?

Log in

No account? Create an account
Fic - ladiesbingo - Once upon a Time - Les fileuses et Rumplestiltskin - Les divagations de Nelja [entries|archive|friends|userinfo]
Les divagations de Nelja

[ userinfo | livejournal userinfo ]
[ archive | journal archive ]

Fic - ladiesbingo - Once upon a Time - Les fileuses et Rumplestiltskin [Feb. 10th, 2015|10:59 pm]
Les divagations de Nelja
[Tags|, , , , ]

Titre : Everybody here is a story
Auteur : [personal profile] flo_nelja
Fandom : Once upon a Time
Persos : Rumplestiltskin, les fileuses (en personnages, en couple, et en concept), Milah, Cora
Genre : Histoires emboîtées
Résumé : C'est un des souvenirs de Rumplestiltskin, sur les femmes qui l'ont élevé - et une histoire qu'il a souvent entendue, même si les détails ont tendance à changer.
Rating : PG
Disclaimer : Tout appartient à Horowitz et Kitsis
Nombre de mots : ~1300
Notes : Ecrit pour les thèmes "Repeats and repetitions" et "Fairy tales and folklore" de [community profile] ladiesbingo, mais la relation entre personnages féminins n'est pas assez centrale, aussi cela comptera comme borderline, ou pas du tout. Spoilers jusqu'à l'épisode 3x08 de OuaT. J'utilise aussi des extaits du conte de Grimm "Les trois fileuses" et un peu de "Rumplestiltskin"



C'est un des souvenirs de Rumplestiltskin, un ancien, un précieux, quand il croyait son père parti définitivement et avait cessé d'en pleurer.

Une des deux fileuses qu'il appelait ses tantes et aimait, sans s'en rendre compte, comme des mères, avait entrepris de lui raconter une histoire.

"Nous étions invitées à un mariage, et la fiancée s'inquiétait de ne pas avoir un assez beau trousseau. Elle craignait même que son mari la blâme pour cela. Nous lui avions donc offert un superbe voile de mariée, en lui donnant la permission de dire qu'elle l'avait fait toute seule. Ha, nous étions très douées, quoique pas autant que toi ! Et voilà que son mari admire le voile, et le complimente tellement que même avec notre accord le rouge lui montait aux joues ; mais il prenait cela pour de la modestie. Et voilà qu'il lui propose de s'établir comme fileuse !"

Elle rit. Rumplestiltskin se sentait à moitié embarrassé, à moitié horrifié. "Et ensuite ?" demanda-t-il, dans l'espoir que la fin le délivrerait de cette impression.

"Et alors, justement, ma très chère et moi, nous passions tout près d'eux, bras dessus bras dessous. Un des amis du marié mentionne : les fileuses, c'est bien connu... et bizarrement, il n'a plus insisté." Elle eut du mal à finir sa phrase, et quand elle y parvint enfin, s'étouffa de rire. Rumplesttiltskin en était quelque peu perplexe.

"Pourquoi, ma très chère," demanda son autre tante, "lui raconter des histoires qu'il ne pourra pas comprendre ?"

La première reprit son souffle. "Parce que c'est la vérité, et il peut poser des questions avec nous comme il ne le pourra pas s'il rencontre cela auprès d'inconnus, le pauvre ange."

"Pourquoi ?" demanda Rumplestiltskin, soulagé que l'autorisation lui fût accordée. "C'est très bien pour elle, mais - pourquoi ne voulait-il plus qu'elle devienne fileuse ?"

"Vois-tu," dis sa deuxième tante - la première avait replongé dans l'hilarité - "il y a des gens au village qui trouvent que... nous nous aimons un peu trop."

"Je ne vois pas comment on peut aimer trop !" s'exclama Rumplestiltskin. Pas assez, oui, il connaissait.

"Disons... trop pour aimer un mari suffisamment à son goût." répondit sa tante. Elle sourit, lui ébouriffa les cheveux. "Tu es un bon garçon." Nous allons vivre bien heureux, tous les trois.

***


C'est un des souvenirs de Rumplestiltskin, un des milliers, ordinaires et sublimes, qui le font pourtant souffrir parce qu'ils se sont brisés.

Milah racontait une histoire à Baelfire pour l'endormir. N'importe quelle histoire ; c'était son amour, c'était le rythme de sa belle voix, qui le plongeait dans le sommeil. Elle était si jolie, et si fière, et si brave. Rumplestiltskin n'avait pas cru à son bonheur, au début, et l'avenir lui avait donné raison.

"Il était une fois," dit-elle, "une fille paresseuse qui ne voulait pas filer le lin..."

Dans l'histoire, la reine du pays entendait la mère battre sa fille et l'interrogeait. La mère avait tellement honte qu'elle affirmait que sa fille filait trop, et la reine, intéressée par un tel talent, lui donnait une salle entière de lin à filer, avec la promesse de la main de son fils au bout. Mais il y en avait trop, elle en était incapable.

"Puis elle vit arriver trois femmes hideuses qui lui demandèrent la cause de ses pleurs." continuait Milah. "La première avait un pied difforme, la deuxième une lèvre inférieure qui lui couvrait le menton et la troisième un pouce extraordinairement large." Baelfire rit à cette description.

Si tu nous invites au mariage, si tu n'as pas honte de nous, disaient les trois femmes du conte, si tu nous dis tantes et si tu nous faire prendre place à ta table, alors, très vite, nous filerons le lin.

La jeune fille acceptait, et la salle se remplissait de lin d'une qualité merveilleuse. Elles les invitait ensuite au mariage ; c'était une femme honnête, pourquoi ne l'aurait-elle pas fait ? Elle était aimable avec ses 'tantes', mais son fiancé le prince se moquait de leurs apparences. Milah prenait des voix exagérées pour imiter tous les personnages.

"Il s'approcha de celle qui avait un pied difforme et lui dit
- D'où vous vient ce pied si large ?
- D'avoir pédalé au rouet, répondit-elle.
Il vint à la deuxième et dit :
- D'où vous vient cette lèvre pendante ?
- D'avoir léché le fil, répondit-elle.
Il demanda à la troisième :
- D'où vous vient ce pouce si large ?
- D'avoir tordu le fil, dit-elle.
Alors le fils du roi dit :
- Que plus jamais ma jolie fiancée ne touche à un rouet."

"C'étaient des fées, pas vrai ?" demanda Baelfire quand il fut certain que l'histoire était finie - pas de questions pendant, c'était la règle.

Pour lui, c'était un conte merveilleux, avec des créatures surgies de nulle part qui sauvaient la situation.

"Pas nécessairement !" répondit Milah. "Elles passaient juste par là, et puis elles peuvent être bien habillées, si elles filent bien !" Pour elle, malgré l'humour, c'était un conte moral, où la loyauté et le mépris des apparences triomphaient, où une jeune fille échappait à sa cruelle famille et obtenait ce dont elle rêvait.

On ne pourra jamais savoir, pensa Rumplestiltskin sans oser intervenir. Pour lui, c'était une mystérieuse fenêtre ouverte sur le passé. Elles n'avaient jamais fait de magie, mais comment avaient-elles eu ce haricot ? Et comment cette histoire s'était-elles répandue ? Et pourquoi les décrire comme si laides ? Elles avaient été belles, à ses yeux en tout cas, et aux yeux l'une de l'autre.

Et puis, elles avaient été deux, pas trois.

***


C'est un des souvenirs de Rumplestiltskin, un de ceux qui restent clairs malgré le voile du désir et celui de la trahison.

"Oh, tu ne sauras jamais !" s'exclama Cora. "J'ai entendu une histoire, et tu aurais vu la tête du conteur quand je me suis dévoilée ! Je l'ai laissé partir avec juste sa peur. Clairement, il parlait de moi, il est bien renseigné sur une partie, et celle qu'il ne connaît pas est tragiquement déformée. Je te raconte ?"

"Pourquoi pas, ma très chère ?" caqueta Rumplestiltskin. La magie et l'amour avaient fatigué leurs esprits et leurs corps, une petite pause serait la bienvenue.

"Cela commence avec un paysan qui prétend que sa fille peut filer de l'or. Tu sais, je crois que j'avais déà entendu cette partie-là, étant petite. Ou peut-être était-ce déjà une légende sur toi un peu mieux renseignée que les autres ? Je n'ai pas eu cette idée toute seule ! Puis le roi l'enferme pour qu'elle fasse ses preuves - ce qui m'est arrivé." Elle racontait trop vite. Elle semblait si jeune, pensa Rumplestiltskin, presque attendri, à raconter une histoire sans rien espérer en retour.

"Et voilà qu'apparaît dans la pièce..." dit Cora avec un suspense comique, "non pas un puissant magicien, mais trois petites vieilles ! Elles sont toi, donc ! D'ailleurs, elles lui demandent son premier-né en échange de filer tout l'or. Mais comme c'est un conte pour les enfants, elle a moyen de garder son enfant, si elle devine seulement leurs noms. Et elle ne trouve même pas, pas par elle-même. C'est un serviteur qui trouve, qui les surprend en train de crier leurs noms sans raison apparente, un qui n'est jamais apparu auparavant dans le conte."

"Te rappelles-tu les noms ?" demanda Rumplestiltskin, soudain curieux.

"Non. Ils étaient compliqués, c'est le principe de l'histoire. Et cela ne marche pas ainsi. Ne serait-ce pas drôle si ton nom avait du pouvoir sur toi, Rumplestiltskin ?"

"Il peut en avoir quand c'est toi qui le dis de cette façon..." murmura Rumplestiltskin, "Cora."

Il l'embrassa. Et malgré la passion, Rumplestiltskin ne put chasser de son esprit une pensée perfide. Oui. Elles et moi, ensemble, réunis, mêlés par une histoire. Nous étions trois.



Cette entrée a été crosspostée au http://flo-nelja.dreamwidth.org/505302.html. Commentez où vous voulez.
linkReply

Comments:
[User Picture]From: soleil_ambrien
2015-02-11 10:40 am (UTC)
J'aime beaucoup leur relation ! Cela me rappelle Lady Patience et Lacey (Brodette, en VF) de L'Assassin Royal par Robin Hobb, mais je ne peux pas trop te parler d'elles sans spoiler. ;)

La première histoire est ma préférée ! Je trouve l'ambiance très douce, et j'aime bien le "ma très chère". (Par contre je crois qu'il y a une coquille et que c'est "Pourquoi lui racontes-tu des histoires qu'il ne pourra pas comprendre ?" En tout cas c'est très mignon ! Le "Nous allons vivre bien heureux tous les trois" est adorable. ^^

J'aime aussi les suspicions de magie dans la deuxième histoire, la manière dont le conte se déforme. Je trouve aussi le phénomène d'écho à la fin ("ça parlait de toi") intéressant. Par contre, je ne connais pas les personnages et le verse, donc évidemment ce n'est pas une review très constructive, pardon. xD

(Reply) (Thread)
[User Picture]From: flo_nelja
2015-02-11 11:17 am (UTC)
Merci d'avoir lu cette histoire sans connaître le fandom ! :-)
Ouaip, effectivement ! Bon, ici, par contre, il n'y a pas de relation noble/serviteur, et même si je n'en ai écrit que quelques lignes, je ne sais pas si c'est la même dynamique ?

Ha ha, finalement c'est plus une histoire sur les histoires qu'une histoire sur les personnages, c'est pour ça qu'elle est borderline (mais je m'en fiche, j'ai le droit à une ! :-) )
(Reply) (Parent) (Thread)
[User Picture]From: soleil_ambrien
2015-02-11 12:47 pm (UTC)
Justement, elles n'ont pas vraiment de dynamique maîtresse/servante, c'est davantage deux vieilles "amies" et quelque chose me les rappelaient, dans l'ambiance "bras dessus bras dessous", et puis évidemment le mot doux "ma très chère" - mais je t'en reparlerai quand tu auras lu l'AR, je veux pas te spoiler par accident. ;)

Ouaip, tu as le droit ! Ça tombe bien parce que j'aime aussi les histoires sur les histoires (et justement, c'est le côté réécriture de contes de fées qui a fait que je me suis tentée à lire même sans être dans le fandom ^^ ).
(Reply) (Parent) (Thread)
[User Picture]From: andersandrew
2015-02-11 03:46 pm (UTC)
Je suis un peu perdue niveau fandomique, parce que ça fait longtemps que j'ai pas mis le nez dans OUAT, et peut-être que j'ai loupé des trucs.
Mais j'ai bien aimé le côté un peu "étapes de la vie" de Rumpel, les personnages des tantes, la relation avec Cora (ship ship shiiiip) et le foreshadowing (par exemple "Rumplestiltskin n'avait pas cru à son bonheur, au début, et l'avenir lui avait donné raison."). L'idée était vraiment bien trouvé, j'adore la forme prise par la narration de l'histoire dans l'histoire qui se déforme par téléphone arabe.
(Reply) (Thread)
[User Picture]From: flo_nelja
2015-02-11 04:04 pm (UTC)
Merci !
Je ne crois pas qu'il y ait quelque chose à rater, si tu connais les fileuses qui ont élevé Rumplestiltskin ? (et que je shippe seulement parce que je peux). En fait, au début, le conte était juste là pour les assimiler au conte de Grimm "Les trois fileuses" (la version que Milah raconte) et puis c'est parti en... autre chose. :-)
(Reply) (Parent) (Thread)