Reply) (Parent) (Thread)
[User Picture]From: _profiterole_
2017-07-13 09:19 pm (UTC)
Non, à part que je me souviens de ton post sur amours_de_fans.
(Reply) (Parent) (Thread)
[User Picture]From: so_yuyu
2017-07-15 08:29 am (UTC)
Je plussoie totalement Kasane et Le couvent des damnées, ils font partie de mes lectures favorites de ces derniers mois ! Et les raisons pour lesquelles j'ai accrochées sont exactement celles que tu as décrites. Et, entre autre, dans Le couvent des damnées j'aime le fait que tout l'organisation du couvent soit mené par des femmes, qu'elles sont capable de s'entre-déchirer entre elles qu'on a pas ce schéma de l'homme dominant la femme (on voit bien que l'Inquisitrice est loin d'être une enfant de chœur, sans compter les aînées au sein des étudiantes et toute figure dominante dans l'organisation)

Puis faut dire que c'est cool d'avoir des œuvres où on a des personnages féminins mis en avant et qui sont même majoritaires.

(Reply) (Thread)
[User Picture]From: so_yuyu
2017-07-15 08:40 am (UTC)
Dans les oeuvres à ajouter j'en ai quelques-unes :

- Carmilla de le Fanu : une vampire, une humaine et cette dernière qui se sent des sentiments pour la première qu'elle devrait, normalement, éprouver pour un homme.

- La Couleur des sentiments (roman/film) : tous les récits sont tenus par des femmes, centrés autour des femmes, de leurs expériences de bonnes/domestiques Noires chez des maîtres Blancs, et on a même surtout une vision des relations entre la domestique et sa maîtresse. Sans compter que toutes ces confessions sont menées par Skeeter, là encore une femme.

- Life is strange (jeu vidéo) : Toute l'histoire repose avant tout sur la relation qui lie les deux protagonistes principales, Max et Chloé avec une relation qui, originellement amies d'enfance, tend vers la romance. Je peux pas trop raconter sans spoiler mais le jeu a failli ne pas sortir justement parce qu'il était centré sur deux femmes - et les créateurs ont fait pression et ça a cartonné. Comme quoi y a encore du boulot à faire mais que le public, lui, il adore !

- Wicked (roman) : une ré-écriture du Magicien d'Oz qui a été adapté en comédie musicale si je me trompe pas. Le récit tourne autour de Elphaba et Glinda, respectivement sorcière de l'ouest et du sud. On a deux personnages opposés mais à la fois deux figures amicales qui se soutiennent malgré leurs divergences.



Edited at 2017-07-15 08:40 am (UTC)
(Reply) (Parent) (Thread)
[User Picture]From: flo_nelja
2017-07-15 04:05 pm (UTC)
Tiens, c'est bizarre, parce que pour Wicked, j'avais entendu dire le contraire, à savoir qu'au lieu d'une relation entre femmes, ils en avaient fait un triangle amoureux complètement artificiel centré sur un homme. Mais peut-être que ça ne s'applique qu'à la comédie musicale...

Oh, oui, Carmilla ! Je l'ai lu, ce n'est pas spécialement un "fandom" pour moi, dans le sens que je n'ai pas l'intention de le fiquer et l'héroïne est un peu trop naïve à mon goût, mais cela reste fascinant.

L'autre livre a l'air très intéressant, c'est quel niveau de déprimant ?
(Reply) (Parent) (Thread)
[User Picture]From: so_yuyu
2017-07-16 06:24 pm (UTC)
Vrai dans Wicked Elphaba a une relation avec un personnage masculin, j'avais oblitéré. Mais reste que toute la période school life avec Glinda reste super chouette, ainsi que la relation entre Elphaba et sa soeur qui, elle, suscite affection et compassion (du fait qu'elle est née sans bras)

Pour la Couleur des sentiments je définirais ça comme du drame social. Autant tu as de belles histoires d'entente malgré la ségrégation de l'époque (ça se déroule dans les USA des années 30) que tu as tout le drame de l'époque : le mépris des Blancs sur les noirs, la violence conjugale (une des personnages principales est victime des abus de son mari), le mépris même entre Blancs (avec une femme qui se montre comme le modèle américain et rabaisse ceux qui ne sont pas dans "son cercle"), etc. C'est aussi bien à lire qu'à voir - le film adapte superbement le roman, et puis ça fait plaisir de voir des femmes de couleur tenir le haut de l'affiche.
(Reply) (Parent) (Thread)
[User Picture]From: flo_nelja
2017-07-15 04:03 pm (UTC)
Ha ha, ce sont clairement mes deux préférés de la liste... je ne sais pas si c'est parce que ce sont les meilleurs, ou si c'est mon goût pour les histoires sombres et tragiques.

L'Inquisitrice fait même son chemin dans le monde des hommes, dans son arc en parallèle. ^^

(Reply) (Parent) (Thread)