?

Log in

No account? Create an account
5 acts 2015 - Fiche - Les divagations de Nelja [entries|archive|friends|userinfo]
Les divagations de Nelja

[ userinfo | livejournal userinfo ]
[ archive | journal archive ]

5 acts 2015 - Fiche [Mar. 16th, 2015|05:37 pm]
Les divagations de Nelja
[Tags|, , ]

Un nouveau mème à kinks de type 5-acts est organisé ! Toutes les explications sont ici.

En résumé : tout le monde poste sa fiche avec ses 5 kinks préférés du moment et ses ships préférés (sans limite de nombre) et on écrit les uns pour les autres.
L'en-tête des posts est de la forme [fic/art] - Fandom - Kink - Rating - Titre (pour aider la compilatrice).

(La prochaine fois, ce sera un I-feel-like-writing, parce que cette version a gagné, mais pas de beaucoup)

Mais maintenant, la liste ! J'ai même essayé de varier un peu.

1) Télépathie et liens psychiques
2) Corruption de l'innocence
3) Supplications et offrandes - Begging or offering (begging or pleading for mercy, for forgiveness, for sexual release, to be taken, to be hurt; a character offering himself; neediness)
4) Science kink (discussion scientifique en foreplay, sex toys haute technologie, personnages scientifiquement créés pour lesquels le sexe se passe différemment...)
5) Sexe et culpabilité / Guilty sex



Mythologie aztèque : Tezcatlipoca/Quetzalcoatl
Mythologie chrétienne : David/Jonathan, Le diable et qui vous voulez
Mythologie nordique : Odin/Loki

Ava's Demon : Ava/Wrathia
Birds of Prey : Savant/Creote
Cable & Deadpool : Cable/Deadpool
Chester 5000 XYV : Robert/George/Isabelle
Dark Avengers : Osborn/Sentry
Empowered : Sistah Spooky/Mindf**k
Fantastic Four : Reed/Sue, Valeria/Luna
Girl Genius : Agatha/Gil
Goodbye Chains : Banquo/Colin
Gunnerkrigg Court : Shadow/Robot, Zimmy/Gamma
O Human Star : Alastair/Brendan
Runaways : Alex/Nico
X-men/New Mutants : Xavier/Magneto, Kitty/Illyana, Doug/Warlock, Dani/Rahne, et pratiquement n'importe qui tant qu'il y a des pouvoirs intéressants

Babylon 5 : Londo/G'Kar, Talia/Susan, Bester/Garibaldi
Battlestar Galactica : Baltar/Gaeta
Buffy contre les vampires : Warren/Andrew, Ethan/Giles, Spike/Drusilla, Caleb/The First Evil
Doctor Who : Master/Doctor, Doctor/Romana II
Farscape : Scorpius/John, Scorpius/Sikozu, Scorpius/Braca, Scorpius/Sikozu/Braca, Zhaan/Stark
Firefly : Kaylee/Simon
Fringe : Walter Bishop/William Bell
Heroes : Eden/Mohinder, Sylar/Mohinder
House MD : House/Chase
Lost Girl : Bo/Lauren
Once Upon a Time in Wonderland : Cora/Anastasia
Penny Dreadful : Dorian/n'importe qui (y compris des persos qui ne sont que dans le roman), Victor/Proteus, Victor/Caliban, Vanessa/Mina
Torchwood : Suzie/Gwen
Veronica Mars : Mac/Beaver

Alien Nine : Kumi/Yuri
Angel Sanctuary : Roshiel/Katan
Berserk : Griffith/Guts/Casca, Griffith/Guts, Farnese/Serpico
Bleach : Gin/Kira, Gin/Rangiku, Aizen/Momo, Kira/Momo, Ishida/Nemu, Kusari/Nemu
Clover : Suh/Kazuhiko, Ran/Gingetsu
Code Geass : Lelouch/Kallen, Lelouch/CC, Lloyd/Milly, Lloyd/Rakshata
Comte Cain : Cain/Riff
Le Cortège des 100 démons : Aoarashi/Ritsu, Kagyu/son rival démon
Cowboy bebop : Vicious/Glen
Death Note : Light/Mikami
Durarara!! : Celty/Shinra, Izaya/Shizuo
Ergo Proxy : Daedalus/Re-l, Raul/Daedalus
Evangelion : Kaoru/Shinji
Full Metal Alchemist (1er anime) : Scar/Lust, Greed/Martel
Get Backers : Jubei/Kazuki
Gundam Wing : Heero/Relena, Treize/Une, Trowa/Quatre
Kuroshitsuji : Ciel/Sebastian
Nadia : Nemo/Electra
Noir : Chloe/Kirika
Oniisama e : Rei/Nanako, Fukiko/Rei
Puella Magi Madoka Magica : Homura/Madoka
Rg Veda : Soma/Kendappa
Seimaden : Rod/Charon, Zadei/Teteiyus
Slayers : Garv/Valgarv, Filia/Valgarv, Zelgadis/Amelia
Soul Eater : Stein/Medusa, Maka/Crona
Terra e : Keith/Matsuka
Trigun : Knives/Legato
Utena : Juri/Ruka, Juri/Shiori/Ruka, Juri/Shiori, Utena/Anthy
X : Seishirô/Subaru, Yuuto/Satsuki ou Kanoe/Yuuto/Satsuki
Yami no matsuei : Tatsumi/Tsuzuki

A la croisée des mondes : Lord Asriel/Mrs Coulter
Les chants de Maldoror : Maldoror/OMC
Claudine à l'école : Claudine/Luce
La Comédie Humaine (Balzac) : Vautrin/Lucien
Faust : Faust/Mephistopheles
L'Homme qui rit : Josiane/David
Horatio Lyle : Horatio/Lin
Jonathan Strange & Mr Norrell : Gentleman aux cheveux de chardon/Stephen
Kushiel's Legacy : Phèdre/Mélisande, Imriel/Lucius, les Shahrizai avec tout le monde en général
Les Liaisons Dangereuses : Valmont/Tourvel, Valmont/Merteuil
Melmoth l'homme errant : Melmoth/Immalee
Les Misérables : Enjolras/Grantaire
Raffles : Raffles/Bunny
Richard sans peur : Richard/Brudemort
Silmarillion : Melkor/Sauron, Sauron/Ar-Pharazon, Sauron/Ar-Pharazon/Tar-Miriel
Tinker, soldier, sailor, spy : Jim/Bill

Avatar the Last Airbender : Azula/Ty Lee, Asami/Korra, Kuvira/Baatar Jr
Spirou et Fantasio : Champignac/Zorglub



Cette entrée a été crosspostée au http://flo-nelja.dreamwidth.org/510961.html. Commentez où vous voulez.
linkReply

Comments:
[User Picture]From: soleil_ambrien
2015-03-26 04:23 pm (UTC)

[Fic] Ava’s Demon – Ava/Wrathia – Telepathy – NC-17 [1/2]

Notes :
Ships : Ava/Wrathia, Ava->Maggie
Liste des kinks : Télepathy, corruption of innocence, guilty sex
Titre : Corruption



Corruption

La puissante Wrathia enrageait de se retrouver piégée dans un corps pareil. Pas le moindre pouvoir magique, aucun talent spécifique pour la science, nulle force de guerrière ne se cachait dans cette enveloppe fragile. Certes, cela lui avait permis de revenir, mais à quel prix ! Chaque jour, elle maudissait la gamine dont elle partageait l’esprit, lui insufflant au creux de l’oreille un venin dense de paroles dévastatrices.

La petite Ava Ira, car c’était là son nom, était la seule à pouvoir l’entendre, ce qui ne faisait qu’amplifier sa colère. Quelle être élu pitoyable ! Autour d’elle, on la prenait soit pour une folle, soit pour une demeurée.

La démone ne cessait de la tourmenter. Lorsqu’elle ne chuchotait pas dans sa tête, elle la heurtait, la secouait, lui prenait le poignet. C’était un exutoire jubilatoire que de l’obliger à s’insulter sans cesse, à l’écrit ou à l’oral ; de l’éloigner de ses proches les plus aimants ; de la forcer à rompre les plus tendres des amitiés, également.

Le jour où Wrathia la brouilla définitivement avec la jeune Maggie, elle perçut autre chose que du simple chagrin devant la fin d’une relation amicale. Elle explora le cœur de son hôte et y trouva ce qu’elle y cherchait : une étincelle ridicule d’amour, une touche d’affection intéressée, une flammèche de désir.

« Tu l’aimes ! », la railla-t-elle d’une voix perfide, où perçait un triomphe éclatant. Les genoux serrés sur son petit banc, les joues striées de larmes, regard dans le vide, Ava ne répondit rien. La démone prit cela pour un encouragement à se gausser. « Qu’espérais-tu donc ? »

Sans plus de façons, elle pilla les rêves et les fantasmes de l’adolescente. Ils étaient peuplés d’étreintes plus ou moins chastes, de baisers flous et d’un grand désordre. Manifestement, Ava ne savait pas comment une femme pourrait vraiment faire l’amour à une autre. Ses idées fugaces s’égaillaient dans un désordre certain. Seule restait l’idée que c’était bon, que cela procurait du plaisir. Les détails techniques n’existaient pratiquement pas.

« Ce n’est pas du tout comme ça que ça se passe, s’amusa-t-elle avec cruauté. Mais je suis d’humeur généreuse, je vais te montrer. »



Edited at 2015-03-26 04:25 pm (UTC)
(Reply) (Thread)
[User Picture]From: soleil_ambrien
2015-03-26 04:26 pm (UTC)

[Fic] Ava’s Demon – Ava/Wrathia – Telepathy – NC-17 [1/2]

Les yeux de la gamine s’écarquillèrent de peur. « N-non ! », balbutia-t-elle. C’était l’une des rares fois où elle lui avait résisté. Pour Maggie aussi, elle avait supplié Wrathia de l’épargner, de ne pas lui faire de mal. Elle tenait à leurs liens – et pour cause ! Que l’autre jeune fille partage ses penchants ou non, la démone se réjouissait déjà d’avoir tué dans l’œuf une histoire qui aurait pu être si belle, comme lorsque l’on piétine des fleurs magnifiques. Son plaisir était rehaussé par le chagrin de l’humaine.

Seulement visible et tangible à Ava, elle se coula autour d’elle et en elle, telle de la lave en fusion. Sa victime se débattait en vain, suffocante et fébrile. Ce devait être là un bien curieux spectacle pour ses camarades de classe. « Pas ici », répétait la jeune fille, mais sa persécutrice n’en tenait pas compte. Pire encore, cela l’excitait.

Enfin une manière d’extérioriser toute la rage qu’elle éprouvait envers cette fille, depuis tant d’années. Le but n’était pas tant de la faire jouir que de la faire souffrir, d’humiliation et de culpabilité. C’est dans cet objectif qu’elle caressa méthodiquement le moindre recoin de sa peau, flamme brûlante qui lui enflammait les sens, malgré elle. Ce n’était pas difficile de lire en elle. L’adolescente trouvait cela agréable, mais s’en voulait de la laisser faire. En outre, elle aurait préféré que ce soit Maggie.

« N’était-ce pas ce que tu voulais, pourtant ?, lui susurra-t-elle, succube indécent.
-Certainement pas avec toi ! » répliqua sa proie, à son tour contaminée par une juste colère.

Elle allait continuer à l’invectiver, furieuse. Alors, pour la faire taire, Wrathia l’embrassa brutalement. Pour les autres élèves, sa bouche moulinerait dans le vide. Ils la traiteraient de monstre avec une intensité renouvelée. Les larmes se mirent à perler à ses cils. Elle allait étouffer.

La démone s’inquiéta. Il devenait difficile de séparer ses pensées de celles de sa victime. Une compassion fort malvenue risquerait alors de l’envahir. Pour se débarrasser de cette illusion, elle plongea la tête entre les cuisses d’Ava et s’occupa de son clitoris. La dissociation se réopéra tandis que l’adolescente réprimait ses gémissements.

Plus tard, elle se contenterait d’envoyer de pures ondes de jouissance dans le corps innocent qui s’offrait à sa disposition. L’important, c’était qu’elle se sente harcelée, tourmentée, désespérée. Il fallait qu’Ava ait envie de mourir.
(Reply) (Parent) (Thread)
[User Picture]From: flo_nelja
2015-03-26 06:27 pm (UTC)

Re: [Fic] Ava’s Demon – Ava/Wrathia – Telepathy – NC-17 [1/2]

J'adore ! C'est vraiment super-glauque ! Pauvre Ava, l'image mentale est terrifiante. Et malgré ma compassion pour elle, je trouve toujours la perversité de Wrathia délicieuse.
(Reply) (Parent) (Thread)
[User Picture]From: soleil_ambrien
2015-03-26 07:41 pm (UTC)

Re: [Fic] Ava’s Demon – Ava/Wrathia – Telepathy – NC-17 [1/2]

Merci beaucoup ! Je suis contente que ça te plaise. ;)
(Reply) (Parent) (Thread)
[User Picture]From: andersandrew
2015-03-27 05:37 am (UTC)

[Fic] Penny Dreadful - Victor/Proteus - Corruption de l'innocence - PG-15 - Leçon

Il sait que Proteus regarde avec intérêt. Il n'essaye même pas d'être discret.
Il ferme les yeux, mais garde les cils légèrement entrouverts, tandis qu'il ouvre son pantalon pour se caresser plus amplement. Il joue la comédie, comme pour une pièce de théâtre : ses gestes sont lents, dramatiques, pour laisser le temps à sa créature de les mémoriser pour ensuite les apprendre – peut-être même les reproduire un jour, qui sait ?
Victor n'est pas un grand adepte de la masturbation. Il a toujours cru, sans que cela soit véritablement rationnel, aux effets néfastes de cette pratique sur l'esprit. Il ne s'y est jamais adonné avec beaucoup d'entrain, mais aujourd'hui est une performance un peu spéciale.
Il veut que Proteus devienne humain, y compris dans ce qu'il a de plus intime, de plus tabou.
Ses doigts effleurent subrepticement sa verge sans qu'il ose y toucher. D'autres que lui dirait qu'il commet un crime en corrompant l'être si pur qu'il a crée. Mais lui, il sait bien que ça n'a rien à voir avec la pureté : toutes les parties de sa créatures sont humaines, et il est humain d'avoir ce type de pulsion.
Ce sont des désirs à lui qui risquent de devenir malsains. La sueur coule sur sa nuque, ou bien c'est simplement le regard de Proteus qui le chatouille, il ne saurait dire.
Il soupire en s'empoignant maladroitement, et essaye de penser à des visions agréables de corps nus, pourtant, tout ce à quoi il peut penser, c'est au visage lunaire de son compagnon dissimulé dans la pénombre, les yeux grands ouverts, dévorant le spectacle de sa concupiscence avec curiosité.
Il écarte lentement les cuisses pour que son observateur voit davantage, et commence des mouvements de va-et-vient sur son sexe de plus en plus humide.
Il souffle, il halète à mesure que le plaisir monte. Il est difficile à faire naître, mais au moins peut-il compter sur les réactions naturelles de son corps face à toute cette stimulation.
Il jette des regard furtif à la porte, il croit même percevoir un mouvement derrière. Est-ce qu'il s'est décidé à l'imiter ? Est-il en train de se toucher en essayant de faire pareil ?
Victor chasse ces pensées et se concentre sur ce qu'il est en train de faire. Il a la bouche sèche, la langue comme du papier de verre. Sa main perd le rythme et il gémit, se cambrant pour tenter d'aller au bout, d'éteindre le feu qui brûle désormais dans son ventre.
Il entend un faible geignement derrière la porte, et explose au même moment, sursautant au contact rebutant du sperme sur ses doigts.
Il s'empresse de s'essuyer une fois que c'est fini, et tend l'oreille pour capter quelque chose. La voix de Proteus s'est tû. Peut-être est-il allé se réfugié plus loin, apeuré par ce qu'il a vu.
Ou pour savourer en toute intimité ce qu'il a appris. Quoiqu'il en soit, Victor ne compte pas le déranger pour l'instant.
Il est des leçons qu'il faut laisser digérer avant d'en faire l'exercice.
(Reply) (Thread)
[User Picture]From: flo_nelja
2015-03-27 06:34 am (UTC)

Re: [Fic] Penny Dreadful - Victor/Proteus - Corruption de l'innocence - PG-15 - Leçon

Wow ! Je n'aurais jamais pensé à ça, mais ça marche super-bien avec la personnalité du personnage, et c'est hot ! Merci beaucoup !
(Reply) (Parent) (Thread)
[User Picture]From: jainas
2015-03-30 06:24 pm (UTC)

Re: [Fic] Penny Dreadful - Victor/Proteus - Corruption de l'innocence - PG-15 - Leçon

Ho, j'adore, c'est un pairing qui me plaisait beaucoup dans la série, et j'admire la manière dont tu l'as écrit. Ce n'est pas ce que j'aurais imaginé mais ça marche tellement bien, le vague dégoût de Victor pour les choses de la chair, sa visée "pédagogique" de son exhibitionnisme, et pourtant le frisson illicite à l'idée que sa créature le voit, peut-être même le désire...
(Reply) (Parent) (Thread)
[User Picture]From: andersandrew
2015-03-31 10:02 pm (UTC)

Re: [Fic] Penny Dreadful - Victor/Proteus - Corruption de l'innocence - PG-15 - Leçon

Moi aussi ! J'ai tout de suite crushé sur ce pairing ! Malheureusement, ça n'allait pas avec mes kinks à moi (enfin, je trouve), du coup je ne l'ai pas mis dans ma liste. Mais je ship énormément dans mon coeur !!!! Et je dois même dire que c'est un gifset de ces deux-là qui m'a fait regarder la série...je ne regrette pas !
(Reply) (Parent) (Thread)
[User Picture]From: soleil_ambrien
2015-04-28 08:13 am (UTC)

Re: [Fic] Penny Dreadful - Victor/Proteus - Corruption de l'innocence - PG-15 - Leçon

J'ai vu juste assez de la série pour pouvoir lire ta fic ! *proud*

Il y a plein de détails que j'aime beaucoup : l'aspect didactique et pédagogique que Victor veut mettre là-dedans, la fascination de Proteus, le côté un peu maître-élève mais l'UST qui s'installe, l'espèce de vague dégoût quand même de Victor envers la chose... J'aime bien !
(Reply) (Parent) (Thread)
[User Picture]From: chonaku55
2015-04-18 05:54 pm (UTC)

[fic] - Evangelion - supplication - PG-13 - regret et rêve

Parfois, Shinji rêvait que Kaoru lui disait tout.
« Je suis un ange lui disait Kaoru du rêve dans un souffle chaud au cœur de son oreille. Je suis désolé, Shinji, je vais mourir. »
Dans ces moments là, Kaoru le tenait toujours dans ses bras, une main chaude perdue dans ses cheveux bruns, les joues illuminées par des flots de larme.
Et Shinji se débattait, criait, maudissait Kaoru parce qu’il avait mal, parce qu’il aurait préféré recevoir une lame dans le cœur, parce qu’il ne voulait pas que Kaoru meurt même s’il le haïssait. Et le pire venait toujours après, inéluctable.
« Tu devras me tuer.
- Pourquoi... ? » disait toujours Shinji d’une voix défaite, le corps immobile, secoué de sanglot. La colère était toujours là, mais il se fatiguait tellement vite. Le combat pour sauver le monde lui avait tout prit et durait depuis si longtemps. Ne serait-il pas mieux si le temps s’arrêtait là, avec les bras de Kaoru qui l’entouraient, avec ses mains si loin de son cou sans trace de sang.
« Parce que tu dois sauver le monde.
- Je ne veux pas. Je n’aime personne, je n’aime que toi... » et tout s’étrangla, se noua et mourut dans sa gorge. Il était sain et sauf, mais noyé, envahi de parasite. S’il lâchait Kaoru, se sentirait-il mieux ?
(sans doute pas, loin de là)
« Je n’aime que toi. Et c’est pour ça que je veux que tu vives. » lui murmura Kaoru en lui prodiguant encore des caresses, lui caressant la nuque, lui embrassant le front avant d’y poser son propre front, les mains sur les joues.
Shinji devenait rouge à ce moment-là, tellement rouge.

« Ma mort te sauvera. Tu sauveras le monde et tu pourras aller voir les autres. Tu pourras te construire une vie, être heureux.
- Je n’ai pas envie, dit Shinji, que se passerait-il si c’est toi qui me tue, demain ? Je préfèrerais ça.
- Alors, Shinji, je mourrais et le monde mourra. » dit Kaoru, avec un voile de tristesse, pas de reproche ou de jugement, seulement des faits et de la douceur dans le regard.
« Alors, ce que je fais ne changera rien.
- Non, Shinji, cela changera tout. Mais tu verras. »

Shinji devrait être en colère, parce qu’il était encore utilisé, parce qu’il ne comprenait rien et que Kaoru restait vague, parce que Kaoru continuait de pleurer et comme l’être égoïste et pathétique qu’il était, il ne pensait qu’à son malheur et pas à celui qui mourrait demain (de sa main, mais mieux valait ne pas y penser).
Alors, le garçon se taisait et glisser ses doigts sur la peau blanche, essuyant une à une les larmes, quand son interlocuteur l’embrassa.
« Je suis désolé. »
Répondre semblait inutile alors, Shinji restait silencieux et s’accrochait davantage au corps encore chaud de Kaoru, la tête contre son épaule.
Il voulait lui dire je t’aime, il voulait lui dire adieu, tout ce qu’il n’avait pas su lui dire et pas un je te hais haletant.

« Je... » bredouilla-il plusieurs fois dans le noir. « J’essaierais de te... lentement... tu ne souffriras pas... »
Il sentit les doigts de Kaoru sur sa gorge, caressant et tellement tendres.
« Je n’en doute pas... » murmura encore une fois Kaoru en lui embrassant les lèvres.

(Shinji détestait les réveils)
(Reply) (Thread)
[User Picture]From: flo_nelja
2015-04-18 10:56 pm (UTC)

Re: [fic] - Evangelion - supplication - PG-13 - regret et rêve

Merci encore ! Ha, j'adore ! Si la scène était un AU, je la trouverais déjà poignante, à la fois horrible et, d'une certaine façon, adorable, mais le fait que ça se passe dans l'imagination de Shinji, de façon répétée, et que d'un côté c'est pour son consoler mais de l'autre ça reste horrible parce qu'il n'est pas capable d'imaginer quelque chose d'autre... c'est encore plus tragique !

(Il y a quelques faites de frappe, tu veux que je te les donne, pour quand tu reposteras quelque part ?)
(Reply) (Parent) (Thread)
[User Picture]From: chonaku55
2015-04-21 08:35 pm (UTC)

Re: [fic] - Evangelion - supplication - PG-13 - regret et rêve

Héhéhé, merci, contente que ça te plaise : D

(oui je veux bien pour les fautes...)
(Reply) (Parent) (Thread)
[User Picture]From: flo_nelja
2015-04-21 08:42 pm (UTC)

Re: [fic] - Evangelion - supplication - PG-13 - regret et rêve

Ouiiiii !

des flots de larme -> des flots de larmes
il ne voulait pas que Kaoru meurt -> il ne voulait pas que Kaoru meure
secoué de sanglot -> secoué de sanglots
lui avait tout prit -> lui avait tout pris
envahi de parasite -> envahi de parasites
lâchait -> lachait
c’est toi qui me tue -> c’est toi qui me tues
je mourrais et le monde mourra -> je mourrai et le monde mourra (ou "je mourrais et le monde mourrait" si tu veux du conditionnel)
J’essaierais de te -> J’essaierai de te
caressant et tellement tendres -> caressants et tellement tendres

(Le syndrome de la fic qu'on n'aime pas trop, donc on ne relit que brièvement, avec embarras, je connais ça ! Mais moi j'aime beaucoup !)


Edited at 2015-04-21 08:49 pm (UTC)
(Reply) (Parent) (Thread)
[User Picture]From: dianajess
2015-04-21 08:23 pm (UTC)

[fic] - Spirou - Lien psychique - G - Regarder en toi 1/2

Le regard qui se pose sur l'appareil est plein d'une douce mélancolie. S'il est d'habitude plein d'énergie, il accuse pourtant aujourd'hui le poids des ans. Mes le temps qui s'écoule n'affecte en rien, n'en déplaise aux mauvaises langues, son génies ou ses capacités cognitives. Et certainement pas sa mémoire. Et pour cause. Il se souvient encore parfaitement de ce jour, de cette expérience tellement hors norme, comme s'il venait de la vivre. En se demandant s'il aurait pu faire, à ce moment là, quelque chose, n'importe quoi, pour changer les choses...

xxxxx

"Tu es sûr de toi ?"
"Allons, tu me connais, ça marchera. Et puis, si cela me grille le cerveau, je compte sur toi pour trouver un moyen de me faire recouvrer toutes mes facultés."

Mais si Zorglub sourit, si certain de sa réussite, tout au plus parvient-il à arracher une esquisse de grimace au si sérieux Pacôme. Ils sont là, assis face à face dans le laboratoire où seules leurs voix résonnent en cette heure plus qu'avancée de la soirée, voire même de la nuit pour autant qu'ils puissent en juger, à se préparer pour l'expérience. L'Expérience, même, comme se plaît à le dire Zorglub, appuyant éhontément sur la majuscule de ce mot. Et peut-être à raison, car il est vrai que si cela fonctionne son invention sera sans doute la plus impressionnantes de tous les temps ! Seulement, le problème est bien là : si cela fonctionne. Parce que Zorglub a encore une fois vu grand, très grand, et a construit un appareil dont la principale fonction est de pouvoir s'introduire dans l'esprit de sa cible. Sans qu'ils ne puissent être certains des conséquences que pourraient engendrer l'utilisation de cette machine.

Et Pacôme répugne à l'idée de faire ce premier test en situation réelle, même si son ami a réussi à le convaincre de passer à l'acte, à force de cajoleries et d'arguments. Et puisqu'il n'y a pas d'autre obay possible, c'est bien sûr sur lui que l'appareil sera testé. Il est même tellement certain de sa réussite qu'il n'hésite pas une seconde ! Après tout, n'y-a-t'il pas travailler sans relâche pendant des mois ? Alors voilà pourquoi ils sont ici, aujourd'hui, à se regarder dans le blanc des yeux. Pacôme a bien tenté une dernière fois de faire fléchir Zorglub, mais en vain. Peine perdu. Et c'est donc avec un soupir à peine étouffé qu'il lève la main afin de mettre en marche l'étrange casque dont il est coiffé.

"Prêt ?"
"Prêt."

La pression sur le bouton de démarrage se fait d'un doigt tremblant. Les lumières qui s'allument sur les capteurs apposés sur le front de Zorglub font s'accélérer les battements de son coeur alors qu'il cherche déjà les signes d'une congestion cérébrale, d'une rupture d'anévrisme ou de tout autre traumatisme qui lui ferait stopper l'expérience dans la seconde !

Mais rien. Rien, à part le regard noir de Zorglub ancré dans le sien, qui semble chercher autant de réponses que lui de contrecoups malheureux. Et les secondes s'étirent autour d'eux, alors qu'aucun n'ose ouvrir la bouche pour parler, pour constater l'échec de l'Expérience ou pour se réjouir de son absence de conséquences néfastes, lorsque Pacôme prend enfin conscience de cette impression de se sentir glisser, lentement... La sensation jusqu'alors tellement discrète qu'il n'en avait pas même eu conscience commence à enfler, à prendre de plus en plus de place dans son esprit, si bien qu'il commence à avoir du mal à se concentrer sur autre chose. Aussi reste-t-il immobile, fixé sur les yeux de Zorglub, le souffle un peu plus court alors qu'il se laisse peu à peu envahir.
(Reply) (Thread)
[User Picture]From: dianajess
2015-04-21 08:24 pm (UTC)

Re: [fic] - Spirou - Lien psychique - G - Regarder en toi 2./3

Ce n'est pas douloureux, pourtant. C'est chaud, presque, contre ses pensées. D'abord indistinct, les couleurs se font plus nettes lorsqu'il se tend un peu vers elles, dessinant des contours un peu abstrait. Alors il s'approche encore, ou du moins est-ce l'impression qu'il en a, plongeant plus profondément encore dans l'intimité de l'esprit de Zorglub. Et d'étrange, la sensation devient agréable. Car plus il descend, plus il tend son esprit, plus il sent monter un sentiment de satisfaction paradoxalement teinté de cette envie d'en avoir plus. Ce n'est plus vraiment conscient, plus vraiment lui, en réalité, parce que les couleurs l'englobent, tout autour de lui, se fondent en lui, en son être. Et il est là, au milieu, partout et nul part à la foi, au centre de ce mélange de couleurs et de formes. Et il le sait, en cet instant, qu'il est à sa place. Qu'il pourrait rester ici pour toujours, peut-être, dans cette fusion qui attaque chacun de ses sens, ou peut-être que non, mais ce n'est pas grave, parce qu'il n'a plus de sens. Il n'y a plus que cela qui existe, et au fond de lui, au fond de ses trippes, il l'a toujours su ! Et il se voit lui-même, sans se voir, il voit ce que Zorglub veut, il voit juste ce bien-être, et ce bonheur. Et il se sent toujours présent, toujours, dans l'esprit de Zorglub, et il veut, il veut, que cela se réalise, sans savoir exactement de quoi il s'agit, cette paix, ce rêve...

Il veut rester là, s'enfoncer toujours plus profondément dans cet esprit fait de couleurs et de formes, vivre dans cette douce euphorie et ne plus jamais en sortir. Il veut rester là, aller toujours plus loin. Mais alors qu'il s'enfonce un peu plus, la chaleur se fait plus sèche, l'air lui semble un peu moins respirable. Les couleurs deviennent plus agressives, les formes plus coupantes. Il froncerait les sourcils, s'ils le pouvaient, mais tout ce qu'il semble pouvoir faire, c'est tomber, un peu plus encore, dans ces desseins de paix qui se transforment bien malgré lui, qui l'entraîne, l'enferme, presque. Et il veut remonter, parce que ce qu'il voit ne lui plaît pas, parce qu'il commence à avoir froid, soudain, beaucoup trop froid, parce que la chute est de plus en plus brutale, parce qu'il n'arrive pas à se raccrocher à cette pure félicité qui vient de lui être littéralement arrachée, parce qu'il sent l'air commencer à lui manquer, parce qu'il sent la douleur poindre dans chacun des recoins de son esprits. Et parce qu'il y a soudain quelque chose de tellement grand, de tellement énorme, de tellement sombre, qui le domine, le renvoi toujours plus loin. Une silhouette dangereuse, qui prend irrémédiablement la forme de Zorglub lui-même ! Et il sent la silhouette qui est là, juste au dessus de lui, et qui ne veut qu'une chose, le prendre, l'attraper, et le serrer, le serrer, jusqu'à l'en étouffer, et...

"PACOME !"

C'est un hurlement. De terreur et de rage. Pour lui et à cause de lui. Et Pacôme de Champignac de se retrouver aussitôt éjecter, de réintégrer son corps qu'il n'a pourtant pas vraiment quitter avec la même onde de choc que s'il venait de brutalement atterrir sur ses pieds. Et son corps est ouvert de sueurs froides, alors que le sang bat fort, trop fort à ses tempes, et qu'il a besoin de toute sa concentration pour arriver à reconnaître l'endroit où il se trouve. En sécurité. Et quelques secondes de plus pour voir, en face de lui, Zorglub, qui a glissé de son siège, totalement inconscient.
(Reply) (Parent) (Thread)
[User Picture]From: dianajess
2015-04-21 08:24 pm (UTC)

Re: [fic] - Spirou - Lien psychique - G - Regarder en toi 3/3

xxxxx

Est-ce que les choses auraient pu être différentes, s'il n'avait pas été terrifié, après coup, par ce qu'il avait vu ce jour là ? Par cette ombre qui avait bien faillit le tuer ? Ou par cette envie de rester là, tellement proche de son ami qu'ils n'auraient plus fait qu'un ?

Il ne le saura jamais. Il avait choisi de lui cacher les choses, de bénéficier des quelques secondes où Zorglub était encore inconscient pour faire disjoncter la machine, puis pour lui faire croire que rien n'avait fonctionné. Alors Zorglub était reparti sur d'autres recherches, toujours sur le cerveau, toujours sur l'approche du contrôle mental, mais quelque chose de moins dangereux. Du moins c'est ce dont Pacôme était-ce ce dont Pacôme avait voulu se persuader.

Un énorme bruit à l'étage inférieur le fait sursauter, refermer d'un geste dont la vivacité démontre les dernières traces de culpabilité, la boîte où sont renfermés les vestiges de l'Expérience de Zorglub. Et, alors qu'il camoufle de nouveau le tout pour aller s'assurer que le dit Zorglub n'ait pas fait sauter la moitié de sa propriété, il se dit que oui, les choses auraient pu être différentes, s'il avait agit. Mais qu'il est peut-être temps, aujourd'hui, de cesser de le regretter.
(Reply) (Parent) (Thread)
[User Picture]From: flo_nelja
2015-04-21 08:32 pm (UTC)

Re: [fic] - Spirou - Lien psychique - G - Regarder en toi 3/3

Merciiii, j'aime beaucoup ! Ce n'est pas évident de faire marcher des fics sérieuses sur ces deux-là, et oui, cela marche totalement, j'ai trouvé, comme faille dans leur relation ! J'adore l'idée, et le fait que ce soit lié à l'invention de la Zorglonde plus tard !

Il y a quelques fautes de frappe, tu veux que je te les dise pour que tu puisses corriger avant de reposter ?
(Reply) (Parent) (Thread)
[User Picture]From: dianajess
2015-04-21 08:45 pm (UTC)

Re: [fic] - Spirou - Lien psychique - G - Regarder en toi 3/3

Au départ, je voulais partir sur la Zorglonde même, puis après quelques rafraîchissement de mémoire me suis rappelée que ça convenait pas totalement, mais je trouvais que ça faisait un bon point de départ xD

Et même si je les aurai pas shippé de moi-même, en fait, j'aime énormément leur relation, même si Zorblug est dingue la moitié du temps et qu'il s'en prend à mon chouchou de Fantasio xD Et je suis nulle en humour alors le sérieux s'imposait xD

Ben écoute, pour les fautes, si t'as le temps je veux bien, j'avoue que j'ai le plus grand mal à me relire sans tout effacer ^^'

Merci pour ton coms en tout cas et vraiment contente que ça t'ai plus!
(Reply) (Parent) (Thread)
[User Picture]From: soleil_ambrien
2015-04-26 07:06 pm (UTC)

[Fic] Chants de Maldoror – Guilty sex, corruption, begging – R – La voix des requins [1/3]

Ô jeune homme, toujours tu maudiras la mer ! Le grand océan sacré, qui a vu ton navire sombrer dans les abysses glacées et ténébreuses, ne donnera pas cher de ton corps fragile, aux membres déliés. Comble d’infortunes, c’est avec le terrible Maldoror que tu surnages ! Va savoir même s’il n’a pas pris part dans cet opportun naufrage.

Déjà sur le pont du bateau, avant la débandade des cordages emmêlés et de la cale percée, qui ont perdu le navire – peut-être, voire probablement guidés par une main pernicieuse –, il te lorgnait du regard, pas même secrètement, l’air de savourer en avance la chasse de la proie fragile. Il t’avait proposé sans vergogne de faire commerce de tes charmes, de te vendre à lui, oui, comme une vulgaire courtisane byzantine.

Tu avais refusé, soucieux de ta vertu, et tu avais sans doute eu tort. Si tu avais cédé, alors, peut-être aurais-tu pu lui offrir ton corps sans pourtant y perdre la vie – peut-être seulement, car qui sait jusqu’où s’arrête la soif de chair et de sang de Maldoror ? Il aurait bien été capable de t’ouvrir la poitrine après l’acte, seulement pour se repaître du spectacle de ton sang vermeil.

Pourtant, tu n’es pas un garçon du commun, vulgaire matelot ou rat de navire, dénué de toute espèce d’importance. Non ! Tu es de la race des rois. Ton front noble, à l’altier port, trahit tes ascendances hiératiques. Prince et fils de prince, une force royale coule dans tes veines bleues, aisément discernables sur tes bras de nacre. Et ce sang te bat sourdement aux tempes, affolé, tandis que l’eau noirâtre envahit tes poumons, tente de t’amener à elle, de t’envahir.

Glacé, visqueux, iodé, amer, le profond océan veut te faire sien. Il ne te transformera pas en gracieux triton ou en mouette ailée, comme lors des fantasmagoriques métamorphoses des Anciens ; si métamorphose il y aura, elle sera morbide et sombre. Tu reposeras au fond de l’eau en un petit tas d’os brillants, nettement nettoyés par les créatures de la mer.

C’est certain : les poissons nettoyeurs se repaîtront de tes yeux céruléens, festoieront de tes tripes, feront leur nid de tes cheveux flottants. Un squelette amusant, voilà ce que tu deviendras sans faute, si nul ne vient de sauver – et le sauveteur le plus proche, le remède pire que le mal, c’est Maldoror ! Que Nérée te garde de lui demander la moindre aide, tu la paierais trop cher.

L’avulsion vous pousse l’un vers l’autre, te jette presque dans ses bras. Le courant séducteur vous entraîne et vous berce, toi le chétif marmot, lui le malfaisant si puissant, à la force brutale. Il t’enserre avec force dans ses bras fermes, aptes à l’assassinat, prompts à la violence ; tu ne peux repartir, mais te noie à demi. L’eau froide t’envahit les poumons, te fait cracher et toussoter, et tu sens bien que c’est une fausse sollicitude, doucereuse et malveillante, qui pousse ton compagnon de noyade à te soutenir la tête hors des flots.

Ta respiration se fait erratique, tandis que tu inspires l’air marin délétère, et que tu repousses faiblement cette poigne de fer. L’étranger maudit répond par un sourire, qui résonne de certitude, et brusquement, toute chaleur se retire de tes veines, soudain aussi froides que la mer gelée. Il sait déjà que tu vas céder. Tout en toi refuse et se convulse, ultime réflexe débilitant d’une âme noble, si ce n’est pure…
(Reply) (Thread)
[User Picture]From: soleil_ambrien
2015-04-26 07:07 pm (UTC)

[Fic] Chants de Maldoror – Guilty sex, corruption, begging – R – La voix des requins [2/3]

Cependant les requins vous montrent leur ventre, tels de monstrueux chiots affamés, et resserrent leur danse meurtrière autour des deux nageurs vagues. Les flots maritimes vous coupent et vous encerclent, mortelle prison certaine. Alors, Maldoror, audacieux, les chasse au loin, de maintes éclaboussures et d’éclats d’une voix de stentor ; mais il ne fait que retarder l’inévitable.

Cela fait, il se tourne vers toi, et tu te perds dans l’immensité de cet être impénétrable ; tu étais déjà perdu, en vérité, dès l’instant où il avait posé son regard impur vers ton innocence chaste ! Chafouin et perfide, il t’enlace de ses mains avides, et te susurre à l’oreille des propositions indécentes, que tu ferais bien de ne pas même écouter.

« Garde-toi donc, te dit-il, de conserver ta vertu ; ta beauté lumineuse ne servira de rien lorsqu’elle nourrira les poissons. Moi, en revanche, je puis te sauver, et attaquer ces monstres marins qui nous pourchassent, à l’unique condition que tu m’accordes une faveur – et elle est grande, et je la veux ! »

Un frisson t’envahit, jeune homme, et ce n’est pas du désir, mais du dégoût. Car tu devines bien ce que le ténébreux inconnu te demande à mi mot, ses intentions lubriques à peine voilées. Déjà, il te presse de ses intentions impures, il profite que l’océan ait collé à ton corps athlétique et à tes vêtements soyeux. Telles les vagues insidieuses, il s’infiltre partout, entrelace perversement ses doigts aux tiens, te souffle dans les cheveux.

Rebouteux de fortune, il prétend te guérir de la maladie qui t’assaille : la noyade. Tu vois pourtant clair dans son jeu. Il ne reste comme issue que la mort, et cela, pour vous deux. Désespéré et coupable, c’est avec une feinte indolence que tu cèdes à ses caprices – une amertume dans le cœur, cependant, aussi tenace qu’une tache indélébile, sur un beau tissu de soie.

Mais réellement, l’abîme marin, profond et terrifiant, te fait trop peur ; au loin, les poissons carnivores te montrent leur triple rangée de dents aigües, et voilà que tu cèdes, dans un sanglot saccadé. Tu t’accroches à ton ennemi, avec un désespoir ardent, mais aussi l’étincelle lumineuse qui te fait espérer d’être, miraculeusement, sauvé de cet enfer liquide.

Tu lui tends tes bras blancs, incertain d’être secouru de l’âpre étendue marine, le cœur tourmenté d’ainsi se vendre, se donner, même en échange de sa vie. Le commerce est odieux. Tu y es pourtant contraint, jeune homme : Maldoror ne t’a laissé aucun choix.

C’est avec une avidité inédite qu’il mord ta gorge d’albâtre, qu’il trace de longs sillons sanglants sur ta peau offerte. Le piquant de la mer vient s’engouffrer dans les blessures et les avive ainsi cruellement ; lorsque tu l’en avises, et l’invite à davantage de douceur, il s’en gausse bruyamment, avec une alacrité mauvaise. Son rire résonne dans l’étendue plane, porté par l’écho des grandes plaines océanes.

Un sinistre frisson t’envahit, triste jumeau du pressentiment qui t’enserre la poitrine. Maldoror ne te cherche aucun bien, seulement sa satisfaction propre, et ce sera en vain que tu te seras proposé, penses-tu macabrement. Sur ce point, je ne puis dire que tu te trompes, triste témoin de ces épousailles funestes. Tu ignores encore à quel point tu regretteras, à quel point tu auras mal.

Entre vous deux, tu sens son imposante virilité s’invigorer, afin de prendre possession de toi, vorace et dévorante. Les griffes aiguisées de la terreur s’emparent de nouveau de toi, mais désormais, il est inutile de crier ; inutile également de se débattre ou de refuser, car le marché est conclu, et il n’a pas eu lieu en ta faveur.

Tu n’as pas entrouvert les lèvres pour revenir sur tes conditions que déjà, sa langue goulue t’attaque, t’étouffe plus sûrement encore que les flots maritimes. Les embruns vous embrassent eux aussi, tandis que les mains de ton généreux bienfaiteur – le malfaiteur – t’enlacent dans une parodie immonde de tendresse.
(Reply) (Parent) (Thread)
[User Picture]From: soleil_ambrien
2015-04-26 07:08 pm (UTC)

[Fic] Chants de Maldoror – Guilty sex, corruption, begging – R – La voix des requins [3/3]

Il t’arrache les piètres lambeaux de tes habits princiers, et ravage ton corps d’albâtre, déjà si malmené par les flots et les petites créatures de la mer. Tes tétons rosissant sont sa proie, désormais, de même que l’ensemble de ta fragile personne. C’est avec délectation qu’il arrache quelques-uns de tes cheveux d’or, lumineuse crinière détrempée par les flots, plaquée sur ton crâne aux os fins.

Tu es nu, à présent, et les froideurs hiémales de l’océan t’atteignent davantage encore. Lorsque tu claques des dents, bien involontairement, Maldoror se sert de ce refroidissement comme d’un prétexte pour t’enserrer plus près de lui encore. Il prétend aussi être ton salvateur, le brigand ! Mais il reste encore un détail, une chose essentielle pour que tu lui appartiennes vraiment entièrement.

Le phalle monstrueux te déchire de part en part, sans la moindre douceur, sans une once de préparation intime. Ce qu’il voulait, Maldoror l’a eu, et c’est avec délices qu’il se repaît désormais de tes larmes de douleur, de ta culpabilité immense et de ta honte. Il t’assaille encore et encore, les spasmes de sa jouissance mêlés à l’amertume des flots ; sa semence coule stérilement dans tes tréfonds profanés.

Jusqu’à maintenant abstème des plaisirs de la chair, te voici changé en catin involontaire, dont on use et abuse à outrance. Ta bouche ne sert plus qu’à être baisée, tes cheveux à être tirés en arrière, ton fondement, à se faire défoncer, encore et encore ; tes poignets captifs ne peuvent manifester contre le traitement qui t’est infligé.

Les appétences de ton pernicieux salvateur semblent sans fin. Insatiable, il t’exploite jusqu’à l’épuisement le plus total, et tu es désormais certain de te noyer, non pas à force de fuir les requins, mais par excès de fatigue.

Il te fait accroire des mots doux aux relents de fiel, des mensonges profanes, un torrent savoureux mais sournois de rets délicats ; et à l’acmé de sa jouissance, sans attendre la tienne, il te quitte, pauvre adolescent, jouet de sa destinée sans liens.

Et une fois repu de tes charmes juvéniles, Maldoror le terrible te repousse sans douceur ; et de sa ceinture soigneusement nouée autour de ses reins, il tire une petite dague, presque un ornement, dont il t’égratigne – oh, à peine, juste assez pour amener à toi les requins assoiffés de chair humaine ; suffisamment, néanmoins, pour être certain que tu n’en réchapperas pas.

Trahison ! Prévisible mais assez perfide et soudaine pour te briser le cœur, frêle jeune homme à la vertu corrompue. Et lâche, également, si lâche qu’il ne te porte pas même un coup fatal, l’impie, le mécréant ! Et il t’abandonne à ton propre sort dans l’étendue glacée, une amertume sans fin dans le cœur et un goût de bile sur les lèvres.

Les requins te dévoreront les chairs, pauvre enfant, et les corydoras termineront leur tâche répugnante. Toi qui abhorrais l’impureté, te voilà souillé à jamais, pour un instant seulement de faiblesse – et tu seras bientôt mort, en ressassant ce regret dans ton esprit paniqué.
(Reply) (Parent) (Thread)
[User Picture]From: flo_nelja
2015-04-26 08:43 pm (UTC)

Re: [Fic] Chants de Maldoror – Guilty sex, corruption, begging – R – La voix des requins [3/3]

Merciiiii !
C'est super !
J'adorais ce prompt - je me le rappelle - et je suis super-contente que tu aies écrit dessus !
Mes passages préférés sont celui où on décrit en détail ce qui va arriver au squelette (et les oppostions avec la mythologie) et la toute fin. Mais il y a beaucoup de points de détail qui me plaisent aussi, comme le double sens sur les veines bleues - entre le plus matériel et le sang bleu - ou la comparaison de la noyade avec une maladie.

Merci encore beaucoup de me l'avoir écrit !
J'envisageais de t'écrire quelque chose sur ce fandom aussi mais vu que ce n'est pas facile et vu le peu de temps qui reste ce sera hors-défi
(Reply) (Parent) (Thread)
[User Picture]From: soleil_ambrien
2015-04-26 09:14 pm (UTC)

Re: [Fic] Chants de Maldoror – Guilty sex, corruption, begging – R – La voix des requins [3/3]

Cool ! Je me suis un peu replongée dans Lautréamont, du coup (évidemment), et c'est vrai qu'il fait beaucoup ça, des passages très biologiques ou scientifiques et à côté, les envolées type mythologiques. En tout cas, je suis très contente que ça te plaise, cela faisait longtemps que ce prompt était dans mes brouillons ! ^^

Ce n'est pas grave du tout si c'est hors-défi, ce sera génial de voir ce fandom s'étoffer encore un peu plus :D
(Reply) (Parent) (Thread)
[User Picture]From: flo_nelja
2015-04-26 09:28 pm (UTC)

Re: [Fic] Chants de Maldoror – Guilty sex, corruption, begging – R – La voix des requins [3/3]

Ha ha, oui, il était cool. Peut-être qu'un jour je l'aurais écrit sinon mais ce n'est pas celui-là que j'ai prévu pour toi donc tout va bien
(Reply) (Parent) (Thread)